Pensée assise, de Mathieu Robin (2005)

Après avoir lu Ses griffes et ses crocs et en avoir échangé avec son auteur, ma curiosité littéraire a été chatouillée et j’ai eu envie de découvrir Pensée assise, son premier roman, que je savais être d’un tout autre genre.

(Pour faire court, Ses griffes et ses crocs est dirigé vers un public à partir de 12 ans, c’est une aventure angoissante qui fait appel à l’imaginaire et aux peurs primaires ; Pensée assise, plutôt pour ados et jeunes adultes, est une histoire d’amour, un roman intimiste et social sur fond de handicap).

Pensée assise a été une lecture plutôt déstabilisante.

  • Ce à quoi je m’attendais :
  1. Deux adolescents excentriques et mal dans leur peau ;
  2. une histoire romantique et drôle ;
  3. des bons sentiments ;
  4. une fin lacrymale.

tfios crying augustus waters

En somme, je m’attendais à un roman tel que ceux* qui ont submergé (et continuent de submerger) le rayon YA « réaliste » après Nos étoiles contraires, même si Pensée assise lui est antérieur. Mais, erreur ! Lire la suite

Le ciel est partout, de Jandy Nelson (2010)

Le ciel est partout fut pour moi une lecture yo-yo. Je me suis fait des réflexions comme « GROUMPF ! C’est incohérent. » et « BWAHAHAH ! C’est bien vu. » Aussi, Jandy Nelson, je te garde une place spéciale sur mon étagère. Toi, ta voix d’auteur m’a beaucoup, beaucoup plu, mais alors mollo sur les bêtises, hein. Je te surveille.

i'm watching you

De quoi ça parle ? C’est l’histoire de Lennie, lycéenne clarinettiste accomplie, foldingo des Hauts de Hurlevent, amie avec la plus excentriques des féministes, ayant grandi dans une ville à l’héritage hippie si marqué que son prénom, Lennon (pour John Lennon) n’est pas du tout le plus étrange du quartier. Lire la suite

Tous nos jours parfaits, de Jennifer Niven (2015)

C’est « le John Green de la rentrée », le roman Young-Adult romantique, drôle et intelligent sur fond de thématique dure à tendance sick-litt*. Du moins, c’est ce qu’on en dit. Alors, verdict ?

tous nos jours parfaits jennifer niven gallimard jeunesseViolet et Finch se rencontrent à mi-chemin de leurs purgatoires respectifs. Le livre s’ouvre en effet sur une concomitance étrange : deux adolescents contemplent le suicide du haut du clocher du lycée. Elle, c’est Violet, jeune fille populaire qui ne sait plus comment être heureuse depuis son traumatisme familial un an auparavant. Lui, c’est Finch, l’excentrique tourmenté de la promo. Finch, qui jongle souvent avec l’idée du grand néant, voit Violette complètement paralysée, et la ramène à terre, la ramène à la vie. Sur un malentendu facile qu’il concourt à propager, toute l’école croira par la suite que c’est elle, Violet, qui l’a sauvé lui, le barjot. Peu importe ; Finch ne compte pas s’arrêter là : il se met en devoir de rendre son sourire à Violet. Lire la suite

À ma source gardée, de Madeline Roth (2015)

a ma source gardee madeline roth thierry magnierÀ ma source gardée est un tout petit trésor. Tout petit, car il mesure 87 pages de long et tout juste quelques millimètres d’épaisseur. Mais c’est un trésor. Un objet précieux.

Jeanne passe ses vacances d’été en montagne, chez sa grand-mère — qui n’est qu’un prétexte. Là, chaque année, elle retrouve sa vraie famille : une bande de cinq amis indissociables, auprès desquels elle se sent libre et vraie. Ils sont différents des  ados de son lycée (qui lui semblent tous bêtes comme leurs pieds). Avec eux elle n’a pas honte d’écouter Brel et d’aimer flâner sur les brocantes.

Un été, un nouveau venu se joint à eux. C’est Lucas. Lire la suite

Stone Rider, de David Hofmeyr (2015)

stone rider david hofmeyr gallimard jeunesse couverture françaiseUn western futuriste, ça vous dit ? Ou, pour être plus exact, un western dystopique ! Car c’est bien dans un univers futuriste totalitaire que nous nous trouvons, mais au lieu des mégalopoles d’acier habituelles, nous avons… du sable, de la sueur et du sang. Je dis oui. Lire la suite

Animale (1 & 2), de Victor Dixen (2015)

animale victor dixenJe n’aurais jamais ouvert ce livre n’eût été le besoin de travailler dessus*. C’est donc l’un de ces cas où les occasions forcées vous font songer à toutes les occasions manquées. La couverture n’est tellement pas à mon goût (Barbie dans la forêt ?) que je n’aurais pas rencontré Blonde (Blonde !), superwoman du XIXe, héritière déshéritée d’un comte fou-furieux, orpheline qui voit lui tomber dessus un autre héritage, bien plus mystérieux et sauvage …et franchement pas sexy !

Je sens que je vous intrigue.  Lire la suite

Marina, Carlos Ruiz Zafón (1999)

marina carlos ruiz zafon pocketJ’ai un livre dans ma bibliothèque depuis des années, qui m’a été offert il y a longtemps. J’avais été ravie par la découverte ; je viens donc partager avec vous ce bonheur de lecture…

Barcelone, 1979. Oscár est interne dans un pensionnat dont il ne cesse de s’échapper pour parcourir les rues de la ville. Au cours d’une de ses petites escapades, il rencontre Marina, une jeune fille fascinante qui l’entraîne à la poursuite d’une femme énigmatique se rendant régulièrement dans un cimetière abandonné. Lire la suite

#Bleue, de Florence Hinckel (2015)

Gros potentiel pour cette petite dystopie de chez Syros*. Écrit par Florence Hinckel, que je m’étais promise de revenir visiter après son très fin Scripto L’été où je suis né, #Bleue semblait très prometteur.

#bleueDans une société futuriste gentiment aseptisée, on a trouvé le moyen d’éradiquer la douleur : une petite opération et pfiout ! disparu le chagrin d’amour, disparu le traumatisme de l’accident de voiture, disparu petits et grands bobos. Ne demeure qu’un point bleu sur le poignet, témoin d’une ancienne peine… Lire la suite

Mingus, de Keto von Waberer (2012)

Voilà un roman de SF dystopico-amoureuse pour le moins étonnant.

Mingus keto von waberer le rouergueMingus est une expérimentation biologique, un homme-lion. À la mort de son père spirituel, il s’enfuit du labo, emportant avec lui celui qu’il appelle « Petit frère », l’objet de toute son affection immesurée. Mais Mingus est beau, d’une beauté irréelle, fascinante et effrayante, dont on ne peut se détourner, et dès qu’il est découvert, chacun voudra s’en emparer pour faire de lui, qui sa mascotte, qui son porte-parole, qui son sujet d’étude, qui un martyr. Lire la suite

The Book of Ivy, d’Amy Engel (2015)

ivy

Aaaaattention les yeux… voici le plus mauvais livre de l’année !

gif applause

Je ne suis pas du genre à m’esquinter la santé à lire des trucs nullissimes jusqu’au bout, et encore moins à venir cracher mon venin sur la toile après, non, vraiment, il y a trop de bons livres qui m’attendent et je ne vois pas l’intérêt d’ajouter mon poison à celui des trolls qui le déversent déjà à foison — MAIS ! Lire la suite