Lady Helen 1. Le Club des Mauvais Jours, d’Alison Goodman (2015)

Avez-vous repéré cette très (très) jolie couverture apparue dans le rayon YA il y a quelques semaines ?

lady helen le club des mauvais jours alison goodman

Lady Helen se présente avec une esthétique à la Jane Austen (à raison). Ce que la couverture ne vous dit pas, en revanche, c’est que si ce roman a certes un pied dans la romance historique, l’autre est fermement planté dans le fantastique.

Déserrez votre corset et remontez vos longs gants blancs, il est l’heure d’aller kicker du démon.

lady-sibyl-downton-abbey-adorable-prete-a-te-botter-les-fesses

Londres, 1912. Helen Wrexhall s’apprête à entrer dans le monde au cours de la cérémonie de présentation à la reine. Tout devrait se passer à merveille mais plusieurs événements s’enchainent et viennent semer le trouble dans l’esprit d’Helen. Entre son obsession soudaine pour une miniature représentant sa mère, la disparition d’une servante, les frasques surprenantes de l’une de ses meilleures amies et le retour d’un jeune noble aussi détesté que mystérieux, elle n’est pas au bout de ses surprises ! Lire la suite

Publicités

Samedi 14 novembre, de Vincent Villeminot (2016)

Ce roman ne parle pas des attentats du 13 novembre 2015. Il parle (tout est dans le titre) du lendemain, qui nous a saisi dans la stupeur, le silence et l’effroi. Dans l’inconfort de ne pas savoir comment être triste. Dans cet ennui blanc et ce bouillonnement confus. Le lendemain, on était assommé, capable de rien.

Ok, partons de là.

Samedi 14 novembe Vincent VilleminotLe héros s’appelle B., juste B. Car en ce lendemain, il n’est pas lui-même, il n’est pas entier. Il lui manque la part d’humanité qu’on lui a arraché la veille. La veille où son frère est mort à une terrasse, en trinquant avec lui.

B. circule dans cet état blanc. En montant dans une rame de métro, il reconnaît l’un des terroristes de la veille. Comme un fantôme, il lui emboîte le pas. Le bouillonnement à l’intérieur de lui prend l’ascendant.

Il suit ce jeune type jusqu’à un appartement. Là, il apparaît face au terroriste. Face à lui et… face à la fille qui habite ici. Layla.

Il n’a rien décidé de ce qu’il allait faire.

§

Ce roman m’a waow… il m’a pfiou… Il est magnifique. De nombreux lecteurs vous diront qu’ils en ressortent avec de l’espoir ; qu’il leur a fait du bien. Alors, pas moi, il ne m’a pas fait du bien — mais je l’ai trouvé beau, puissant. Intime et épique.

davide-aurilia-kiss-in-storm

Comme ce gif de Davide Aurilia.

J’ai échangé mes impressions avec Tom de La Voix du Livre au cours de la rédaction de cette chronique, et nous avons convenu de rebondir sur les impressions de l’autre : vous trouverez quelques liens au fil de l’article qui vous permettront de profiter de nos deux avis. Sur un roman aussi sensible, ce devrait être une expérience intéressante.

Pourquoi faut-il le lire (sans spoiler) : Lire la suite

Le château de Cassandra, de Dodie Smith (1949)

Article par Bloup

Lupiot va publier dans quelques jours un article Si vous avez aimé… Jane Austen auquel j’ai pris plaisir à participer (car oui, j’aime beaucoup Jane Austen). Or, dans cette liste, nous vous recommandions Le château de Cassandra. Donc, de quoi s’agit-il plus exactement ?

chateau de cassandra dodie smith allez vous faire lierAnnées 30 . La famille Mortmain vit sans le sous dans un vieux château d’Angleterre. Cassandra et sa sœur Rose partagent la même chambre et leurs secrets, à l’image des héroïnes de Jane Austen ou Charlotte Brönte, qu’elles admirent profondément. Rêvant de richesses qui leur permettraient de sortir de leurs misère, leur quotidien est soudain bouleversé par la famille héritière américaine du manoir voisin… et accessoirement leurs nouveaux fortunés propriétaires. Simon Cotton, l’aîné des deux frères, fait particulièrement forte impression à Rose…

shy in love fleur bambi

Pourquoi lire Le château de Cassandra ? Lire la suite

Yona, princesse de l’aube, de Mizuho Kusanagi (2009-…)

Une couverture présentant une jeune fille aux longs cheveux roux brandissant une épée… Ma main se tend vers ma prochaine jolie découverte, une série encore assez peu connue en France : le manga Yona, princesse de l’aube.

 

Dans les trois premiers tomes…

Au royaume de Kôka, la princesse Yona fête son seizième anniversaire entourée de son père aimant et de ses deux amis d’enfance, Hak et Soo-Won. Mais la nuit venue, le roi est assassiné par un traître et Yona doit fuir pour survivre.

Protégée par son fidèle garde du corps, elle part à la recherche d’un prêtre ermite, puis des quatre dragons légendaires au service du premier roi de Kôka.

Nous suivons donc Yona et sa petite troupe, qui s’agrandit au fil des tomes, dans une grande fresque épique rythmée par l’action, l’humour et la tendresse, et portée par les très beaux dessins de Mizuho Kusanagi.

 

Du côté cool : Lire la suite

Fans de la vie impossible, Kate Scelsa (2016)

J’ai un peu repoussé cette chronique pour cause d’avis changeant ; pourtant, j’ai beaucoup de choses précises à dire au sujet de ce curieux et fascinant roman.

De quoi s’agit-il ? C’es l’histoire d’un garçon et une fille et un garçon. Minute. Ça me rappelle un truc…

triangle amoureux

On retrouve les mêmes archétypes. Aïe aïe aïe, ça s’engage mal ! MAIS NON. La force de ce roman, c’est qu’il ne s’agit pas d’une dynamique classique, où la fille doit choisir entre les deux garçons. C’est un triangle où tout le monde s’aime (un vrai triangle, quoi), et où personne ne fait vraiment de choix.

Maintenant que j’ai votre attention… Lire la suite

Bouche cousue, de Marion Muller-Colard (2016)

Aujourd’hui, je vais vous parler de — non, je vais tout juste évoquer, tout juste effleurer — ce roman paru hier dans la collection Scripto de Gallimard Jeunesse, Bouche cousue.

bouche cousue marion muller-colardC’est l’histoire d’Amande — née Amandana, 2e génération d’immigration italienne — dont la vie adolescente au lavomatic familial ressemble au linge propre et doux, parfaitement rincé, essoré, séché, plié, repassé, avec rien qui dépasse et un air de sent-bon. Lire la suite

Dysfonctionnelle, d’Axl Cendres (2015)

Plus que quelques jours avant de clore l’année 2015, et redécouvrir plus tard les souvenirs qu’elle aura laissés, pour voir s’ils ont bien vieillis. Dans le cas de Dysfonctionnelle, aucun doute, ça va vieillir comme du bon vin. Parce que oui, attention ! Coup de cœur de dernière minute.

Tout a été génial, dans cette expérience de lecture.

D’abord parce que c’est la première que je fais en tant que partenaire de Sarbacane, maison d’édition ‘achement chouette* qui a décidé, de façon aussi superbe qu’improbable, de me faire confiance en partant de la chronique plutôt négative de l’un de ses romans phares de l’automne (c’est ici).

Ensuite parce que ce roman, crossover générationnel comme rarement, est un bijou.

stars in eyes gif

Fantaisiste, tendre et cruel comme le sont les bonnes histoires de familles ; injuste, beau et parfois fielleux comme le sont les vraies histoires d’amour, c’est une tapisserie multicolore qui ne se soucie d’aucune convention. Une œuvre d’art éclatante et éclatée, de celles qu’on aime parce qu’on en connaît les accrocs.

(TL;DR — merci Sarbacane). Et passons aux choses sérieuses. Lire la suite

Si vous avez aimé… La Passe-miroir, de Christelle Dabos

Les articles « Si vous avez aimé… » vous proposent des titres dans le genre de celui que vous venez de quitter à regrets. Aujourd’hui, je parle bien entendu de l’une de mes plus belles découvertes de l’année : La Passe-miroir, pour offrir à vos petits yeux perçants, méfiants et exigeants, d’autres livres à dévorer.

La Passe-miroir, c’est une plongée dans un univers d’un imaginaire, d’une drôlerie, d’une finesse, et d’une langue de grande qualité.

la passe-miroir les fiancés de l'hiver christelle dabosC’est l’histoire d’Ophélie, jeune fille (de 15 ans correction : âge mystère) qui vit sur l’arche d’Anima, une sorte de ville-flottante où tous les objets sont animés de personnalité. Ophélie, la discrète de sa grande fratrie colorée, est arrachée au monde qu’elle connaît lorsqu’on la fiance sans trop la consulter à Thorn, venu du Pôle, une autre ville flottante. La voilà aussitôt propulsée dans un monde inconnu où tout n’est qu’apparence : en effet, le pouvoir le plus courant sur le Pôle est celui de créer des illusions…

Bien vite, elle fait face à l’animosité de la cour à son égard, et interroge les véritables ambitions de son (froid) fiancé. Pourquoi serait-il allé pêcher une petite animiste myope et timide sur une arche lointaine, s’il n’ourdissait pas un plan moyennement recommandable ?

(Chronique du tome 1 de La Passe-Miroir et du Tome 2 de La Passe-Miroir)la passe-miroir 2 les disparus du clairdelune christelle dabos allez vous faire lire

La Passe-miroir bouillonne de fantaisie. Si ce roman vous a plu et que vous en voulez davantage, bon, d’abord, courez lire le tome 2 qui vient de sortir, mais ensuite, allez donc lire… Lire la suite

La Passe-miroir 2. Les disparus du Clairdelune, de Christelle Dabos (2015)

Nous inaugurons un nouveau style de critique débile polyphonique. (Rassurez-vous, ça devrait être sympa. Et quoi qu’il en soit, cela restera ponctuel). Avant toute chose :

#CHRONIQUE CERTIFIÉE SANS SPOILER

la passe-miroir 2 les disparus du clairdelune christelle dabos allez vous faire lireLupiot : En ce jour béni, vous avez peut-être enfin l’opportunité de tenir entre vos mains le tome 2 de la Passe-miroir. Si c’est le cas, demandez à vos parents un mot du médecin ou, si vous n’avez plus l’âge, posez un RTT. (Bunny : Toi, on voit que t’es au chômage. Aujourd’hui, c’est dimanche. Il n’y a ni école ni RTT. Mais c’est pas grave, t’es bien brave, continue.)

Lupiot : Je disais donc, avant d’être grossièrement interrompue, que ce jour saint, vous devez le consacrer à la lecture de ce livre sacré. (Bunny : Accordez-vous déjà le temps d’admirer l’objet. Les lettres dorées, l’illustration magnifique…) Lire la suite

Dans tes bras, de David Levithan (2015)

Pour aujourd’hui, je vous propose une critique du dernier David Levithan, auteur de plein de chouettes romans dont le célébré A comme aujourd’hui (Everyday en anglais, dont le pendant Another Day, pas encore traduit, sortira en France en 2016), les très jolis Boy meets boy et Two boys kissing (que je viendrai peut-être vous chroniquer à l’occasion) et assez connu chez nous pour être le co-auteur de Will & Will avec John Green.

Dans tes bras se présente comme le script de la comédie musicale autobiographique de Tiny Cooper (le héros de Will & Will), un adolescent énorme, exubérant, et fabuleusement gay. Lire la suite