TOP 5. BD Humour (2017)

Je suis actuellement en train de préparer mes TOPS annuels afin de les partager avec vous en janvier. En outre, je planche actuellement sur mes :

  1. Top 15 littérature jeunesse 2017
  2. Top 15 bande dessinée 2017

… qui compilent mes coups de cœur sur les lectures de l’année. Or, en m’attelant à cet exercice (à la fois excitant et frustrant, comme toujours), je me suis rendu compte que j’avais, étonnamment, de nombreuses excellentes BD humoristiques à recommander. Comme elles ne vont pas toutes trouver leur place dans mon « Top BD » absolu, et qu’il nous reste quelques jours avant Noël — et forcément une amie / un tonton à qui on ne sait toujours pas quoi offrir…

Voici mon :

TOP 5 BD HUMOUR
(ET CE QUE JE VOUS RECOMMANDE SI VOUS LES AVEZ DÉJÀ LUES)

  • #1. Zaï Zaï Zaï Zaï, de Fabcaro (Six pieds sous terre, 2016)

Pourquoi Zaï Zaï Zaï Zaï est-il si uninimement apprécié ? C’est simple, il allie l’humour absurde à la Desproges, ce décalage de mauvais goût si délicieux, à un discours un brin méta sur l’art et surtout, sur la société conformiste. En bref : on se mord les joues de rire, on recrache son thé par le nez, et en plus, c’est brillant.

Si vous avez lu et aimé et en avez marre de vous l’entendre recommander tous les deux jours parce que bon, Zaï Zaï Zaï Zaï c’est super, mais, What else ?? voici trois titres sous-tendus par le même genre d’humour :

  1. De rien, de Geoffroy Monde (Delcourt, 2017)
  2. Carnets du Pérou – Sur la route de Cuzco, de Fabcaro (Six pieds sous terre, 2013)
  3. Et si l’amour, c’était aimer ?, de Fabcaro (Six pieds sous terre, 2017)
  • #2. Le sens de la vis 1. La vacuité, de Ferri et Larcenet (Les rêveurs, 2011)

Dans Le sens de la vis, nous suivons un élève dessinateur et son maître, dans une parodie légère de l’apprentissage des arts-martiaux tel qu’on le connaît dans les films de genre, avec son Grand Maître Zen et sa clique d’aphorismes en haïkus.

C’est faussement bête et vraiment malin.

Dans le même genre, je vous recommande :

  1. Le sens de la vis 2. Tracer le cercle, de Ferri et Larcenet (Les rêveurs, 2012)
  2. Critixman, de Larcenet (Les rêveurs, 2007) (Note : mini-format)
  3. Peu de gens savent – 169 révélations fondamentales permettant aux imbéciles d’appréhender le monde avec un minimum de sérieux., de Larcenet (Les rêveurs, 2010) (Note : c’est un beau livre)
  • #3. Joker, de Benjamin Adam (La Pastèque, 2015)

Une BD inattendue à l’humour absurde, qui traite d’une bizarre affaire d’héritage partie en sucette. Le pitch ? Trois frères, plutôt beauf, jouent aux cartes chaque semaine. L’un d’eux est le patron richissime et célibataire des deux autres, qui sont ses employés vivant respectivement avec leurs huit moutards dans de petites baraques serrées. Or, leurs parties de cartes ont cela de singulier que celui qui tombe sur le Joker peut échanger sa vie avec celle d’un autre joueur pendant une semaine. Ainsi, les trois hommes « tournent », et échangent métier, maison, femmes, enfants, toutes les semaines. Il y a 1000 raisons pour que ça tourne mal.Et, pour notre plus grand bonheur, ça tourne très, très mal.

Côté suggestions dans le même genre : je suis désolée, ce n’est pas de la BD, mais si vous ne connaissez pas, matez Fargo, bon sang de bois. Grâce aux frères Coen, on n’en revient pas de la jouissance éprouvée à regarder des personnages stupides agir stupidement dans des scénarios dramatiques. Avec des vrais m

orceaux de dinguerie et une caméra savoureusement pince-sans-rire.

Comment ça j’enfonce des portes ouvertes à « faire découvrir » les frères Coen ? Écoute, partant du principe que je n’ai The Big Lebowski que le mois dernier alors qu’on me le recommandait depuis 10 ans, je me dis qu’il y a d’autres idiots dans ce vaste monde qui manquent une occasion de se faire plaisir :

  1. Fargo (le film), de Joel Coen (1996). Durée 1h38.
  2. Fargo (la série), de Noah Hawley, produite par Joel & Ethan Coen (Fox, 2014 – en cours). Chaque saison indépendante compte 10 épisodes de 48 minutes.
  • #4. Le jour le plus long du futur, de Lucas Varela (Delcourt, 2015)

Le jour le plus long du futur est une BD sans texte. OUI. Sans texte. Tu dubites ? Moi aussi. Mais on a tort. Visuellement extrêmement bien fichu (mouvements et enchaînements de cases parfaitement lisible, pas une seconde de perdue), émotionnellement fort, graphiquement drôle, cette BD de SF critico-existentialiste qui moque la société consumériste se croque comme un bonbon.

Dans le même genre, je vous recommande :

  1. Police Lunaire, de Tom Gauld (Éditions 2024, 2014)
  2. Safari Lune de miel, de Jesse Jacobs (Tanibis, 2015)
  3. Et tu connaîtras l’univers et les dieux, de Jesse Jacobs (Tanibis, 2014)
  • #5. En cuisine avec Kafka, de Tom Gauld (Éditions 2024, 2017)

En cuisine avec Kafka est un recueil de strips humoristiques sur le thème du livre et de la lecture assez #geekpower. Les strips de Tom Gauld circulent ici et là sur internet et il est fort possible que vous soyez tombés dessus à l’occasion. L’absurde et le sarcasme sont très présents, et le ton reste toujours extrêmement léger, de sorte que c’est vraiment une lecture détente qui colle le smile.

Dans le même genre, je ne peux que vous recommander le volume précédent de Tom Gauld, ainsi que d’autres monuments de culture geek comme le livre de XKCD, ou la fraîcheur de la glandeuse adulescente socio-anxieuse Sarah Andersen :

  1. Vous êtes tous jaloux de mon jet pack, de Tom Gauld (Éditions 2024, 2014)
  2. Et si… ? Toutes les réponses les plus scientifiques aux questions que vous ne vous êtes jamais posées, de Randall Munroe (Flammarion 2015)
  3. Les adultes n’existent pas, de Sarah Andersen (Delcourt, 2017)

*

Les bonnes BD d’humour valent la peine d’être partagées, non ?

Bonnes lectures,

Lupiot

Lupiot Allez Vous Faire Lire

Publicités

7 réflexions sur “TOP 5. BD Humour (2017)

  1. Max m’a conseillé le Sens de la vis, mais je suis partie sur Le Retour à la terre du même auteur (peut-être à tort ?) je voulais faire rire et un peu réfléchir mon papa ;). On verra la prochaine fois, s’il ouvre le livre !
    Cette année, je suis la (petite-)fille/nièce/cousine merveilleuse ou affreuse selon les goûts, qui offre un livre à chaque personne. o/

    J'aime

  2. Oh oui Zaï Zaï Zaï ! A cause de ça on ne peut plus répondre à la caissière mon copain et moi lorsqu’elle nous demande notre carte de fidélité –‘ Mais heureusement on a toujours une roulade arrière sous le coude

    J'aime

  3. Pingback: C’est le 4, je balance tout ! #11 – Histoires vermoulues

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s