Tag 100% féministe

« 100% féministe » ? Le titre de cet article va vous intriguer, vous agacer, vous déstabiliser ou vous attirer — selon votre univers de référence — comme le fait toujours le mot « féministe ». Vous recommandé-je, dedans, exclusivement des romans féministes ? Non, pas du tout.

Ouaip. Attends, quoi ?

En écho à une longue discussion que l’article TAG 100% féministe de Tom (La Voix du Livre) avait amenée sur Facebook avec plusieurs amis intéressés par la question (blogueurs, écrivains, curieux) : ce ne sont pas nécessairement les livres évoqués qui sont féministes (ils peuvent l’être), c’est le « tag », qui l’est.

C’est le fait-même de choisir de mettre en avant, valoriser, aimer et réfléchir sur les femmes dans la littérature qui en fait un article « 100% féministe ».

Et ce n’est pas un gros mot.

Lire la suite

Six of Crows, de Leigh Bardugo (2015, VF Milan, 2016)

Article par Bloup

Un livre où les héros sont des hors-la-loi égoïstes et égocentriques, ça vous dit ?

Dans la ville portuaire de Ketterdam, une terrible rumeur court : une nouvelle drogue aurait envahi les rues, une drogue inédite qui rendrait les Grishas (humains aux dons particuliers) surpuissants… et totalement dépendants.

Un riche marchand s’en inquiète et offre une belle récompense à Kaz (membre éminent d’un gang, celui des « Dregs ») pour enlever Bo Yul-Bayur (suspecté d’être à l’origine de la drogue). Ce dernier est enfermé au Palais de Glace, dans le royaume voisin de Fjerda.

Pour mener à bien sa mission, Kaz s’entoure des meilleurs complices :

  • Inej, acrobate hors pair surnommée Le Spectre ;
  • Jesper, tireur imbattable ;
  • Nina, elle-même Grisha spécialiste du corps et des émotions ;
  • Matthias, ancien soldat connaissant bien le Palais de Glace ;
  • et Wylan, expert en explosions.

Bourrés de vices, traumas, tares et faiblesses, les « Six of Crows » (du Crow Club, QG des Dregs) doivent pourtant apprendre à travailler ensemble s’ils veulent une chance de sortir vivants de leur mission…

Guerres de gangs, misère humaine, enjeux personnels… Oubliez paillettes et bons sentiments dans ce roman original au rythme haletant !

Lire la suite

FAQ #3. L’ESPRIT CRITIQUE. Comment développer son esprit critique en littérature, apprendre à bien analyser les livres ? (2/2)

Puisque plusieurs personnes font assez confiance à la mignonne petite patate germée que je suis pour me demander des lumières sur le sujet…

…je vais répondre à ma hauteur de haricot prématuré, avec les armes à ma disposition, issues de ma propre expérience.

Cet article fait suite à la partie 1, parue dimanche. Si tu ne l’as pas lue, je t’incite à commencer par là, tu te sentiras ému et content, car elle ne parle pas d’épanadiplose, contrairement à cette partie 2.

Si tu l’as déjà lue, c’est que tu es grave déter à développer ton esprit critique. Alors go !

COMMENT DÉVELOPPER TON ESPRIT CRITIQUE EN LITTÉRATURE ?

Lire la suite

FAQ #3. L’ESPRIT CRITIQUE. Comment développer son esprit critique en littérature, apprendre à bien analyser les livres ? (1/2)

Puisque plusieurs personnes font assez confiance à la mignonne petite patate germée que je suis pour me demander des lumières sur le sujet…

Ci-dessus, une petite patate mignonne. Je suis encore étonnée et ravie d’avoir dégoté ce gif, qui illustre parfaitement mon propos.

…je vais répondre à ma hauteur de haricot prématuré, avec les armes à ma disposition, issues de ma propre expérience. Cette expérience, pour les personnes qui ne me connaissent pas, est la suivante :

  • à part un Bac L, je n’ai pas de formation littéraire (pas de fac ou de prépa Lettres (j’ai fait du droit — puis un master d’Édition), ce qui est important ici, car je parle de forger son esprit critique en autodidacte (ça veut dire tout seul comme un grand, sans l’Éducation Nationale pour te tenir la main) ;
  • je tiens ce blog consacré à la littérature jeunesse ;
  • j’ai pas mal travaillé en librairie ;
  • je travaille dans l’édition ;
  • je lis beaucoup.

COMMENT DÉVELOPPER TON ESPRIT CRITIQUE EN LITTÉRATURE ?

J’ai un sentiment d’imposture magnifique à rédiger ça, mais go ! Lire la suite

C’est le 1er, je balance tout (#5, juin 2017)

Cinquième édition de ce nouveau rendez-vous mensuel, qui rime avec « C’est lundi, que lisez-vous ? », et peut se voir comme un complément ou un petit frère dérangé, comme il vous plaira. Je vous invite à l’adopter, il ne mord pas.

Le principe ? Quatre trucs à balancer !

  1. Le Top & Flop de ce que j’ai lu le mois dernier
  2. Au moins 1 chronique d’ailleurs lue le mois dernier
  3. Au moins 1 lien qui m’a fait « Wahou » le mois dernier (hors chronique littéraire)
  4. Et enfin : ce que j’ai fait de mieux le mois dernier

1) TOP & FLOP

Alors ce mois-ci en tout j’ai lu… des BD et des romans :

Note 1 : oui, j’ai remis Polina, parce que je l’avais à peine entamé le mois dernier.
Note 2 : je suis bien consciente que Les Animaux Fantastique n’est ni une BD ni un roman, mais que veux-tu.

Dans ce lot, 3 coups de cœur (dont 1 énooorme), 1 meh, 1 flop, et…

3 titres dont je vous ai déjà dit du bien
(si tu me lis régulièrement, saute à la case suivante, petit cabri, saute !)

 

  • Polina, de Bastien Vivès, chez Casterman. Maintenant que je l’ai fini, je peux développer un peu : c’était beau et touchant. Le trait de Bastien Vivès, sa façon de saisir les émotions dans le rien du tout d’une posture ou la gestion des contrastes, m’a beaucoup plu. Un passage magnifique vers la fin de la BD, quand Polina retrouve son ancien professeur de danse, est à vous coller la chair de poule. (Petit spoiler scénique)
    Toute l’admiration que l’héroïne a pour cet homme passe par le dessin : en quelques cases, on voit comment Polina le voit (immense, solide, beau brun) et comment il est réellement (vieilli, fatigué, affaibli), et ce, sans un mot. Bref j’ai envie de lire la nouvelle BD de l’auteur, Une sœur.
  • L’Île aux mensonges, de Frances Hardinge, chez Gallimard Jeunesse. Mais siiii, rappelez-vous… Je vous en ai parlé dans le tout premier « C’est le 1er » en vous cassant les oreilles sur 4 longueurs de scroll tandis que vous tentiez de lever la tête pour respirer. Je l’avais lu en anglais ; la VF est aussi réussie même si, à la relecture, IL EST VRAI que PEUT-ÊTRE certains dialogues sont un rien poussifs/didactiques (coucou Bloup). Mais c’est un problème minime. Ce roman est EXCELLENT, OK ? Chu prête à monter sur le ring. *secoue ses bras mous*

    « Boit du thé avec colère »

  • Saga, de Vaughan et Staples, chez Urban Comics, dont je viens de lire le tome 7 tout juste sorti d’impression

Comment ? Cela fait approximativement 8 fois que je mentionne cette série ? Curieux.
Enchaînons avec élégance et naturel sur mon :

TOP (3) Lire la suite

Sauveur et Fils (1-2-3), de Marie-Aude Murail (L’École des Loisirs, 2016-2017)

Article par Patatita, nouvelle chroniqueuse

Voilà une saga dont j’attendais beaucoup. Et quand je dis beaucoup, j’entends : « Dernière parution de mon auteure préférée depuis que j’ai 10 ans, miam !! ». J’ai donc ouvert ce livre, déjà prête à l’aimer de tout mon cœur, et c’est avec la joie d’un petit cabri maladroit que je me lance dans cette première chronique !

Rue des Murlins se trouve Sauveur, psychologue clinicien d’origine antillaise. Il partage sa vie entre son cabinet de consultation et son appartement où l’attend son fils Lazare, une simple porte séparant ces deux univers. Il voit défiler chaque jours ses patients comme autant d’histoires personnelles qui se mêlent de drames, d’espoirs. Dans sa propre vie, on suit le quotidien d’un père et de son fils : l’école, les soirées pizza, les fous rires et les secrets de famille.

Voilà trois beaux romans dont j’ai aimé l’écriture comme on aime retourner dans la maison de son enfance, avec les bonnes odeurs du petit déjeuner et le vieux chat qui dore au soleil… et dont j’ai aimé l’intrigue et les personnages comme on se rendrait compte que les habitants sont désormais une bande d’inconnus déjantés — avec laquelle on sympathise très vite ! Lire la suite

De cape et de mots, de Flore Vesco (Didier Jeunesse, 2015)

C’est aujourd’hui que je vous parle (enfin) d’un livre dont on me rebat les oreilles depuis plus de DEUX ANS avec force enthousiasme et sentiment. Et à raison. Le premier roman de Flore Vesco est étonnant et croustillant comme des Chocopops à la pistache.

« Serine » (contraction de ses 18 prénoms (ok j’exagère un peu) (mais Serine c’est plus simple)) est la fille aînée d’un couple de nobles désargentés qui se chauffe en brûlant petit à petit les livres de la bibliothèque, au grand dam des nombreux bambins qui n’aiment rien tant qu’en entendre les histoires à la veillée. Faute de finances, Serine n’a jamais eu de précepteur et ne sait donc ni lire ni écrire ni multiplier ; en revanche, notre héroïne connaît par cœur l’Odyssée et a un sens de l’à-propos inégalé : avec son esprit en forme de trampoline, elle peut rebondir sur tout.
Ça tombe bien, car elle va en avoir besoin : sa mère a décidé de la marier pour renflouer les caisses du château et remplir les assiettes de ses frères. Serine, cependant, trouve une meilleure solution : elle va devenir demoiselle de compagnie à la Cour du roi, se faire une renommée, une fortune, et sauver la smala. C’est ainsi qu’elle monte à Paris en charrette, et passe 190 pages à faire n’importe quoi.*

* Notamment déjouer des complots.

Pourquoi c’est étonnant

Ce roman est, par certains aspects, extrêmement classique ! En effet :

  1. il commence comme un conte (l’héroïne est l’aînée (ou la cadette, plus souvent) d’une grande fratrie, au caractère et aux dons singuliers, pleine (d’indépendance et) d’abnégation) ;
  2. il continue comme un conte (une fille de nobles désargentés se fait une place à la Cour, s’attire les sympathies du roi et les vipérages des courtisanes, puis la jalousie de la reine aka méchante belle-mère) ;
  3. il finit comme un conte. (…Vous avez cru que j’allais vous spoiler la fin ?) (Vous avez tous lu des contes, allékoi.) (Y a souvent des mariages et des promesses d’amours éternelles et d’enfants nombreux) (les méchants sont punis) (les fermiers deviennent princes) (etc.) (Bref.)

ET POURTANT. Pas si vite !

De Cape et de Mots est complètement, irrésistiblement, absolument inattendu et irrévérencieux. Pourquoi ? Lire la suite

Le monde selon Walden, 8 millions de followers, de Luc Blanvillain (Scrinéo, 2016)

Article par Bloup

Nous avons tous connu, au cours de notre scolarité, un élève différent. Qui ne s’habillait pas comme les autres, ne parlait pas comme les autres, n’avait pas les mêmes centres d’intérêt… Quelqu’un comme Walden.

Le monde selon walden de Luc Blanvillain ScrineoLa vie de Walden au collège serait bien difficile s’il n’avait pas :

  • son meilleur ami, Clément ;
  • sa chère et tendre Zelda ;
  • une technique bien particulière pour repousser ceux qui viennent l’embêter : le chant lyrique.

Au cours de l’une de ces agressions quotidiennes un élève a la bonne idée de filmer Walden, alors habillé en kilt, tandis qu’il entonne l’Amour est enfant de bohème. La vidéo, aussitôt publiée sur YouTube, est un succès tel qu’un célèbre présentateur télé vient faire un reportage sur Walden. Le phénomène Walden est né. Alors que tous les élèves du pays cherchent soudain à lui ressembler, Walden, Clément et Zelda essayent de profiter de la situation pour

  1. sauver une famille de renards égarée en ville,
  2. aider les sans-abri, et
  3. tant qu’à faire, tenter d’instaurer la paix dans le monde.

Mais comme on l’imagine aisément, ils vont apprendre que la renommée est une amie bien peu fidèle(Ne jamais manquer une occasion de citer Gilderoy Lockhart.)

Gilderoy Lockhart

#AtoutComiqueDuTome2

Lire la suite

C’est le 1er, je balance tout (#4, mai 2017)

Quatrième édition de ce nouveau rendez-vous mensuel, qui rime avec « C’est lundi, que lisez-vous ? », et peut se voir comme un complément ou un petit frère dérangé, comme il vous plaira. Je vous invite à l’adopter, il ne mord pas.

Le principe ? Quatre trucs à balancer !

  1. Le Top & Flop de ce que j’ai lu le mois dernier
  2. Au moins 1 chronique d’ailleurs lue le mois dernier
  3. Au moins 1 lien qui m’a fait « Wahou » le mois dernier (hors chronique littéraire)
  4. Et enfin : ce que j’ai fait de mieux le mois dernier

1) TOP & FLOP

Alors, ce mois-ci, en tout, j’ai lu…

  • Beaucoup de bande-dessinées.

 

J’avais solennellement décrété début 2016 que j’allais me remettre à la BD pour me faire une culture du genre au-delà d’Astérix et Death Note — qui sont très très bien, là n’est pas le débat ; le débat c’est que j’ai adressé cette promesse à moi-même sans signer de dette de sang et que, Oups, je ne l’ai pas tenue ! En 2017, face à ce constat, j’ai eu la nette sensation de m’être auto-trollée, d’avoir été trahie par une politicienne ricanante qui ne serait autre que moi-même. Aussi, cette année, je m’y suis réellement mise :

  1. je lis des BD de différents genres (afin de me (re)-familiariser avec les codes, apprendre à les critiquer) ;
  2. j’intercale des « classiques » de la bande-dessinée moderne, trouvés dans des best-of (comme ceux de BDFugue et Bodoï, mais aussi chez des blogueurs et sur des plateformes généralistes comme SensCritique) ;
  3. je découvre le roman graphique.

Chaque mois, j’arrive à me faire une petite sélection éclectique bien sympa, je suis assez assez contente. (Je m’auto-félicite.)

Qui est une bonne fifille ? Mais oui ? Mais oui ? C’est toi ! Qui est la meilleure des fifilles ? Qui ? Mais qui ? C’est toujours toi ! Gentille petite andouillette.

  • Et donc à part de la BD, ce mois-ci, j’ai lu 6 romans :

Oui, j’ai lu Harry Potter 4 en anglais ET en Français. Pour l’art. You know me. (Je me refais toute la saga ainsi.)

MAIS QUID de mes coups de cœur ? Que vous recommandé-je dans cette sélection ? Lire la suite

Lettre à Line, d’Amélie Billon (Alice, 2015)

Article par Stern, nouvelle chroniqueuse

L’autre jour, fouinant dans ma chère bibliothèque municipale, je suis tombée par hasard sur Lettre à Line. La couverture bizarre m’a retournée l’estomac et la quatrième de couverture qui m’a aussitôt rappelée mon propre vécu. Il fallait absolument que je le lise !

Louise est adulte et a laissé son adolescence derrière elle depuis longtemps. Pourtant, un jour, sa fille tombe sur une photo d’elle à treize ans aux côtés d’une jeune inconnue… et Louise se replonge dans ses souvenirs. Elle rédige donc une longue lettre à Line, sa meilleure amie du collège. Elle déroule le fil d’une amitié qui se brise sur les convenances sociales et les moqueries cruelles si caractéristiques de cet âge. Line s’enfonce sans que Louise trouve la force de lui tendre la main.

Lettre à Line est une magnifique ode à l’amitié, mais aussi une critique de l’adulte sur le comportement de l’adolescente qu’elle était. Lire la suite