Saga, de Brian K. Vaughan et Fiona Staples (2012-…)

Au salon du livre de Paris qui se tenait le mois dernier, je me suis laissé tenter par plusieurs bande-dessinées dont l’ovni Saga que plusieurs libraires m’avaient conseillé.

Sept tomes de cette série de comics américains sont déjà parus, dont six on été traduits en français. Je n’ai lu que les trois premiers pour l’instant, mais je suis assez sûre de mon coup de cœur…

…donc c’est parti pour une recommandation sans réserve de :

 

Mais pourquoi donc ai-je craqué si complètement ?

  • C’est terriblement original.

Saga est un « space-opéra épique », nous dit Wikipédia. En quoi Wikipédia est à côté de la plaque comme rarement, car le propre de cette Saga, sa singularité, ce qui fait tout son charme, c’est que, justement, elle n’est pas épique. C’est un space-opéra intimiste, qui retourne comme un gant tous les codes du genre en concentrant son intrigue sur un couple de personnages pacifistes qui fuit le conflit galactique à l’arrière-plan.

On retrouve l’invention propre aux space-operas dans la richesse des races extra-terrestres, notamment, mais on ne retrouvera pas la tension guerrière et les combats spatiaux d’un Battlestar Galactica (très bonne série, en passant) : Saga s’articule autour d’un couple qui s’aime, pas de deux armées qui s’affrontent.

Quand il y a des traits sur les images, c’est dû à la qualité discutable de mon maudit scanner, pas à l’impression de la BD.

Lire la suite

(Infographie) Quelques-uns de mes auteurs préférés

On me l’a demandé d’innombrables fois (très exactement : 3) aussi cédé-je sous la pression populaire :

Voici, non pas mes livres préférés (ce sera pour une autre fois (vous me voulez vraiment du mal, argh)), mais quelques-uns de mes auteurs préférés (avec mes livres préférés d’eux). En images, parce que c’est plus sympa. Oui, vous m’avez grillée à 300 km avec mes sabots à paillettes, c’est encore une infographie. Mais une infographie sur des auteurs, ça ressemble à quoi ? À un truc comme ça :

extrait infographie auteurs

On sera en droit de se demander à quoi sert une telle liste : en tout cas pas à établir un podium. Elle sert, comme la plupart de mes chroniques, à faire découvrir des œuvres et des auteurs que j’aime.

En bonus, vous aurez des illustrateurs (de talent) dans la pagaille.

Suivez le sens de défilement, et si vous ne vous perdez pas en route, rendez-vous à la sortie. Lire la suite

Les carnets de Cerise, de Joris Chamblain et Aurélie Neyret (2012-…)

Vous est-il arrivé, enfant, d’écrire dans un journal intime les aventures partagées avec vos meilleur(e)s ami(e)s, vos soupçons de complots sur de mystérieux inconnus, ou même des fiches de personnages pour vos aventures imaginaires, voire vos futurs romans ?

Si oui, vous ne serez pas dépaysés en lisant Les carnets de Cerise. Si non, vous vous délecterez de les découvrir.

Tome 4

À l’occasion de la sortie du quatrième tome, La Déesse sans visage, paru le 27 janvier dernier, je reviens sur cette série-pépite des éditions Soleil pour la faire découvrir aux novices. Les carnets de Cerise contiennent le récit des aventures de Cerise, une petite fille (11 ans dans le tome 1, Le zoo pétrifié) à l’imagination débordante qui rêve de devenir romancière. Toujours à l’affût d’une nouvelle source d’inspiration, ses amies et elle ont tendance à se retrouver plongées au cœur de mystères bien plus grands qu’elles. Lire la suite

Le mini-top BD jeunesse 2015

On approche de la fin janvier, il est donc temps de boucler la saison des « Top ». 2015 a été pour moi une année de découverte, et redécouverte du monde des livres. C’est notamment cette année que je me suis remise à la bande-dessinée (pour les grands et les petits), forme que j’avais délaissée au cours de l’adolescence.

i was young and stupid got tyrion

BEHOLD, mon mini top BD et romans graphiques jeunesse 2015. Comme pour Mes coups de cœur romans jeunesse, on part à rebours, et pour chaque titre cité, je vous propose plusieurs idées dans le même genre. Lire la suite

Ma maman est en Amérique, elle a rencontré Buffalo Bill, de Régnaud et Bravo (2007)

ma_maman_est_en_amerique_regnaud_bravoMa maman est en Amérique, elle a rencontré Buffalo Bill fait partie de ces titres qui invitent habilement à retourner la carte postale, pardon, à ouvrir le livre. Il s’en dégage à la fois une candeur enfantine et une nostalgie amusée, et je ne sais pas vous, mais moi, les choses tendres et intelligentes, c’est mon dada. Lire la suite

Angelot du Lac, d’Yvan Pommaux (1998)

Après World War Z (et pour le jour de Noël), j’avais envie d’une jolie chose. C’est la vision sur les tables des libraires, des nouvelles oeuvres d’Yvan Pommaux* qui m’a remis en mémoire ce diamant brut. Je m’y suis replongée.

angelot du lac yvan pommeaux« Angelot du Lac » , c’est le nom donné au bébé trouvé au bord du lac par Ythier, Coline et leur bande de gamins livrés à eux-même. Dans cet univers médiéval dessiné à traits simples et délicats, cette bande de gentils diables, saltimbanques—danseurs—vas-nus-pieds—brigands, survit au jour le jour dans un esprit bon enfant, prenant soin du petit dernier. Jusqu’au jour où un évènement sépare Angelot de ses parents d’adoption. Lire la suite

Si vous avez aimé… Peter Pan, de James Matthew Barrie (1911)

peter pan roman hachette james matthew barrieTant que les enfants seront innocents et sans coeur, Peter Pan viendra les chercher à la fenêtre pour les emmener au Pays Imaginaire. Dans ce conte à la fois candide et féroce, qui capture à merveille l’esprit de l’enfance, on a le côté mignon et espiègle de Peter qui a toujours toutes ses jolies petites dents de lait, et la force de cruauté de l’imaginaire enfantin -selon lequel les enfants perdus doivent se taillader eux-mêmes pour continuer à passer par les trous de l’arbre du pendu, leur foyer gouverné par le général Pan.

Si cette oeuvre vous a fasciné, allez donc lire : Lire la suite