Quand on trouve que c’est bien écrit, mais mal fait

J’avais prévu de publier une chronique sur Quelqu’un qu’on aime, de Séverine Vidal (quelqu’un que j’aime plutôt), paru chez Sarbacane (un maison d’édition que j’aime aussi) cette année 2015. Mais j’étais tarabistouillée car, ce roman… il m’a déplu. Il m’a déplu alors qu’il reçoit les louanges de plein de lecteurs intéressants et intelligents. Alors forcément, me voilà tarabistouillée. (Vous me direz « les goûts et les couleurs » : oui, évidemment. Mais…) Je trouvais qu’il y avait des problèmes techniques, dans ce road-movie plein d’amour. Du coup, j’ai laissé mijoté ce roman sur ma table de chevet en attendant de savoir qu’en faire.

quelqu'un qu'on aime séverine vidal sarbacane

Un roman qu’on n’a pas tellement aimé : chroniquer, ne pas chroniquer ? Je trouve généralement plus enrichissant de partager ses bonnes découvertes. Par ailleurs, Quelqu’un qu’on aime est loin d’être assez mauvais pour que j’estime nécessaire de venir lui boxer le menton en faisant entendre ma voix dissidente*. Alors : ne pas chroniquer ? Lire la suite

Pourquoi la littérature jeunesse ?

La littérature jeunesse, j’aime ça, je l’ai déjà dit. Mais pourquoi ?

Est-ce le syndrôme Peter Pan ? Ai-je peur du monde des adultes, des délais administratifs et du goût amer du café ? (Totalement.) Aucun rapport. Si je l’aime tant, c’est que la littérature jeunesse est : Lire la suite