Ma maman est en Amérique, elle a rencontré Buffalo Bill, de Régnaud et Bravo (2007)

ma_maman_est_en_amerique_regnaud_bravoMa maman est en Amérique, elle a rencontré Buffalo Bill fait partie de ces titres qui invitent habilement à retourner la carte postale, pardon, à ouvrir le livre. Il s’en dégage à la fois une candeur enfantine et une nostalgie amusée, et je ne sais pas vous, mais moi, les choses tendres et intelligentes, c’est mon dada.

Jean vient d’entrer au CP, c’est un garçon comme les autres : imaginatif (si on lui dit que les costumes d’indien, c’est pour les petits, il demandera un costume de C.R.S.), naïf (sa voisine, plus âgée, lui fait avaler que sa mère est en Amérique, et qu’elle a rencontré Buffalo Bill), joueur (même s’il se fait toujours chourrer ses billes à la récré parce qu’il est trop mauvais), et castagneur (avec son petit frère Paul, ils communiquent surtout par coups de poings). Il y a bien une petite chose qui cloche, dans le monde de Jean, mais il n’ose pas demander… Elle est où, sa maman ?

Pour commencer, dîtes-moi s’il n’est pas choupi-trognon, ce héros ? Cela ne suffit pas, me dîtes-vous ? Certes. Admettons. Alors, qu’en est-il du scénario ? Il s’agit de l’exploration du quotidien d’un petit garçon des années 60-70, à hauteur d’enfant, et fraîche comme un bol de chocolat au lait glacé ; c’est un roman d’initiation, où le fait de grandir est matérialisé par la révélation de certains secrets. Le rideau du monde des adultes ne lui est pas ouvert en grand, non, disons que c’est plutôt le petit Jean qui a malencontreusement planté son stylo dedans, et décide de tirer un peu pour déchirer la toile.

La qualité du dessin, enfin : c’est un dessin assez simple, mais soigné ; les couleurs sont belles, les traits sont doux. Ce n’est pas le genre de bande-dessinée où l’on multiplie les effets de style. C’est joliment achevé, très équilibré, et vraiment un beau livre.

Bonne lecture (pour petits et grands),

Lupiot

Lupiot Allez Vous Faire Lire

 

 

 

Ma maman est en Amérique, elle a rencontré Buffalo Bill, de Jean Régnaud & Émile Bravo, chez Gallimard Jeunesse, 2007, 122 pages (à partir de 8 ans)

 

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s