TOP 5. Beaux livres à (se faire) offrir

Noël approche, c’est le moment de craquer pour des livres qu’on ne s’achète jamais. De beaux, très beaux livres. Des livres qui illuminent un intérieur, et font briller les yeux des petits enfants.

(Pardon, des grands enfants.)

TOP 5. BEAUX LIVRES À (SE FAIRE) OFFRIR

Avertissement : ceci est un article avec peu de texte et beaucoup de photos car nous avons établis précédemment qu’il s’agissait ici de BEAUX livres (c’est-à-dire qu’il faut les voir) et par ailleurs ils sont grands et donc il faut les voir MANIPULÉS.

Par ailleurs pardon : j’ai du mal à garder mon sérieux sur les photos.

  • #1. L’un des Harry Potter en grand format illustré, une (re)découverte enchanteresse (texte de J. K. Rowling, illustrations de Jim Kay (Gallimard, 2015 – en cours)

Ces albums sont des merveilles : le texte intégrale de J. K. Rowling dans la traduction de J. F. Ménard nettoyée, révisée et augmentée, texte richement illustré par le formidable Jim Kay, qui a su se réapproprier l’univers de notre sorcier balafré international en s’éloignant de l’univers des films — ce qui signifie que, personnellement, j’ai eu une bouffée d’indicible joie madeleinesque à la découverte de ses portraits des personnages. Ils ressemblaient à ce que j’imaginais lors de mes premières lectures — c’était comme des amis de mon enfance surgissant de la page. Saisissant.

Ses illustrations sont jubilatoires : on ressent à y plonger le regard combien l’artiste s’est fait plaisir, avec un sens du détail jouissif, un pur bonheur enfantin dans les scènes d’action, et des plongées délicieuses dans le macabre magique.

Le Chemin de Traverse, tome 1

Harry échappant qu journal de Tom Jedusor, tome 2

Les détraqueurs, tome 3

Et pour visualiser la bête, la voici placée à côté d’un spécimen apprivoisé de potterhead (de taille 1,65m, ongles d’auriculaire 1,1cm de large, écartement des narines 2,3cm). Sur la droite, vous pouvez admirer l’un des contenus additionnels : la page des trolls.

Ce livre est fortement recommandé pour toute personne souffrant d’un manque de beau livre.

  • #2. Moby Dick, dans la collection des grands classiques illustrés, un format géant avec 54 pleines pages couleur pour une plongée époustouflante dans l’aventure (texte de Herman Melville, illustrations d’Anton Lomaev) (Sarbacane, 2017)

La collection des grands classiques illustrés a ce côté « Wahou » des cadeaux de luxe parfaits pour le pied du sapin — le genre que soi-même, on s’offre rarement. (En quoi je pense qu’on a tort : il n’y a pas de mal à se faire du bien.)

Cette collection reprend le texte original (ici, celui de Melville), propose une nouvelle traduction, une mise en page aérée et agréable, et de grands illustrations toutes les deux ou trois pages, pour accéder en douceur et avec bonheur à la lecture des classiques. Exemple de page intérieure :

Ce n’est pas une version intégrale — sinon, à ce format, le livre atteindrait le poids de la baleine, ce qui serait assez malcommode à manipuler.

Tenu en main, c’est un beau morceau, que je recommande de lire confortablement installé sur son canapé ou à son bureau, l’animal ne supportant que très mal les transports en communs.

Ce livre est recommandé à toute personne aimant les baleines et le bleu.

  • #3. Une Bible, les textes et mythes chrétiens dans un format luxueux, chaleureux et savoureux (texte de Philippe Lechermeier, Illustrations de Rébecca Dautremer) (Gautier-Langueraud, 2014)

Une Bible, se lit comme un roman, et c’est cela qui est incroyable. On a vite fait de s’extasier sur le travail d’orfèvre de Rébecca Dautremer, qui est une peintre époustouflante. Mais le travail d’écrivain de Philippe Lechermeier est également remarquable, et c’est la conjugaison de leurs deux talents qui donne ici un livre aussi beau.

Exemples de double-pages :

Une Bible n’est pas une nouveauté (plusieurs titres dans cette liste ne le sont pas) mais un coup de cœur personnel, et vraiment, à mes yeux un cadeau magnifique.  La fabrication luxueuse est déjà un paquet de Noël : une tranche bleu lagon, un ruban rouge, un papier brillant…

Ce livre est recommandé à toute personne possédant des yeux.

  • #4. Yôkai et Haikus. Un monde flottant, une plongée onirique dans l’univers de la poésie et des monstres japonais (par Nicolas de Crécy) (Soleil, 2016)

Ce livre, presque un livre d’art, est un leporello.

Un kwa ? Un leporello : un livre accordéon. C’est pour cette raison qu’il a deux couvertures : car il se parcourt dans les deux sens, de chaque côté de l’ « accordéon ».

Nicolas de Crécy est l’un de mes artistes préférés en termes de roman graphique. Ici, il déploie un imaginaire nippon à la Miyazaki, inspiré des monstres japonais, les fameux « Yokaï » improbables, qui tantôt font rire, tantôt suscitent le malaise. Alternant les planches en gris et les planches couleurs, il peint la ville sous toutes ses difformités, traversée par ces apparitions surnaturelles délirantes et sublimes.

Ce livre peut se feuilleter, ou s’afficher ouvert sur une double-page, debout sur l’étagère : il est très coopératif, en matière de décoration. Après, si vous êtes consensuel, peu imaginatif, ou tout simplement envahis de livres, vous pouvez aussi le replier tristement et le ranger comme n’importe quelle BD lambda. Il fera alors cette taille-là :

Autrement dit, on ne se méfie pas… on ignore totalement quel univers gigantesque s’apprête à surgir de la page à l’ouverture !

Je recommande ce livre à tous les amateurs d’univers japonais, de légendes ou de contes horrifiques — et bien sûr, aux lecteurs séduis par le trait et les couleurs de Nicolas De Crécy… ❤

  • #5. Journal d’un corps, le roman grand format illustré, à la fois intimiste, saisissant et fiévreux (texte de Daniel Pennac, illustrations de Manu Larcenet) (Futuropolis, 2013)

La plume de Pennac, le pinceau de Larcenet... que demande le peuple ? Le peuple demande le Journal d’un corps. Et à qui le demande-t-il ? Au Père Noël.

Le Journal d’un corps en grand format illustré est une édition de luxe déboussolante de beauté et de bizarrerie. Le roman, intimiste interroge le rapport au corps du point de vue d’un homme arrivé à la fin de sa vie (qui laisse cet étrange témoignage à sa fille), et les dessins de Larcenet quand à eux s’approprient ce mélange de rejet, de fantasmes, d’amour et d’incompréhension que l’homme, toute sa vie, a entretenu avec son enveloppe charnelle, se lâchant dans les proportions, la dinguerie, la monstruosité, le drôlatique et le touchant.

La mise en page, très aérée, permet de ne jamais se sentir étouffé par la représentation parfois cauchemardesque duc corps, et au contraire de faire naître une sensation de rebond enfantin entre texte et image.

C’est un grand beau livre qui pèse son poids — le plus beau morceau de la sélection (suivi de près par Moby Dick).  Mais regarde comme il est beau.

(Il est bientôt l’heure que j’arrête cet article.)

Je recommande ce livre aux amoureux de Pennac et Larcenet, aux curieux des expériences de lectures différentes, et à tous les frimeurs qui aiment avoir de gros dos ronds et luxueux dans leur bibliothèque. Vous cachez pas, ont vous voit.

Donc, en résumé, ma petite sélection :

 

À bientôt !

Lupiot

Lupiot Allez Vous Faire Lire

Publicités

28 réflexions sur “TOP 5. Beaux livres à (se faire) offrir

  1. génial cette sélection! J’ai déjà les tomes un et deux de Hp en grand format et j’ai commandé le trois à noel (j’ai tellement hâte de pouvoir le relire, c’est un de mes tomes préféré 😀 !)

    J'aime

  2. J’approuve mille fois pour les Harry Potter, Une Bible et Journal d’un corps, ils sont sublimes ! Ce n’est pas pour rien qu’ils font partie des trésors de ma bibliothèque ! L’écriture de Philippe Lechermeier dans Une Bible est aussi envoûtante et passionnante que les illustrations de Rebecca Dautremer. J’ai adoré cette façon de jouer avec différentes formes de texte, différents styles.Et puis l’union Pennac-Larcenet… ♥
    J’ai été tentée par le Moby Dick à Montreuil, mais là, je me dis que j’aurais dû céder !
    Par contre, je ne connaissais pas du tout Yôkai et Haikus, et maintenant, je le veux ! (Et je le vois bien s’étaler quelque part sur une bibliothèque…) Merci pour la découverte ! (et pour l’envie d’aller tirer ces trésors de mes étagères…)

    J'aime

    • Je suis tellement contente que tu aies flashé sur Yokai Et Haikus !! Méconnu et sublime, original et déroutant ❤
      Oui Philippe Lechermeier est trop souvent oublié dans les critiques en raison de l'époustouflant travail de Dautremer, mais il est lui aussi fantastique.

      Mais je t'en prie, merci à toi :p

      Aimé par 1 personne

  3. Plusieurs questions/remarques :
    – Où sont les prix ?
    Ah ah, fourbe que tu es, j’ai tellement envie d’une Bible maintenant ! Mais je ne lis jamais les illustrés… J’ai Alice au Pays des Merveilles qui m’attend depuis un ou deux ans, L’Appel de la Forêt de Sarbac’ dans ma calsse…
    – As-tu vraiment mesuré tes ongles et tes narines ? (c’est une vraie question et j’ai très envie que tu répondes oui !)
    – Tu m’avais déjà convaincue pour le Monde Flottant eh eh.
    – Les HP ont vraiment l’air beau effectivement !
    – J’aime les Baleines et le bleu, mais c’est une histoire de chasse à la baleine non ? 😦

    Coeur sur toi toujours !

    J'aime

    • 1 – Les prix sont dans le vrai monde de la réalité véritable, ici nous sommes dans le monde merveilleux du blog où les livres sont beaux et on a envie de les avoir. (Plus sérieusement, je me pose parfois la question de mettre les prix, comme dans cet article, mais comme je ne le fais JAMAIS sur le blog, et que ça fait glisser mon taff de « critique » vers celui de « libraire », bon, j’ai choisi de continuer à ne pas les mettre… mais ce n’est pas forcément le bon choix.) (Cela dit les prix sont facilement trouvable sur les internets.)
      2 – J’ai réellement mesuré mes ongles et mes narines, réponse à la suite de laquelle j’aimerais faire remarquer que l’exercice est très difficile avec une règle en plastique.
      3 – C’est effectivement une histoire de chasse à la baleine… mais c’est parce que c’est une histoire d’obsession et de vengeance (genre la baleine lui a pris sa jambe, donc il la pourchasse… je te spoile pas grand-chose). Mais si tu aimes les baleines et le bleu il est nécessaire d’avoir ce livre pour les ILLUSTRATIOOOONS.

      Cœur sur toi-même !!
      (Et je comprends ton truc du « je lis pas les illustrés » c’est super bizarre j’ai un problème très similaire. Ils sont beaux, je les mets sur une étagère, je suis ravie… et je ne les ouvre plus jamais XD. En gros faut que je les lise tout de suite.)

      J'aime

      • Il va falloir qu’on trouve un truc. J’ai une très belle édition d’Alice, illustrée par Lacombe, je n’ai jamais lu le texte et j’ai à peine ouvert le livre. Je le regarde, le manipule, souris, le repose. Fichtre.

        J'aime

  4. Merci pour cet article qui tombe à pic ! Je ne savais pas quoi demander à mon copain pour noël (oui, moi j’ai pris très au sérieux la parenthèse « se faire »), Le journal d’un corps que je voulais lire depuis longtemps, illustré par Larcenet que j’adore, c’est le parfait combo!

    J'aime

  5. Je ne te remercie pas… Me faire miroiter de telles merveilles juste avant Noël, alors que je n’ai plus un rond. Enfin, je vais les ajouter à la wishlist que je vais faire passer (sauf les Harry Potter que j’ai déjà), peut-être qu’un gentil Père Noël viendra me les apporter 😉

    J'aime

  6. Pingback: C’est le 3, je balance tout ! # 12 – Décembre 2017 | L'ourse bibliophile

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s