Colorado train, de Thibault Vermot (Sarbacane, 2017)

Article par Bloup

Impatient(e) de retrouver les héros de la série Stranger Things ? Avant de vous plonger dans la prochaine saison, voici un petit quelque chose pour vous remettre doucement dans l’ambiance…

1949, ville de Durango, État du Colorado. George, Suzy, Don, Durham, Michael et son frère Calvin, sont inséparables. La vie qu’ils mènent paraît tout à fait normale pour des adolescents d’après-guerre : entre deux plans pour fabriquer des fusées, ils cherchent à éviter les mouises avec Moe et sa bande, les affreux de la ville. Ce quotidien aurait pu ne connaître jamais de fin, mais un train arrive un jour avec un passager clandestin… Doucement, une menace s’installe autour des héros, une menace qui finira par les prendre en chasse !

POURQUOI C’EST COOL

  1. La bande de copains inséparables

L’amitié entre les 6 personnages principaux est dépeinte de manière toute simple et authentique : chacun avec sa personnalité, ils se complètent, se chamaillent, se serrent les coudes… Bref, ils sont joliment unis et laissent entrer sans peine le lecteur dans leur cercle.

Même dans leur manière de parler, les personnages (ados en 1949) font très authentiques (petites insultes affectives, introductions de parties en anglais telles qu’on peut en dire dans notre quotidien après avoir regardé trop de séries américaines — ou juste de la pub, les petites phrases en anglais sont partout autour de nous). Par exemple

– T’as des preuves ? T’as des détails ?
– Bah non.
– Bah, ferme-la mon gros. Just sit and think. (p. 82) Lire la suite

Publicités

Si vous avez aimé… les Tim Burton

Le principe des listes Si vous avez aimé… c’est que je vous propose des livres dans le même genre. « Mais, minute, lépidoptère ! Tim Burton est un réalisateur, il fait des films. Tu vas nous recommander des films ? »

Non. Je vais vous recommander des livres. Tout plein de livres à la Tim Burton.

Je suis tombée il y a peu sur un artiste nommé John Kenn Mortensen (découverte du festival Étonnants Voyageurs (où j’ai acheté beaucoup trop de livres)). Il fait des trucs comme ça :

john kenn mortensen monstres poussette

john kenn mortensen monstre lit

De gros monstres poilus un peu inquiétants mais presque sympathiques. Il accouche aussi de créatures bien plus effrayantes :

 

Le principe, c’est qu’il dessine sur des post-its (aussi, les nombreux détails que vous voyez sur ces dessins sont faits, au max, sur du 15 x 7.5 cm). Ses livres s’appellent  Monstres pense-bête et certains d’entre eux me rappellent beaucoup l’univers, certes, de Tim Burton, mais aussi de Hayao Miyazaki.

no face miyazaki sea

Le Sans-Visage de Miyazaki

john kenn mortensen monstres tiroir

Le tiroir à monstres de Mortensen

Le Sans-Visage monstrueux de Miyazaki

Le Sans-Visage monstrueux de Miyazaki

Le monstre-araignée de Mortensen

Le monstre-araignée de Mortensen

Tout en me délectant de ses dessins, je me suis dit qu’il fallait absolument que les fans de Tim Burton du monde entier, et plus généralement tous les amateurs de petites monstruosités gothiques aux yeux exorbités, découvrent son univers. Or, ça fait également quelques temps que j’ai envie de partager mon amour pour Edward Gorey, un grand monsieur américain peu connu sous nos latitudes qui fait des choses dans le même esprit, c’est donc l’occasion d’une petite liste de recommandations thématiques.

Théma gothico-absurde, here we go.

Lire la suite

Mon sang ne fit qu’un tour, ou les vampires sans paillettes (Liste de livres de vampires, partie 1)

« Les vampires sont passés de mode. », entend-on.

OH QUE NON.

(Enfin, un peu.) Les zombies, dans un premier temps, et les dystopies, dans un second, les ont supplantés sur le podium des univers à la mode, mais les histoires de vampires étaient populaires longtemps avant, le seront longtemps après, et aujourd’hui encore, de nombreux lecteurs sont mordus de vampires, et toujours à fureter dans les rayons à la recherche de sang neuf.

true blood jessica gif

(Cette phrase était sponsorisée par la ligue des mauvais jeux de mots #1)

Seulement, ils doivent souvent se contenter de vampires édulcorés, passés à la javel, lobotomisés, inscrits au lycée (voire, à une Vampire Académie, horreur), plongés dans un broc de fond de teint et dans un sachet de paillettes. Les lecteurs voraces font avec, car ils aiment les vampires. Mais bon, les vampires tout doux tout beaux tout lisses, à la longue, c’est fadasse, et ça laisse un goût amer (comme les endives).

Si vous aimez les vampires et que vous en avez marre des endives, cette liste est faite pour vous. Lire la suite

World War Z, de Max Brooks (2006)

C’est un livre un peu spécial, autour duquel je tournais depuis un moment. Le théma zombie (qui ne semble pas près de s’essouffler) donne étonnamment de très bons et très originaux écrits*, et World War Z en fait partie.

world war zCeci n’est pas un roman. Comme l’indique son sous-titre, World War Z : une histoire orale de la Guerre des zombies, on est davantage face à un recueil de témoignages. Lire la suite