Le Passage du Diable, d’Anne Fine (2011)

Au menu du jour, un roman gothique. J’ai lu trop de fantastique de la période romantique à l’époque du lycée, de sorte que, pendant longtemps, la seule mention d’un château gothique réveillait en moi les miasmes de l’indigestion. Ça ne fait pas si longtemps que je suis désensibilisée de mon allergie, et un roman gothique comporte toujours un petit risque de haut-le-cœur, avec moi.

johnny depp jack sparrow eww vade retro

Ah mais je vais quand même récapituler les gimmicks du roman gothique, ceux-là même qui me font aimer et fuir le genre.  Lire la suite

Mon sang ne fit qu’un tour, ou les vampires sans paillettes (Liste de livres de vampires, partie 2)

Hier, je vous parlais des vampires classiques dans la première partie de cet article, visant à remettre un peu les suceurs de sang à leur place dans le rayon fantastique-horreur, et à leur faire quitter la Vegan Academy*.

* Les vrais gens ont le droit d’être vegans, mais si on retire aux vampires l’attribut principal qui en fait des êtres monstrueux, on se retrouve avec des endives. Or, nous avons déjà établi que, les vampires-endives en littérature, c’est peu goûtu et très lassant.

Voici donc la suite et fin de la liste des livres pour mordus de vampires qui en ont assez des endives. Lire la suite

Mon sang ne fit qu’un tour, ou les vampires sans paillettes (Liste de livres de vampires, partie 1)

« Les vampires sont passés de mode. », entend-on.

OH QUE NON.

(Enfin, un peu.) Les zombies, dans un premier temps, et les dystopies, dans un second, les ont supplantés sur le podium des univers à la mode, mais les histoires de vampires étaient populaires longtemps avant, le seront longtemps après, et aujourd’hui encore, de nombreux lecteurs sont mordus de vampires, et toujours à fureter dans les rayons à la recherche de sang neuf.

true blood jessica gif

(Cette phrase était sponsorisée par la ligue des mauvais jeux de mots #1)

Seulement, ils doivent souvent se contenter de vampires édulcorés, passés à la javel, lobotomisés, inscrits au lycée (voire, à une Vampire Académie, horreur), plongés dans un broc de fond de teint et dans un sachet de paillettes. Les lecteurs voraces font avec, car ils aiment les vampires. Mais bon, les vampires tout doux tout beaux tout lisses, à la longue, c’est fadasse, et ça laisse un goût amer (comme les endives).

Si vous aimez les vampires et que vous en avez marre des endives, cette liste est faite pour vous. Lire la suite

Relecture Harry Potter : 1. L’école des sorciers, de J. K. Rowling (1997)

Septembre, c’est la rentrée. On laisse derrière soi piscine et farniente, on quitte le camping et les lectures d’été, on abandonne son bronzage et son grignotage et, pour certains, on se débarrasse enfin de son épouvantable famille de moldus. Ciao la compagnie !

Haters gonna hate

Oui, la rentrée, c’est l’occasion ou jamais de me lancer dans un défi nostalgique que je me traîne de longue date : relire les Harry Potter. Les relire pour la énième fois (au moins la 13e pour celui-ci ?), mais pour la 1ère fois avec un œil de grande personne. C’est un défi de longue haleine, que je me lance sur un rythme pépère (car je n’ai pas envie de lire que ça non plus) : un par mois, et je viendrai vous les chroniquer. Donc, c’est parti !

hp 1 école des sorciers folio junior Harry Potter à l’école des sorciers, c’est l’histoire de Harry, un petit boy de onze ans, rachitique et ironique à souhait, martyrisé par sa famille d’adoption, mais qui ne s’en laisse pas compter. Lire la suite

Animale (1 & 2), de Victor Dixen (2015)

animale victor dixenJe n’aurais jamais ouvert ce livre n’eût été le besoin de travailler dessus*. C’est donc l’un de ces cas où les occasions forcées vous font songer à toutes les occasions manquées. La couverture n’est tellement pas à mon goût (Barbie dans la forêt ?) que je n’aurais pas rencontré Blonde (Blonde !), superwoman du XIXe, héritière déshéritée d’un comte fou-furieux, orpheline qui voit lui tomber dessus un autre héritage, bien plus mystérieux et sauvage …et franchement pas sexy !

Je sens que je vous intrigue.  Lire la suite

Marina, Carlos Ruiz Zafón (1999)

marina carlos ruiz zafon pocketJ’ai un livre dans ma bibliothèque depuis des années, qui m’a été offert il y a longtemps. J’avais été ravie par la découverte ; je viens donc partager avec vous ce bonheur de lecture…

Barcelone, 1979. Oscár est interne dans un pensionnat dont il ne cesse de s’échapper pour parcourir les rues de la ville. Au cours d’une de ses petites escapades, il rencontre Marina, une jeune fille fascinante qui l’entraîne à la poursuite d’une femme énigmatique se rendant régulièrement dans un cimetière abandonné. Lire la suite

Les ferrailleurs 1. Le Château, d’Edward Carey (2015)

les ferrailleurs 1 le chateau edward carey grassetVous pensiez avoir une famille hors du commun ? Désolée de vous décevoir, j’ai déniché la perle en matière d’originalité !

Clod Ferrayor et sa famille vivent dans leur château, au sommet de l’océan de détritus de Londres. Depuis des décennies, chaque nouveau-né de la dynastie se voit attribué un objet, qui ne le quittera jamais. Lire la suite

Le Paris des Merveilles 1. Les Enchantements d’Ambremer, de Pierre Pevel (2004)

Je cherchais un livre cool à lire dans le métro et cette couverture émeraude a tout de suite attiré mon regard…

Demandez à n’importe quel touriste de vous nommer la figure la plus symbolique Paris, il vous répondra à coup sûr : « la Tour Eiffel ». Tout le monde la connaît, cette grande dame de fer. Oui, mais… et si elle n’était pas en fer, justement ? Et si elle était en bois blanc de l’OutreMonde ? Lire la suite

Coraline, de Neil Gaiman (2002)

Ceux qui ont ouvert Coraline en s’attendant à une gentillette lecture du soir en sont sans doute revenu : voici un compte aussi décalé et terrifiant qu’Alice au pays des merveilles.*

Capture d’écran 2015-06-15 à 18.01.20Coraline vient d’emménager dans une étrange et vieille maison située dans un coin de l’Angleterre perpétuellement plongé dans le brouillard. Lire la suite

Jean-Claude Mourlevat le merveilleux

Je viens de finir de lire La rivière à l’envers, et plutôt que jean-claude mourlevatd’en faire la critique comme à mon habitude, je me dis que c’est l’occasion de chanter les louanges de Jean-Claude Mourlevat, son auteur, et de faire découvrir à ceux qui ne le connaissent pas son univers fantastique à la Miyazaki. Lire la suite