Deux albums pour affronter ses démons

Aujourd’hui dans mon livre de recettes pour le bonheur, deux façons d’apprendre à vivre avec ses démons :

  1. Tine, ou les idées noires au placard, de Cécile Gambini
  2. Le chant des génies, de Nacer Khémir et Emre Orhun
  • Tine, ou les idées noires au placard, de Cécile Gambini (Thierry Magnier 2014)

tine ou les idées noires au placard cécile gambini thierry magnierDans sa vie, Tine a plein de petits monstres qui l’enquiquinent. Des chagrinelles, des misérones et des pénibilettes. Ils sont de toutes les tailles et de toutes les couleurs, à poils et à cornes, lui donnant toutes sortes de douleurs. Ces petits monstres, cela fait trop longtemps qu’elle les laisse la tarabistouiller. Aujourd’hui, c’est décidé : elle s’en débarrasse.

Un album aux couleurs chaudes et lumineuses comme un Kupka, peuplé de petits mots et de petits monstres adorables sortis de l’imaginaire enfantin. Ils sont si mignons que finalement, après les avoir affrontés à coups de colères et d’armes de destruction massive (un sèche-cheveux, notamment), ces petits lutins difformes aux sourires malicieux, on les regretterait presque… et si on en gardait un, rien qu’un, un tout petit ?

Page :

photo 2

 

Et dans un tout autre ton…

  • Le chant des génies, de Nacer Khémir & Emre Orhun (Actes Sud Junior 2008)

Il était une fois un paysan très pauvre… pour nourrir sa famille, un jour, il réunit son courage et se résolut à aller cultiver le champ des génies. C’est un champ fort ordinaire, sauf que dès qu’on ose y faire la moindre chose, un génie (bon ? mauvais ?) sort de terre pour demander :

le chant des génies-Qu’est-ce que tu fais là ?

Alors le paysan répond. Il est juste venu semer son blé.

-Attends, on va t’aider !

Les génies apparaissent par dizaines et sèment avec lui.

Chaque jour, la même question, et chaque jour, des génies, deux fois plus nombreux que la veille, qui sortent de terre pour lui prêter main forte. Mais peut-être le pauvre paysan aurait-il dû tourner le dos à ce dangereux engrenage lorsque la machine s’est emballée, car, qui sait de quoi sont capables de si puissants alliés ?

Et lorsque cela dérape et que le paysan, sous le coup de la colère, donne une gifle à son fils :

-Qu’est-ce que tu fais là ? Attends, on va t’aider !…

photo 4

Un conte exotique qui a toute la puissance, belle et terrifiante, de ce genre littéraire : sa narration répétitive, sa montée en tension, sa légèreté dans le drame. Un conte cruel qui, à la fin, soupire à notre oreille, dans un murmure qui nous descend le long du cou dans un discret frisson, que l’on devrait se garder de jouer avec des forces que l’on ne comprend pas. Les illustrations, à la personnalité médiévalo-orientale sombre, donnent toute sa force au texte. Superbe et glaçant* album !

chant des genies

Bonne lecture,

Lupiot

Lupiot Allez Vous Faire Lire

 

 

 

 


* À ne pas lire aux petits juste avant de dormir.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s