Nous irons au bois, de Raphaële Frier et Zeynep Perinçek (Le port a jauni, 2016)

Me revoilà avec, comme dit Lupiot, une chronique qui me « sort totalement de ma zone de confort ». Moi qui ai plutôt l’habitude de la littérature ado / jeunes adultes, j’aimerais vous parler d’un album qui me tient beaucoup à cœur. Je suis tombée dessus au beau milieu de ma librairie jeunesse préférée, et j’ai immédiatement replongé dans une soirée d’enfance, la couette sous le nez, le chat aux pieds du lit, et la pluie dehors, dans un tourbillon de feuilles d’automne. Tadadaaam…

Nous irons au bois est un album jeunesse bilingue français-arabe, écrit par Raphaële Frier et illustré par Zeynep Perinçek.

Sur chaque double page, un arbre est dessiné. En face : un poème de quelques vers, traduit dans les deux langues. Ce sont autant d’histoires tissées entre les arbres et le narrateur, autant de moments partagés tout au long d’une vie, comme s’abriter sous les feuilles pour se protéger de la pluie ou du soleil, travailler le bois pour en faire des outils, ou encore trouver une oreille attentive dans cette écorce pour écouter nos malheurs…

Cet album est tout simplement beau. Pourquoi faire des tartines, quand un seul mot semble fait pour le décrire ?

Ah, bon, vous aimez les tartines ? Ça tombe bien, j’ai comme une petite faim !

Alors allons-y ! Lire la suite

Publicités

Le Bois dormait, de Rébecca Dautremer (2016)

Êtes-vous prêts… pour un enchantement ?

Non, parce que je ne voudrais pas vous prendre par surprise. Autant qu’une image choquante peut rester longtemps scotchée à la rétine, un ravissement peut faire décoller du sol à un moment tout à fait inopportun.

Aussi, je préfère prévenir.

Le Bois Dormait, de Rébecca Dautremer
Trigger warning : beauté sublime

le-bois-dormait-rebecca-dautremer-sarbacane-2016-album-magnifique

Bon, je vous vois venir « Ah, mais Rébecca Dautremer, je connais ! » Commençons par là : quand on sait déjà que c’est beau, on se montre parfois moins attentif, et c’est un tort. On risque de manquer le murmure qui s’échappe — d’avoir tourné la page trop vite. Aussi, j’espère vous donner envie de bien regarder cet album… Lire la suite

Des livres (et 10 bonnes raisons) pour apprendre à coder

Mes amis, mes frères. La fin est proche. Je sens la mort de mon enfance approcher, et son acolyte Oubli me caresser la joue avec un tendre murmure.

Viens, viens vers l’âge adulte. Oublie, oublie tes traumatismes de gamine à l’esprit de contradiction surdéveloppé. Embrasse, embrasse les matières jadis honnies ! Grandis.

C’est véritablement la fin. Car je m’apprête à vous recommander… *insérer voix de Méphistophélès* des livres pour apprendre à coder.

malfoy crabbe goyle hp bouh allez vous faire lire

Par apprendre à coder, j’entends apprendre la programmation informatique, oui, tout à fait. Nous savons qu’elle existe, nous savons que des gens s’en occupent pour nous, et nous ne nous en préoccupons globalement pas. (Comme la démocratie.)

Comme la démocratie.

Alors, pourquoi vouloir apprendre à coder ? Et l’enseigner aux gamins, qui plus est ? C’est ce que prévoient les nouveaux programmes scolaires, dès la rentrée 2016 : l’apprentissage de la programmation le plus tôt possible (avec le projet Classcode).

Mon Dieu !

Quand, il y a quelques mois, j’ai dit à ma mère, qu’il faudrait sensibiliser les parents à l’apprentissage des langages informatiques dès le plus jeune âge, elle s’est simplement et très sincèrement étonnée :

« Mais, c’est un métier, non ? »

Tout à fait. Mais c’est avant tout un langage. Le code est un langage, et comme l’anglais, il s’insère progressivement dans nos usages quotidiens et devient rapidement un atout professionnel non négligeable. Et, de même que l’on peut apprendre l’anglais sans en faire son métier ni même son outil de travail principal, on peut apprendre à coder sans devenir programmeur. (Mais en ayant une sacrée longueur d’avance, car on sait qu’on ne sera pas en PLS à la moindre mention de code.)

pls adventure time

Laissez-moi donc vous proposer une liste des bonnes raisons d’apprendre à coder (jeune) et des outils (spoilers : des livres) pour bien le faire, sans avoir mal ni pleurer. Et comme ça faisait longtemps, et que ça vous manquait… #infographie time ! Lire la suite

La Classe de mer de Monsieur Ganèche, de Jérôme Bourgine (2016)

Souvenez-vous de l’esprit d’aventure de vos neuf ans — celui que vous guettiez au coin de chaque rue, celui qui vous faisait voir comme l’odyssée du siècle un voyage en car scolaire avec tous vos copains. Vous y êtes ? Parfait, alors en route pour la classe de mer de Monsieur Ganèche !

la classe de mer de monsieur ganeche jerome bourgineMonsieur Ganèche, c’est un instit’ remplaçant, et, manque de bol, on lui a refilé les 6 cas sociaux de l’école : des hurluberlus inadaptés, en retard, mal élevés, distraits, que sais-je. Du moins, c’est ce que voudraient nous faire croire leurs bulletins de note. Heureusement qu’on est davantage que ses bulletins ! Monsieur Ganèche, avec ses grandes oreilles frémissantes en guise de radar à vérité, fait bien vite le tri : derrière le bout-en-train, l’intello, l’effrontée, la lunaire, le gros nounours et la douce fantaisiste qui, de prime abord, semble ingérables, il y a six personnalités exceptionnelles qui, d’après lui, n’ont pas été réunies par hasard. LE DESTIN EST INTERVENU. Lire la suite

Des livres pour les parents geeks (Liste thématique)

J’ai trois petites trouvailles délicieuses à partager avec les geeks qui ont de jeunes enfants dans leur entourage.

geek spn dean

T’es mal placé pour te foutre des geeks, Deano.

Lire la suite

Des livres dans l’esprit de Noël (Partie 1 : pour les petits)

L’an dernier à la même période (dans l’optique des cadeaux de Noël), je vous ai proposé une Liste de livres pour ceux qui n’aiment pas lire.

Pour cette année, je vous propose une liste de recommandations un peu différente, avec une thématique de saison : des livres dans l’esprit de Noël.

merry christmas gif home alone

Qu’est-ce que c’est, l’esprit de Noël ? Quelque chose de tendre, familial et chaleureux. Un livre que l’on prendrait sur ses genoux, lové dans un plaid, avec une bonne grosse tasse de chocolat chaud à la cannelle ; un livre qui nous fera sourire comme un enfant. (Si possible avec une moustache laiteuse ridicule.) Go. Lire la suite

Deux albums pour grandir le plus loin possible

J’avais inauguré les chroniques d’albums sur Allez vous faire lire avec deux albums pour affronter ses démons. Je reviens avec le même principe : deux albums qui ont attiré mon œil, sur une thématique commune.

  1. La grande vague, de Véronique Massenot et Bruno Pilorget
  2. Yakouba, de Thierry Dedieu

Lire la suite

Le trop grand vide d’Alphonse Tabouret, de Sibylline d’Aviau (2011)

Je vous présente toutes mes confuses pour mon retard de publication (cf. articles annoncés) ! Un petit séjour impromptu à Florence, ville de la Renaissance italienne, a décalé mon programme.

blair-waldorf-sorry

Pour me faire pardonner, voici l’un de mes plus jolis coups de cœur de ces dernières années, et une délicieuse redécouverte de cet été (j’y ai repensé en chroniquant Ma maman est en Amérique).

trop grand vide d'alphonse tabouret sybilline d'aviauLe trop grand vide d’Alphonse Tabouret, c’est un peu celui que vous ressentirez quand vous aurez fini cette BD, ou plutôt, ce roman graphique *redresse son monocle d’un air éduqué*. C’est l’histoire d’Adam & Ève, si Adam avait été un petit garçon à grosse tête ronde nommé Alphonse, si l’Éden avait été une forêt fantaisiste, et si Ève avait mis bien trop longtemps à se manifester. Attention : matériel à coup de cœur. C’est absolument craquant. Lire la suite

Ma maman est en Amérique, elle a rencontré Buffalo Bill, de Régnaud et Bravo (2007)

ma_maman_est_en_amerique_regnaud_bravoMa maman est en Amérique, elle a rencontré Buffalo Bill fait partie de ces titres qui invitent habilement à retourner la carte postale, pardon, à ouvrir le livre. Il s’en dégage à la fois une candeur enfantine et une nostalgie amusée, et je ne sais pas vous, mais moi, les choses tendres et intelligentes, c’est mon dada. Lire la suite

Deux albums pour affronter ses démons

Aujourd’hui dans mon livre de recettes pour le bonheur, deux façons d’apprendre à vivre avec ses démons :

  1. Tine, ou les idées noires au placard, de Cécile Gambini
  2. Le chant des génies, de Nacer Khémir et Emre Orhun Lire la suite