C’est le 1er, je balance tout ! (#1, Février 2017)

Bienvenue dans ce nouveau rendez-vous mensuel. Il rime avec « C’est lundi, que lisez-vous ? », et peut se voir comme un complément ou un petit frère dérangé, comme il vous plaira. Je vous invite à l’adopter, il ne mord pas.

Le principe ? Quatre trucs à balancer !

  1. Le Top & Flop de ce que j’ai lu le mois-dernier.
  2. Au moins 1 chronique d’ailleurs lue le mois dernier.
  3. Au moins 1 lien qui m’a fait « Wahou » le mois dernier (hors chronique littéraire).
  4. Et enfin : ce que j’ai fait de mieux le mois dernier.

c-est-le-1er-je-balance-tout-banniere-bleue

1) Top & Flop

Alors en tout, j’ai lu :

(La saga Blast est encore en cours de lecture.)
Ce fut une superbe moisson car j’ai eu 3 coups de cœur là-dedans… Lire la suite

C’est le 1er, je balance tout ! – Nouveau rendez-vous livresque

Je vais lancer un nouveau rendez-vous mensuel, qui démarrera le 1er Février :

« C’est le 1er, je balance tout ! »

Sans doute connaissez-vous « C’est lundi, que lisez-vous ? ». C’est un peu la star des rendez-vous livresques : il s’étale partout, il fait son beau, il grignote l’espace public et privé en affichant son sourire de démarcheur de dentifrice sur de belles couvertures, tel le Gilderoy Lockhart moyen.

Et comme pour Gilderoy, si je me moque, c’est parce que je l’aime tant.

Et comme pour Gilderoy, si je me moque, c’est parce que je l’aime tant.

Ce rendez-vous fort sympathique prend trop de place pour moi, c’est pourquoi je ne l’ai jamais adopté. Un article « C’est lundi, que lisez-vous », ça revient tous les 7 jours, ça en fait 4 par mois, et c’est autant de temps d’écriture et de navigation qui n’est pas consacré à des chroniques, à des réflexions, à n’importe quoi de bêta ou intelligent, de profond ou de fantaisiste, mais de plus constructif.

Les blogs naissent d’une envie, d’un besoin de partager. C’est le mot qui revient le plus souvent lorsqu’on interroge les blogueurs sur les raisons qui les ont menés à se lancer.share-partage-net-web-allez-vous-faire-lireEt j’ai envie de remettre au centre de ma pratique de la blogosphère la notion de « partage » qui unit la toile. Ce partage me semble parfois un peu mis de côté, pour des raisons variées comme :

  • la pression que chacun se met (en se comparant au blog du voisin),
  • un manque de temps évident (on ne peut pas tout lire),
  • et un nombrilisme bien humain.

Mais en vrai, on aime rien tant que partager ce qu’on aime. C’est ainsi que la culture se propage !

Extrait infographie Mes auteurs et illustrateurs préférés

Aussi vous proposé-je ce concept :

« C’est le 1er, je balance tout ! »

Il rime avec « C’est lundi, que lisez-vous ? », et peut se voir comme un complément ou un petit frère dérangé, comme il vous plaira. Je vous invite à l’adopter, il ne mord pas.

Le principe ? Quatre trucs à balancer !

  1. Le Top & Flop de ce que vous avez lu le mois-dernier.
  2. Au moins 1 chronique d’ailleurs lue le mois dernier.
  3. Au moins 1 lien que vous avez adoré le mois dernier (hors chronique littéraire).
  4. Et enfin : ce que vous avez fait de mieux le mois dernier.

Pourquoi ces quatre règles ? Lire la suite

Défi « 12 mois, 12 amis, 12 livres »

Sur l’idée brillante d’une personne formidable, je me lance cette année dans un défi lecture épatant : lire les livres fétiches de 12 amis.

Défi 12 mois, 12 amis, 12 livres

Défi 12 mois 12 amis 12 livres

Logo du défi

C’est mon ami Tom, de La Voix du Livre, qui a lancé le projet. Ça s’appelle le défi 12 mois, 12 amis, 12 livres. (Retrouvez les logos de différentes couleurs sur son blog (c’est moi qui les ai faits, avec mes petits doigts)).

Je trouve cette idée de défi lecture géniale. Elle remet réellement la notion de partage au cœur de la lecture. C’est un truc qui me travaille beaucoup en ce moment (d’ailleurs, je reviendrai vous en parler demain, du partage, avec une nouvelle idée de rendez-vous littéraire).

Ce défi offre l’occasion de :

  1. Mieux connaître ces amis, affûter sa vision de leur rapport à la littérature (et de leur rapport au monde ?).Who Are You Harry Potter
  2. Sortir de sa zone de confort, en explorant des livres et genres inhabituels.

J’ai donc demandé à 12 lecteurs de mon entourage quel était LEUR livre marquant, celui qu’ils avaient recommandé 1000 fois (ou auraient aimé recommander 1000 fois), celui qui les représentait le mieux. Lire la suite

Top Jeunesse 2016

Janvier ! Saison des résolutions et bilans en tous genres.

J’aime faire des listes, vous le savez. Et vous aimez lire des listes. Dresser sur d’infinis post-it des listes de livres à lire, séries à regarder, missions à remplir, défis à relever, endroits à explorer, etc., c’est se projeter vers l’avenir. C’est de l’enthousiasme, de l’innocence en barre. C’est l’incorrigible optimiste en nous (que nos anxiétés variées n’ont pas réussi à écraser) qui se réveille et sautille, stylo en main, comme un enfant lisant un catalogue de Noël.

-Je veux ça ! Et ça ! Et ça ! Et ça ! OH, ET ÇA AUSSI !

doctor-who-excited-amelia-pond

-Seulement si tu es sage. -Ouiouiouiouiiiiii.

Mais ces listes ne sont pas mes préférées.

Mes listes préférées sont celles qui se tournent vers le passé. Les bilans. Les TOP. Pourquoi ? Pour 2 raisons. (Et, subrepticement, elle commença une liste.)

  • 1) Les Top permettent de dénicher les perles.

Que sont les Top sinon le système de recommandation ultime ? Par là je n’entends pas le plus « parfait ». (Pour une recommandation parfaite, il faut connaître la personne à qui on s’adresse. Obviously.) Les Top permettent de naviguer dans l’océan culturel qui nous est accessible. D’espérer y pêcher le petit poisson d’or du conte, sans se perdre parmi les bancs multicolores étourdissants.

Entrer dans une librairie, c’est pénétrer dans un autre monde, et si fureter fait partie de l’aventure, l’offre est si grande que parfois, c’est décourageant. Surtout quand on entre dans un rayon qui n’est pas « le nôtre ». (Le rayon BD, par exemple, c’est la jungle, pour moi.)

le-divan-librairie-paris-rayon-bd

Librairie Le Divan, à Paris

  • 2) Les Top sont une façon d’apprendre à se connaître.

En ordonnant ses « préférés » et en classant (par genre, origine, langue, longueur, format, etc.), on compte, on trie, on raye, ou souligne, on entoure de petits cœurs, et on prend du recul. Réaliser que nos dix favoris de l’année passée sont *ceux-là* invite à fouiller dans cette direction, approfondir le genre, explorer l’œuvre de l’auteur, mettre son nez dans les ouvrages de la même collection.

Si j’aime tant faire des Top et des Bilans, c’est parce que regarder en arrière permet de mieux se projeter. C’est pour ça que mes Tops annuels sont toujours assortis de recommandations « dans le même genre ».

tete-de-livre-allez-vous-faire-lire

Parfois c’est nawak, parce que c’est évidemment corrélé au regard personnel que je porte sur le livre. Faut pas m’en vouloir. On a tous des livres différents dans la tête.

Sur ce, je vous invite à ouvrir votre bloc-notes ; partageons ensemble le plaisir des listes de livres. (Récap à la fin, pour les flemmards <3)

TOP Littérature Jeunesse 2016 Lire la suite

Le garçon qui courait, de François-Guillaume Lorrain (2017)

Voilà un roman dont je n’attendais pas une grosse claque (je lis peu de romans historiques, me méfiant un peu de l’aspect tire-larmes) et qui m’a complètement prise par surprise :

Très jolie couverture, en passant.

Très jolie couverture, en passant!

Kee-chung, un jeune garçon coréen (tout juste sept ans au début du roman), vit sous l’occupation japonaise, comme tout son pays. Un jour, son grand frère ose un acte de rébellion à l’école, ce qui déclenche l’ire des occupant. Tandis qu’ils sont poursuivis par des soldats, son frère lui crie de COURIR.

run-forrest-run-forrest-gump

De ce jour, Kee-chung ne fait plus que courir. Partout, tout le temps. D’année en année, il perfectionne ce don, jusqu’à être repéré, et contraint de courir aux JO sous les couleurs ennemies du Japon. Après les Jeux, il n’aura de cesse de laver cette honte en contribuant à la gloire de la Corée, par tous les moyens…

Récit initiatique et aventure historique, la trajectoire humaine de Kee-Chung, de son enfance à sa mort, suit un arc sacrificiel et salvateur, ce qui le rend à la fois intouchable et hyper attachant.

Pourquoi ça m’a tant plu Lire la suite

Lady Helen 1. Le Club des Mauvais Jours, d’Alison Goodman (2015)

Avez-vous repéré cette très (très) jolie couverture apparue dans le rayon YA il y a quelques semaines ?

lady helen le club des mauvais jours alison goodman

Lady Helen se présente avec une esthétique à la Jane Austen (à raison). Ce que la couverture ne vous dit pas, en revanche, c’est que si ce roman a certes un pied dans la romance historique, l’autre est fermement planté dans le fantastique.

Déserrez votre corset et remontez vos longs gants blancs, il est l’heure d’aller kicker du démon.

lady-sibyl-downton-abbey-adorable-prete-a-te-botter-les-fesses

Londres, 1912. Helen Wrexhall s’apprête à entrer dans le monde au cours de la cérémonie de présentation à la reine. Tout devrait se passer à merveille mais plusieurs événements s’enchainent et viennent semer le trouble dans l’esprit d’Helen. Entre son obsession soudaine pour une miniature représentant sa mère, la disparition d’une servante, les frasques surprenantes de l’une de ses meilleures amies et le retour d’un jeune noble aussi détesté que mystérieux, elle n’est pas au bout de ses surprises ! Lire la suite

Quelle Venn ! (#1) — recommandations de lecture en Venn Diagram

Bonnes fêtes !

En guise de cadeau de fin d’année, je vous ai mitonné une série de recommandations de lecture, avec des Venn tous pimpants et colorés, à base de livres aimés et croisements anarchiques. Comme promis.

Comme dirait Julfou : ça sert à rien, mais c’est joli.

  • Commençons. Vous voulez du love ? En voilà :

#1. SONGE À LA DOUCEUR

venn-diagram-allez-vous-faire-lire-songe-a-la-douceur-clementine-beauvais

Lire la suite

Samedi 14 novembre, de Vincent Villeminot (2016)

Ce roman ne parle pas des attentats du 13 novembre 2015. Il parle (tout est dans le titre) du lendemain, qui nous a saisi dans la stupeur, le silence et l’effroi. Dans l’inconfort de ne pas savoir comment être triste. Dans cet ennui blanc et ce bouillonnement confus. Le lendemain, on était assommé, capable de rien.

Ok, partons de là.

Samedi 14 novembe Vincent VilleminotLe héros s’appelle B., juste B. Car en ce lendemain, il n’est pas lui-même, il n’est pas entier. Il lui manque la part d’humanité qu’on lui a arraché la veille. La veille où son frère est mort à une terrasse, en trinquant avec lui.

B. circule dans cet état blanc. En montant dans une rame de métro, il reconnaît l’un des terroristes de la veille. Comme un fantôme, il lui emboîte le pas. Le bouillonnement à l’intérieur de lui prend l’ascendant.

Il suit ce jeune type jusqu’à un appartement. Là, il apparaît face au terroriste. Face à lui et… face à la fille qui habite ici. Layla.

Il n’a rien décidé de ce qu’il allait faire.

§

Ce roman m’a waow… il m’a pfiou… Il est magnifique. De nombreux lecteurs vous diront qu’ils en ressortent avec de l’espoir ; qu’il leur a fait du bien. Alors, pas moi, il ne m’a pas fait du bien — mais je l’ai trouvé beau, puissant. Intime et épique.

davide-aurilia-kiss-in-storm

Comme ce gif de Davide Aurilia.

J’ai échangé mes impressions avec Tom de La Voix du Livre au cours de la rédaction de cette chronique, et nous avons convenu de rebondir sur les impressions de l’autre : vous trouverez quelques liens au fil de l’article qui vous permettront de profiter de nos deux avis. Sur un roman aussi sensible, ce devrait être une expérience intéressante.

Pourquoi faut-il le lire (sans spoiler) : Lire la suite

Ce personnage au nom parfait #2. Renesmée

Bienvenue dans l’épisode 2 de « Ce personnage au nom parfait ». Je vais vous parler de Renesmée, cette fillette de Twilight dont le nom est aussi frapadingue qu’il est génial.

-Bienvenue dans ce groupe "Je n'ai pas la tête de mon prénom", comment t'appelles-tu, mon petit ange ? -REUNESMÉ <3 -Ok assieds-toi.

-Bienvenue dans ce groupe « Je n’ai pas la tête de mon prénom », comment t’appelles-tu, mon petit ange ?
-RREUNESSMÉ ❤
-Ok assieds-toi.

Twilight ?  Renesmée ? Je vois d’ici vos sourcils se hausser si haut qu’ils en disparaissent sous vos cheveux, aussi, établissons deux petites choses :

  1. Je ne recommande pas l’usage de ce prénom. Jamais. Il n’y a d’excuse d’aucune sorte dans aucun plan dimensionnel de la galaxie. Il est affreux.
  2. Dans son contexte, il est par-fait.

Êtes-vous curieux ?

eyebrows2 Lire la suite

Le Bois dormait, de Rébecca Dautremer (2016)

Êtes-vous prêts… pour un enchantement ?

Non, parce que je ne voudrais pas vous prendre par surprise. Autant qu’une image choquante peut rester longtemps scotchée à la rétine, un ravissement peut faire décoller du sol à un moment tout à fait inopportun.

Aussi, je préfère prévenir.

Le Bois Dormait, de Rébecca Dautremer
Trigger warning : beauté sublime

le-bois-dormait-rebecca-dautremer-sarbacane-2016-album-magnifique

Bon, je vous vois venir « Ah, mais Rébecca Dautremer, je connais ! » Commençons par là : quand on sait déjà que c’est beau, on se montre parfois moins attentif, et c’est un tort. On risque de manquer le murmure qui s’échappe — d’avoir tourné la page trop vite. Aussi, j’espère vous donner envie de bien regarder cet album… Lire la suite