« Je ne lis plus et ça me désole », ou la cata culturelle du snobisme internalisé

En tant que lecteur ou lectrice, on a régulièrement des passages à vide.

Et par là j’entends : des périodes où on ne lit pas.

gasp

Des périodes où, jaloux et rêveur, on entend nos amis parler des derniers livres qu’ils ont dévorés et l’on soupire « Ahh, c’est terrible, je n’ai pas le temps en ce moment… »

Je suis personnellement en plein milieu de l’un de ces passages à vide depuis un mois. Je n’ai pas le temps ! Je travaille sur des horaires de bureau, avec une demi-heure de trajet aller et retour ; le soir et le week-end, je mène mes activités en free-lance ; en plus, je cherche un appartement et je gère le déménagement, sans parler de Game of Thrones qui a repris, des forums débilous sur lesquels j’aime lambiner le matin et à la pause déjeuner, et du temps que j’aime passer à compter mes doigts de pieds et à rêvasser.

Combien je manque de temps !

Vous l’aurez deviné, ce n’est pas vraiment ça, le problème. La raison pour laquelle je ne lis pas ce moment, c’est que je me consacre à d’autres activités. Et peut-être que je n’ai pas vraiment envie de lire, qu’aucun des livres que j’ai sous la main ne met dans mon cœur les flamouilles de l’amour, que l’idée de végéter sous la couette en scrollant sur internet me remplit d’un confort douillet — et si je me déteste un peu de perdre tant de temps sur Facebook ou Tumblr, j’ai la sensation de me faire plaisir en regardant Better Call Saul, en chinant sur Le bon coin des fauteuils pour notre nouvel appart, en chattant avec mes copinautes de forum et en lisant des articles sur la littérature jeunesse, l’homme augmenté, la contemplation dans les jeux vidéos, et comment réussir la première face d’un Rubik’s Cube.

procrastination

« Il n’y a pas de limites à ce qu’on est capable d’accomplir quand on devrait être en train de faire autre chose. »

Alors c’est QUOI ce : « Je ne lis plus et ça me désole » ? Pourquoi je suis désolée ?

Je vais vous dire ce que c’est, ma bonne dame. C’est du snobisme internalisé. C’est une sale bête qu’il faut piquer à la broche et rôtir en lui criant dessus qu’elle est moche et qu’elle nous a assez fait souffrir. Parce que ça commence de bien suffire.

Une fois que ce sera réglé, on grillera des marshmallows sur sa carcasse en savourant le bon goût de la littérature libérée.

TG

Naaaaooooon, tuez-la !

Dans « Je ne lis plus et ça me désole », il y a tout un monde de tristesse et de désespérance. Nous avons là des vrais bouts de :

  1. Culpabilité
  2. Mensonge

C’est le même genre de sentiment que j’entends dans la voix plaisantine de ces clients qui, en librairie, me disent « Oh, vous savez, je ne lis pas trop, moi, hein… » avec, toujours, un peu de crainte dans le regard, et si possible une position défensive, main levée, genoux rentrés, comme si j’allais leur renvoyer un mawashi-geri sponsorisé par l’Académie Française.

bruce lee attack

La tristesse, ça peut être salutaire. Mais celle-là, elle est vicieuse. Il faut lui faire sa fête. Commençons par cette histoire de culpabilité.

je ne lis plus et ça me désole snobisme internalisé banniere 1

1) « Il faut lire »

« Je ne lis plus et ça me désole » vient de ce coin de notre personnalité qui a fait sien le précepte social et scolaire selon lequel, lire, c’est bien, et qu’il faut lire.

Évidemment que lire, c’est bien. Enfonçons joyeusement les portes ouvertes. C’est bon quand on apprend le monde, car l’écrit y est omniprésent. C’est bon quand on grandit au monde car lire éclaire sur celui-ci et forme notre esprit à ses finesses et ses subtilités, ses beautés et ses cruautés. C’est bon pour les structures synaptiques et langagières que la lecture permet de développer. C’est bon pour l’imagination, et il paraît que ça fait de meilleurs êtres humains. (J’en parlais vite fait à la fin de ce billet sur La littérature jeunesse qui imprègne notre culture il y a plus de deux ans.) Bref : lire, c’est bien !

Mais de cette idée-là, on glisse un peu trop facilement vers l’impératif « Il faut lire », je trouve.

Petit a) il existe d’autres activités que la lecture pour s’ouvrir au monde, être stimulé intellectuellement, et développer son imagination.

Petit b) ce « Il faut lire » matraqué à toutes les sauces nous pourrit la tête. À force d’entendre nos parents nous rabâcher qu’on ferait mieux d’éteindre la télé et d’aller lire un livre, nous avons internalisé 2 HORRIBLES choses :

  1. Lire est un devoir.
  2. Lire est une punition.

Du coup, forcément, on a pas envie de lire parce qu’au fond de nous, la lecture a un petit côté relou voire punitif… maiiis d’un autre côté, on sait qu’on devrait le faire parce que « lire, c’est bien ». Donc on ne lit pas et on se sens coupable de ne pas lire.

Parfait, nickel, bonne ambiance de pression sociale.

dw matt smith eleven theumbs up

2) Lire est une contrainte

Partant de l’idée que lire est un devoir, lire devient une contrainte. L’une de ces activités qu’il « faut caser » quand on n’en a que moyennement envie, voire pas du tout, un peu comme nettoyer la salle de bain où remplir sa déclaration d’impôts.

Bon, n’allons pas jusque là. Pour moi, quand je traverse ces passages à vide, l’activité de la lecture, c’est plutôt comme aller à cette super petite boutique de thé que j’adore : je sais que je vais adorer le goût du thé, mais l’effort que ça implique (prendre les transports, aller au bout du monde, dépenser de l’argent, discuter avec des gens, etc.) fait que je manque de motivation. C’est jamais le bon moment.

Donc, si vous êtes un peu comme moi, nos passages à vides ne sont pas tant dus à un manque de temps qu’à :

  1. Cet état d’esprit contraint
  2. Cette flemme

On avance, on avance…

3) Lire, c’est pas facile

Quelque chose qu’on entend rarement, angry momfinalement (parce que ce serait la honte de le reconnaître), c’est que lire est une activité difficile. Quand ça sort, c’est de la bouche de parents excédés qui n’ont rien compris à votre p*tain de conte de Flaubert et s’outragent que vous osiez demander à leurs mômes de le lire en entier et, pire, de l’analyser.

Avertissement : cette barre d’inculture peut contenir des traces de vérité. Ne pas lire la suite si vous êtes allergique.

Lire est une activité physique et intellectuelle.

On a trop tendance à oublier la première partie – qu’un professeur de philosophie s’est chargé de nous rappeler à notre entrée en M2 d’édition (l’un de ces jolis moments d’instruction où votre socle du monde fait un petit 180°).

Lire n’est pas qu’un effort intellectuel : pour qui n’en est pas coutumier, cette activité est un effort physique. Se pencher 3h sur un texte, lire des phrases et des phrases d’affilée, rester concentré sur le sens des mots, placer ses coudes correctement, sentir la raideur dans sa nuque, remonter ses talons sous ses fesses, tenir le livre au-dessus de soi, avoir mal aux bras, se trouver dans la position la plus ridicule et inconfortable possible, ne jamais être sûr de faire les choses correctement, s’énerver, recommencer constamment le même paragraphe parce qu’on a pas pigé l’enchaînement ou, de dépit, continuer avec tout un niveau de lecture qui nous est passé 3km au-dessus de la tête mais, surtout, n’avoir aucune patience pour ce truc qui exige une habitude physique et une capacité de concentration conjointes, particulières à cette activité.

Personnellement, tout ça, c’est moi quand je joue à un jeu vidéo. (Même un truc facile d’accès comme MarioKart, hein.) Je suis mal installée, j’ai mal au dos, au Q, aux bras, aux pouces, je ne comprends pas la moitié des fonctionnalités ni la façon dont mon personnage doit évoluer et pourquoi, vers quoi ; je meurs 42 fois la minute sans parvenir à rectifier mon erreur et si je peux, de dépit, continuer avec une jambe en moins, je le fais, parce que de toute façon à quoi bon. Mais, surtout, je n’ai aucune patience pour ce truc qui exige une habitude physique et une capacité de concentration conjointes, particulières à cette activité. Comme dans un livre, évoluer dans un jeu vidéo implique de maîtriser certains codes. Je ne les ai pas. Je m’énerve très vite et j’ai envie de jeter la manette, la console, et toute la baraque par la fenêtre. (Et moi avec.)

horse i can't

Si un ado crie qu’il n’y arrive pas ou qu’il doit faire une pause après 20min de lecture, et que vous le voyez ensuite allongé sur le ventre, le dos tordu, pendant 5h devant sa console, il ne se fout pas nécessairement, entièrement de votre gueule.

Lire, ce n’est pas facile. Ça s’apprend.

4) Le jugement constant

snobisme-litteraire-plaieLucie Kosmala en parle très bien dans son article Le snobisme littéraire, une plaie qu’il est possible d’éviter.

Il est quasi impossible de lire (ou de ne pas lire) sans être jugé sur ce qu’on lit (et ce qu’on ne lit pas) par les gens qui lisent.

Cela peut être dissuasif, vu de l’extérieur.
Et c’est surtout nocif, vu de l’intérieur, car les lecteurs internalisent ces jugements.

5) Lire pour le plaisir… mais pas n’importe quoi

Tous les amoureux des livres vous diront qu’ils lisent pour le plaisir, moi la première. Mais d’un autre côté, vous entendrez aussi qu’on ne va pas lire « n’importe quoi » non plus, hein, parce que « ça », par exemple, c’est du caca.

C’est quand même l’un des seuls loisirs où le kink-shaming est accepté comme part intégrante de la bonne pratique dudit loisir. Mais on rêve, là. Un loisir et la façon de le pratiquer a pour but de provoquer la satisfaction et le plaisir de la personne qui l’entreprend, on est d’accord ? Cela tient de l’ordre des préférences privées.

De même qu’il est admis que je n’ai pas à te juger autrement qu’en silence sur tes préférences culinaires ou sexuelles, je n’ai pas à te juger si tu aimes passer ton temps à lire des comics, des SAS ou, God forbid, des livres pour enfants.

 

6) Lire pour le style

Un autre snobisme pernicieux qui traîne sa sale mine dans le monde des lettres, c’est l’idée que l’on lit « pour le style », pas pour l’histoire (ni pour la caractérisation des personnages, ni pour l’humour, ni pour rien d’autre d’ailleurs). LE STYLE, CAPISCH ?

Oui alors non.

je ne lis plus et ca me desole clementine beauvais venereClémentine Beauvais, dans cette Lettre ouverte aux éditeurs de classiques, étranglait élégamment cette idée (et par « élégamment » j’entends : à grand renfort de langage coloré et en tapant des deux pieds).

On ne lit pas que pour le style, c’est absurde. Il est normal et sain, lorsque l’on commence à se familiariser avec la littérature (ou avec un certain genre de littérature) de devenir plus exigeant en terme de style. Mais, comme au cinéma, navrée, mais la beauté de l’image, ça ne suffit pas, il va m’en falloir davantage. La technique et le talent d’un auteur ne se mesure pas qu’à son style.

7) Lire mais pas assez, et pas assez bien

Oh ! combien de lecteurs, combien de bouquineurs, qui sont partis joyeux lire pendant des heures, se sont trouvés petits, riquiquis, honteux et penauds, face à un autre dévoreur, un plus grand littérateur qui leur parlait de ses lectures comme autant de terres conquises.

J’adore entendre discuter des passionnés. Que ce soit en écoutant Des papous dans la tête ou en m’embarquant dans un débat sur la SF tenu par d’excellents capitaines de navire bien plus versés que moi dans la cartographie de ces eaux profondes. Pourtant, pendant longtemps, dans ce genre de discussion, il y avait toujours un moment où je me sentais nulle.

« Oh la la. Mais toutes les références que j’ai pas. »cone of shame up

Parallèlement, on est toujours l’objet d’admiration d’un autre lecteur qui va malgré nous s’auto-humilier en comparant sa pratique à la nôtre. Que ce soit sur la quantité de livres lus ou sur leur qualité, par rapport au premier quidam qui site Hugo, on a facilement l’impression d’avoir escroqué son diplôme de littéraire.

je ne lis plus et ca me desole snobisme internalise souchon bidon

Toujours citer avec grand sérieux les références qui le sont le moins.

Sauf que justement, on a escroqué personne, il n’y a pas de diplôme dans cette affaire, puisque *la lecture est un plaisir*. Évidemment que vous n’êtes pas agrégé de Lettres classiques. Et je peux vous garantir que si vous l’étiez, vous vous sentiriez moins qu’une crotte de nez dans les discussions plus ou moins guindées et passeriez votre temps à vous comparer à d’autres brillants lettrés ; c’est sans fin.

Tout ce snobisme internalisé, il faut s’en défaire : une bonne suée pour qu’il nous sorte par les pores de la peau, et après, on se sentira mieux. Pour ne pas se sentir en-dessous de qui que ce soit, et surtout, ne pas se sentir illégitime à pénétrer dans quelque forme de littérature que ce soit.

Pour ne pas dire ni penser « Je ne lis pas/plus et ça me désole ».

***La seule raison d’être désolé***

La seule raison d’être désolé, c’est effectivement si, pour une mystérieuse raison, vous vous privez de ce que vous aimez.

La seule raison d’être désolé c’est si vous venez de vous rendre compte que ça fait un mois que vous n’avez pas pratiqué cette activité que vous adorez et que, vraiment, c’est trop bête, putaing chuis autodésolée, Julia, mea culpa moi.

Et pas parce que « ce serait bien » de lire, ne soyons pas ridicules. Ce serait bien de nettoyer la salle de bain, aussi, mais ça, bizarrement, pas très envie.

procrastination

Si vous aussi en êtes là de votre réflexion, et je pense que c’est le plus souvent l’état (de lamentation) des lecteurs qui, pour une mystérieuse raison (« Ahhhh, j’ai pas le temps ! »), traversent un désert de lecture, cette deuxième partie est pour vous. Beaucoup plus courte, elle prend le contrepoint des 7 branches de la culpabilité développées ci-dessus.

je ne lis plus et ça me désole snobisme internalisé banniere 2

1) Le temps de lire, comme le temps d’aimer, est toujours du temps volé.

Dans Comme un roman, Daniel Pennac entreprend de nous libérer de toutes les préconceptions qui nous empêchent d’être des lecteurs heureux et épanouis. Il parle de plein de choses, c’est drôle, intelligent et beau (ok, j’aime bien Daniel Pennac), et au-milieu de cette déclaration d’amour (et d’intention) aux livres, on trouve le passage qui suit.

comme-un-roman-pennac-daniel« Le temps de lire est toujours du temps volé. (Tout comme le temps d’écrire, d’ailleurs, ou le temps d’aimer.)
Volé à quoi ?
Disons, au devoir de vivre.
C’est sans doute la raison pour laquelle le métro – symbole rassis dudit devoir – se trouve être la plus grande bibliothèque du monde. Le temps de lire, comme le temps d’aimer, dilate le temps de vivre.
Si l’on devait envisager l’amour du point de vue de notre emploi du temps, qui s’y risquerait ? Qui a le temps d’être amoureux ? A-t-on jamais vu, pourtant, un amoureux ne pas prendre le temps d’aimer?
Je n’ai jamais eu le temps de lire, mais rien, jamais, n’a pu m’empêcher de finir un roman que j’aimais. »

On ne manque pas réellement de temps pour lire – enfin, si, bien sûr, on manque de temps pour tout. Mais comme tout ce qu’on aime, la lecture se glisse dans les interstices du temps grapillé, et dans le temps que l’on chapardera à telle ou telle autre activité. Pour cette raison, je vous recommande vraiment d’avoir toujours un livre de poche sur vous.

2) Lire est une activité comme une autre

Pour résoudre ce manque de temps, c’est bien simple (ou plutôt, non, c’est affreusement compliqué), il faut dégager du temps. Comme pour n’importe quelle autre activité.

  • Fais le truc

C’est pas sorcier, quand tu veux faire un truc (mettons, jouer au bilboquet), il faut faire ce truc (c’est-à-dire, jouer au bilboquet). Si tu penses que tu aurais le temps de jouer au bilboquet 10min dans ta journée, tu as probablement le temps de lire.

  • Force-toi à faire le truc

Après, bien sûr, on retombe sur mon problème de flemme : je sais que je vais aimer ça mais je n’ai pas la force psychologique et émotionnelle de m’asseoir et d’ouvrir un livre, de même que je n’ai pas la motivation pour sortir mon tapis de gym (alors que je retire un sentiment de bien-être de chaque séance de sport).

butitshard

Dans ce cas, il faut se donner un salutaire coup de pied au cul au démarrage, et après ça roule tout seul. Oui, faut se forcer à faire des trucs qu’on aime, on se remercie après.

3) Lire est un sport

L’escalade non plus c’est pas facile, mais pourquoi tout de suite tu regardes vers l’Éverest, aussi ? T’es pas net.

Dans la partie précédente, j’expliquais que « Lire, c’est pas facile », et ici je vais vous dire sans surprise que comme pour tout sport, il faut commencer par quelque chose qui est à son niveau, et pratiquer. Le plaisir n’en est pas diminué si vous pratiquez votre loisir hors compétition.

4) Lire méchamment, partager amoureusement

Et pour résoudre ce problème de jugement constant ?

Il faudrait être méchant envers les livres, pas envers les lecteurs.

Lisez méchamment ! Critiquez, soupirez, moquez-vous, pleurez de consternation ! (Si vous entendiez les saloperies que je maugrée quand je bouquine dans mon bain…)

Mais ! Ne vomissez pas tout ça sur d’innocents petits lecteurs qui eux, pourraient avoir apprécié le livre. Essayez, même quand vous en pensez plutôt du mal, de partager votre critique du livre avec amour. (Ou, au minimum, humour.) Si vous le faîtes bien, normalement, vous devriez être capable de donner envie de lire un livre que nous n’avez même pas aimé, ou qu’à moitié. Et sans mentir ! Là, , c’est de l’art.

Bref, comme pour tout, juge autant que tu veux, l’ami, mais reste civil, stp.

grantham

5) Lire pour le plaisir… et absolument n’importe quoi

Vous l’aurez compris, je suis partisane de laisser tranquillement tout le monde lire ce qu’il veut, y compris ce que je considère dans mon coin comme du bon concentré d’étron.

Tout simplement parce que des daubes, j’en ai lues, et je suis contente qu’on ne m’ait rien dit, d’un ton condescendant. Ça m’aurait énervée. Ça m’aurait peut-être même dégoûtée.

Alerte : ne jamais sous-estimer l’esprit de contradiction des gens vexés qui seraient fichus d’arrêter de lire. (Les cons.)

6) Lire pour ses propres raisons

On nous serine l’importance du style, moi, j’ai tendance à vachement insister sur la caractérisation des personnages… quant à vous vous, lisez pour vos propres raisons ! Et, encore mieux : lisez sans raison…

Pink-Panther-Approves-Gets-Back-To-Reading allez vous faire lire je ne lis plus et ca me desole

Ci-dessus : un lecteur libéré et irrésistible qui s’en balec’ de ce que pensent les autres.

7) Lire libre

Daniel Pennac (OUI TOUJOURS LUI), dans Comme un roman, établit les dix droits imprescriptibles du lecteur. Pour ne jamais se sentir coupable de rien, je voudrais m’arrêter une minute sur le n°3 :

« 3. Le droit de ne pas finir un livre »

Très important : trop de lecteurs que je connais restent « bloqués » parce qu’ils s’échinent à vouloir finir un livre avant d’en commencer un autre. Mais… pourquoi ? Si tu n’arrives pas à le finir, il y a sans doute une raison, non ? Il ne te plaît pas assez, il est mauvais, ce n’est pas ça que tu as envie de lire en ce moment, l’auteur tourne en rond, tu as la tête ailleurs… Quel dette de sang as-tu contracté qui t’oblige à achever le bouzin ? Libère-toi !

TG

STOOOOP !

Pour conclure cette réflexion, rejoignez-moi dans mon combat :

Le prochain qui vous dit « Je ne lis pas/plus » d’un air désolé comme s’il s’excusait, ou que vous entendez dire « Oh la la, mais moi je connais pas tout ça » >> balancez-lui de l’amour de manière agressive en lui collant un patch « lecteur libre » sur l’avant-bras (sous couvert d’une tape amicale). Cette personne a besoin de confiance en elle et d’une détox du snobisme internalisé.

 

À compléter par : « SI » / « QUAND » / « CE QUE » / « COMME », etc.

En vous souhaitant encore et toujours une bonne lecture,

Julia (aka Lupiot)

Lupiot

Publicités

40 réflexions sur “« Je ne lis plus et ça me désole », ou la cata culturelle du snobisme internalisé

  1. Moi, j’ai la flemme de faire un commentaire construit. Mais j’ai pris le temps de lire ton article, et je ne le regrette pas ! Une panne de lecture, ce n’est que temporaire et ça repartira comme sur des roulettes bientôt !
    Bon et en plus tu m’as redonné envie de relire du Pennac. Dire que je n’ai jamais mis le nez dans « Comme un roman »… et que je l’ai !

    PS : JE DIS OUI A TES AUTOCOLLANTS QUI AGRESSENT LE GUGUSSE PLEIN DE SNOBISME ! J’EN VEUX UN !

    Aimé par 4 people

  2. Génial, cet article, comme toujours !
    Je connais tout à fait ça et, quand parfois on me demande ce que j’ai lu de beau récemment et que, soit je n’ai rien lu, soit rien de bien nouveau (c’est-à-dire que j’ai relu pour la ixième fois Harry Potter, ou Ewilan, ou L’attrape-cœur, ou je ne sais quoi), j’ai presque un peu honte, ce qui est parfaitement ridicule.
    Donc merci et bravo pour cet article très pertinent !

    Aimé par 2 people

    • La même, sister. Ou tout simplement quand ça remonte trop, ou encore quand j’ai lu quelques trucs récemment mais vraiment rien qui mérite d’être mentionné (ça arrive), me sens nulle. STOP. C’est tellement s-t-u-p-i-d-e… Ah la la cette espèce de névrosés que nous sommes, nous autres lecteurs !

      Aimé par 1 personne

      • Et ce sentiment de nullité quand non, on n’a pas lu tel bouquin. Mais c’est normaaaaaal de ne pas avoir tout lu ! Ce n’est pas possible et pi, ce serait nul de ne plus rien avoir à découvrir (mais de toute façon c’est pas possible !). Donc je donnerai à lire ton article à toutes les personnes qui s’excusent de lire que de l’eau de rose, ou de ne pas avoir lu Flaubert, ou autre. MERCI !

        Aimé par 1 personne

  3. Trop bien comme article.
    En plus je venais de lire celui de Mad et je vais aller voir celui de Clémentine Beauvais. J’ai eu ce soucis pendant les études (genre quand je donnais des cours particuliers : « Comment vous n’avez pas lu Balzac ? Vous êtes vraiment prof de français ? ») ou quand je bloquais pendant la prépa (« je veux pas relire le Rouge et le noir alors je lis pas. Nah » – alors qu’un petit coup de SF et j’étais repartie).
    Et puis j’ai eu du mal à reprendre, et j’ai découvert la litté jeunesse, moins exigeante qu’un Hugo oui, mais tellement enrichissante ! Et puis je me suis dit que j’allais relire des trucs d’adultes, j’ai eu la flemme, j’ai essayé, je me suis forcée à finir Le Baron Perché (ouais je sais qu’on peut ne pas finir mais j’ai toujours des scrupules) (et Pennac <3). Et puis en fait, j'ai envie de lire de la jeunesse, donc je suis repartie (en me forçant un peu à ouvrir Le Chaos en marche 2. mais finalement je suis replongée dedans ! Comme avant d'aller au step !).
    Bref, tout ça pour dire que tu as raison et c'est bien de rappeler que c'est un effort physique (je le redirai à mes élèves d'ailleurs, j'avais parlé de la mémoire comme d'un muscle, mais la lecture c'est pareil !) et qu'il faut en faire un peu, mais sans se faire violence !
    Me souviens avoir eu une discussion avec ma tante, elle m'avait proposé le dernier Levy ou Musso et j'avais grimacé en disant que j'en lisais plus (après en avoir dévoré pendant mon lycée un paquet !). Comme je me suis rendue compte de mon snobisme, j'ai essayé de voir pourquoi j'avais apprécié, mais n'appréciais plus : déjà par envie de lectures plus exigeantes mais aussi parce que ma soif de romantisme facile mais qui fonctionne était comblée par les séries, et comme j'adore procrastiner devant l'ordi…
    Bref, vaste problème, merci de l'avoir cerné aussi bien 🙂 Je ferai des petites badges aux 6e hi hi (même si notre boulot est aussi de les pousser à lire des trucs du programme…) (en compensant avec les autres du CDI…) (compliquéééé….).
    Bref. Je lis ce que je veux 🙂

    Aimé par 4 people

    • Oh la la et selon les études que tu fais ça peut vraiment te bouffer. Comme le disait très bien Lucie K. sur Mad dans son article sur le snobisme Littéraire, on est presque obligé de devenir le snob qui nous fait souffrir.
      Le choix des lectures pour les collégiens est un vrai casse-tête !! (Entre le programme et ce qui pourrait plus facilement les encourager à apprécier la lecture…) Lis Comme un roman, si ce n’est déjà fait, ça va te plaire, j’en suis sûre.
      Pennac y parle de ses premières années de prof et des tours qu’il avait dans son sac pour donner envie. Une vraie course de fond qui implique beaucoup d’investissement et…. le soutien de l’équipe enseignante et des parents, ce qui n’est *AHEM* pas toujours évident (là c’est l’expérience de mon compagnon qui parle) (il enseignait le français aux 4e-3e cette année).

      Ah ah ! Les badges j’ai bien envie de carrément les commander en stickers chez un imprimeur, je verrai si je peux faire ça.

      J'aime

      • Pour Pennac, lu mais à relire (je vais me refaire Chagrin d’Ecole au passage), faut que je m’arme de patience et de courage ! (Mais j’ai une 4e qui récitait Cyrano en même temps qu’elle regardait la pièce, donc je me dis qu’on a pas tout loupé !)
        Et ouiiiiiiiiiiiiii pour les stickers ! (redbubble ? J’ai des amies qui y ont ouvert une boutique pour leur asso !)

        J'aime

  4. Merci pour cette article tellement véridique. En ce moment, je suis un peu en mode je cours partout du coup la lecture au second plan mais je suis du genre à me trouver un moment pour lire quand même. Après il y a ce livre qui me demande plus d’effort que les autres pour le lire et c’est vrai que dans ce cas là je le ressens cet effort.
    D’ailleurs j’ai appris grâce à toi que lire était un effort physique et mental. Je pourrais dire à mon père quand il me reproche de ne pas beaucoup bouger et de lire trop « je fais du sport papa ». On va bien rigoler. Tout ça pour te remercier de cet article que je vais me faire un plaisir de partager.

    Aimé par 2 people

    • Idem en ce moment j’ai entre 4 et 6 livres entamés qui se traînent mollement (des grands formats), mais j’ai aussi des petits machins à grignoter, des poches, que je consomme beaucoup plus vite (dans les transports, principalement). Néanmoins c’est horriblement frustrant de ne pas voir le marque-page avancer dans les livres que j’a sur ma table de nuit.
      (Reviens me relater la conversation avec ton padre, stp :D)

      J'aime

      • Je lui ai dit « papa je fais du sport! ». Il m’a regardé sans comprendre. Du coup, je lui ai expliqué et il n’a pas sur quoi me répondre. Il m’a regardé en deux fois en soupirant l’air de dire n’importe quoi et il a rigolé. C’était bien marrant.

        Aimé par 1 personne

  5. Je n’ai pas de mot pour exprimer tout l’intérêt de ton article, qui rappelle avec franchise des choses que l’on oublie ou ignore parfois sur la lecture et les lecteurs ! De Daniel Pennac, je connais surtout ses dix droits des lecteurs, dont l’affiche illustrée par Quentin Blake orne toujours un des murs de mon appart. On peut lire ce que l’on veut, comme l’on veut, quand on veut, et même ne pas lire/prendre le temps de lire !
    Je n’avais jamais vraiment fait attention à l’effort physique de la pratique de lecture. Mais en effet, ce sont bien des muscles habitués à des positions plus ou moins improbables qui m’aident à soutenir mon livre, lire longtemps et tourner les pages… un rappel tout à fait bénéfique, parmi tous les autres que tu fais ici. Que je m’en vais partager de ce pas !

    Aimé par 2 people

    • Oui, lire semble, surtout aux « grands lecteurs » une activité de détente, mais on se rappelle soudain (lorsqu’on lit longtemps ou des ouvrages plus ardus) que c’est un effort intellectuel… et on a totalement oublié la suée que cela peut être aussi, physiquement.

      J’ai le même poster, je l’adore, et il a toujours son petit succès !

      J'aime

  6. En voilà un article qu’il est bien! ^^
    Sans rire, je suis tombée dessus alors que je procrastinais au lieu de lire les nouvelles des 24heures de la nouvelle (parce qu’elles sont bien, que c’est bien, et qu’il faudrait que je le fasse quand même) et ça m’a fait du bien au moral!
    Même si dans le fond, je sens que cette culpabilité crasse (tant de livres à lire, si peu d’entamés!) va être un sacré baobab à déraciner =P
    Au moins maintenant, grâce à toi, j’ai conscience qu’elle est crasse 😉

    Aimé par 1 personne

    • Exactement ! Perso c’est la lecture de Comme un roman qui m’a permis cette prise de conscience, à l’adolescence (pour ça que j’en parle tant, ce fut une jolie expérience libératoire) : y a des conceptions qui nous encombrent, autant les jeter dans la cheminée (et se réchauffer les mains et le coeur au feu ardent de leur délicieuse agonie).

      J'aime

  7. Merci pour cet article, ça fait du bien ^^
    Et ça résonne particulièrement en moi en ce moment : j’ai commencé un livre sur les conseils d’une amie et je n’aime pas le personnage principal, du coup je lutte… Et moi qui suis capable de lire sans arrêt tout un week end quand je me refais ma saga favorite, je bouquine péniblement quart d’heure par quart d’heure… Par contre, même si j’adhère tout à fait au fait de ne pas finir un livre qu’on aime pas, là je me sens quand même obligée… Mais je vais alterner un peu avec des trucs plus cools !

    Aimé par 1 personne

    • Ah ah oui, je comprends qu’on se force pour faire plaisir à celui qui offre (…encore plus quand c’est l’auteur lui-même : le stress) mais c’est ça : quand ça coince, il faut aller prendre l’air chez un autre auteur, et ça permet d’avancer plus vite dans les 2, souvent.
      Merci à toi d’être passée commenter 🙂

      J'aime

  8. Merci pour cet article qui se lit avec plaisir… qui est donc particulièrement réussi vu le sujet!
    J’ajouterais à cet inventaire le ridicule  » le temps passé à lire ce roman/ cette BD/ ce magazine  » pour le plaisir est autant de temps en moins pour lire des livres de ma bibliothèque idéale ( entendre par là celle qui permet de briller dans les dîners en ville) ». Je suis parfois coupable de cette vilaine pensée, ridicule à plus d’un titre, notamment parce que je ne dîne jamais en ville.

    Aimé par 1 personne

    • Ah oui, j’ai connu ça aussi, je n’y ai pas pensé. Je m’en suis décomplexée depuis longtemps, ça doit être pour ça. En revanche, je l’ai encore un peu pour les séries par rapport aux films. J’ai l’impression de perdre mon temps à mater des séries au lieu de bons films. Quand c’est tout aussi stupide parce que les séries que je mate sont généralement d’une très grande qualité, et les films me déçoivent régulièrement… mais on a nos schémas psychologiques, influencés par les représentations sociales… et il n’est pas facile de s’en défaire.

      Aimé par 1 personne

  9. Arf… c’est trop tard, moi qui me suis fait violence pour finir le premier volume du Seigneur des Anneaux (il me reste dix petites pages qui m’attendent sur ma table de chevet), depuis trois semaines que je l’ai commencé, je compte les pages. Et pourtant, j’avais une envie folle de le lire ! Et c’est exactement comme décrit plus haut : je n’ai absolument plus envie de le lire, mais une fois lancée, je ne m’arrête plus. Je crois que je me suis forcée à le finir par respect envers l’auteur car je SAIS que Tolkien s’est construit tout un univers autour du Seigneur des Anneaux, a imaginé des langues, a élaboré des religions avec leurs légendes, dessiné des cartes par dizaines… #Culpabilité du pauvre lecteur dominé par tant de perfectionnisme.
    L’exemple contraire, ce serait avec Cyrano de Bergerac. Livre à lire pour le collège donc FORCÉMENT le Mal absolu, ouh, vade rétro satanum (il faut dire qu’Au Bonheur des Dames de Zola a été une telle souffrance que maintenant, je hais tous les livres qu’on me force à lire)… et pourtant, ç’a été une révélation. Je suis insensible aux vers et à la poésie. J’ai besoin d’action et non de romantisme. Comment expliquer le fait que j’ai pleuré d’émotion (par deux fois car je l’ai relu) devant le panache de Cyrano ? Mystère.

    Enfin bref.

    Aimé par 1 personne

  10. Pingback: La pause douceur #10 – Les tribulations d'une loutre lectrice

  11. Ton article est génial ! x)
    Comme tu le dis, il arrive des fois où j’ai des gros passages à vide, ou même (Horreur et Damnation !) pas envie de lire… (pour une ex-L étudiante en métiers du livre, c’est le comble ! ;P), et j’ai longtemps eu ce réflexe de « honte » ou de culpabilité… ce qui est absolument ridicule !
    Sans compté que je suis une grande re-lectrice : j’ADORE relire les livres que j’ai aimé (voir que je vénère) et à chaque fois je me dis que « c’est pas bien » parce que j’ai des tas de livres en ma possession à lire, des tas de nouveaux univers à découvrir et qui me font envie. Et bien que je me sois améliorée sur ce point, j’ai toujours eu beaucoup de mal à « accepter » le fait que si ce que j’ai envie (ou même besoin) à ce moment-là c’est de relire un livre, et bien c’est ce qu’il faut que je lise !

    Enfin bref, tout ça pour dire que j’adhère totalement à ce que tu développes ici, en plus tu arrives à aller rapidement au but, sans passer par 36 chemins et tout en gardant une bonne dose d’humour (les gifs ajoutés sont géniaux ! x) ), et du coup, j’adore !
    D’ailleurs, j’ai découvert ton blog récemment grâce à une amie, et j’ai lu deux/trois articles rapidement qui m’ont donné envie de me plonger un peu plus en profondeur dans ton blog, donc je pense que je vais re-trainer un peu dans le coin dans les jours à venir (entre deux révisions de partiels !). 😉

    Aimé par 1 personne

  12. J’adore cet article, comme d’habitude !
    Je suis aussi adepte de la culpabilisation dès que je ne lis pas et ton article m’a fait beaucoup rire – d’une parce que je partage totalement ton point de vue, et de deux parce qu’il sent vraiment le vécu !
    Comme un Roman de Pennac est aussi ma Bible… Je suis contente de voir que d’autres l’apprécient !

    Aimé par 1 personne

  13. Bon je ne vais pas aussi loin dans ma réflexion quand j’ai une panne de lecture, mais de fait, c’est souvent que je préfère glandouiller sur l’ordi et ne pas devoir faire d’effort particulier. Par contre quand je suis dans un roman génial, j’y retourne chaque soir avec avidité, du coup la notion d’effort intellectuel et/ou physique disparaît. Je suppose que c’est pareil pour tout le monde ! Je n’ai pas l’impression de me sentir coupable de ne pas lire, mais quand même d’être en compétition avec mes collègues libraires quand je vois qu’elles dévorent et peuvent conseiller plein de trucs cool et que moi je rame sur un même livre depuis 2 semaines… En tout cas, ta comparaison de la lecture et du sport est intéressante et ton image avec le joueur de jeux vidéo, je n’y avais jamais pensé mais tu as tout fait raison !! Sinon, je m’octroie très rarement le droit de ne pas finir un livre 😛 C’est arrivé quelques fois avec de la litt. blanche qui me gonflait, mais en jeunesse, je pense tjs que la fin pourra me surprendre ou quoi…
    En ce qui concerne le snobisme, je suis comme toi, moi je suis une bisounours, quand je vois qu’on aime lire, je fonds, même si c’est Twilight, Levy, Musso, Tchoupi, que sais-je d’autres (4 exemples que j’ai adoré en son temps et que je n’ose pas avouer en société et c’est un des gros regrets de ma vie de ne pas l’assumer). Je m’en vais vite cliquer sur tous les liens de ton article, et merci pour cette plongée au coeur de la lecture !

    Aimé par 1 personne

  14. Pingback: En finir avec le snobisme littéraire - Lucky MessLucky Mess

  15. Pingback: Cyberlectures #7 – Blottie dans un fauteuil

  16. Ouah ça c’est le l’article! Je l’ai trouvé super bien et c’est vrai que c’est impressionnant tous les petits détail qui entourent le monde de la lecture et qui virent parfois au snobisme ou au snobisme internalisé comme du le dis si bien =D Merci pour cet article!

    Aimé par 1 personne

  17. Je débarquais sur le blog en mode touriste et j’ai pas pu m’arrêter de te lire pour le coup ^^ J’adore ta façon d’écrire et tes choix de gifs, et surtout surtout, tes textes sont super intéressants et font réfléchir (et aussi me font procrastiner par rapport à mes études mais c’est secondaire ^^) Je m’abonne direct, j’ai hâte de lire les autres articles du blog et découvrir les nouveaux :3

    Aimé par 1 personne

  18. Pingback: Vos billets les plus tentateurs des derniers mois | L'or rouge

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s