Mimsy Pocket et les enfants sans nom, de Jean-Philippe Arrou-Vignod (2015)

Reçu en cadeau*, Mimsy Pocket est un roman « compagnon » (comme disent les anglophones) à Magnus Million, dont la lecture n’est pas nécessaire pour accompagner Mimsy dans son voyage.

mimsy pocket et les enfants sans nom jean-philippe arrou-vignodChapardeuse insaisissable, la petite Mimsy est une adolescente osseuse au regard frondeur qui ne s’en laisse pas compter. Quand ses camarades (comme elle orphelins des rues), disparaissent sous ses yeux, enlevés par les « hommes-loups » à la solde de la Dame en noir, elle se lance à leur poursuite dans une opération de sauvetage improvisée. Mais dans l’entre-deux qui distingue la ville-haute de la ville-basse, les choses ne sont pas ce qu’elles paraissent. Qui est véritablement l’inquiétante Dame en noir, que veut-elle faire de tous ces orphelins ?…

À mi-chemin de ses malheurs, le chemin de Mimsy (re)croise celui du riche Magnus, embarqué malgré lui dans une négociation politique dangereuse, et tout récemment rescapé d’une tentative de meurtre ayant frôlé de très près le succès. Leurs traces de pas se croisent dans les neiges de l’imaginaire Syllirie, et à eux deux, ils vont affronter les démons qui les ont respectivement mis à terre.

Le caractère asocial et bougon de l’intrépide mais fragile Mimsy la rend terriblement attachante, tandis que celui, ouvert et gentiment gauche, de Magnus (qui m’a moins plu lors de son équipée en solo dans la première partie du roman ; j’avais envie qu’il se découvre un estomac) leur permet de former un duo qui fonctionne à merveille. En outre, et c’est l’aspect le plus fin de leur caractérisation, il s’échappe de leurs échanges une affection d’une profondeur inouïe qui n’est pourtant jamais dite, et à peine actée. Ils restent sur le sentier des promesses faites au détour de leur aventure, et c’est très réussi.

Un roman d’enlèvements et de trahison, de retrouvailles et de pardon, où les héros s’explorent et se découvrent avec toute la force et la candeur nécessaires qu’on espère et attend d’un roman pour les 9-12 ans. D’une jolie fraîcheur.

Bonne lecture,

Lupiot

Lupiot Allez Vous Faire Lire

 

 

 

Mimsy Pocket et les enfants sans nom, de Jean-Philippe Arrou-Vignod, chez Gallimard Jeunesse, 2015, 336 pages


* De l’auteur lui-même. Héhé.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s