Le ciel est partout, de Jandy Nelson (2010)

Le ciel est partout fut pour moi une lecture yo-yo. Je me suis fait des réflexions comme « GROUMPF ! C’est incohérent. » et « BWAHAHAH ! C’est bien vu. » Aussi, Jandy Nelson, je te garde une place spéciale sur mon étagère. Toi, ta voix d’auteur m’a beaucoup, beaucoup plu, mais alors mollo sur les bêtises, hein. Je te surveille.

i'm watching you

De quoi ça parle ? C’est l’histoire de Lennie, lycéenne clarinettiste accomplie, foldingo des Hauts de Hurlevent, amie avec la plus excentriques des féministes, ayant grandi dans une ville à l’héritage hippie si marqué que son prénom, Lennon (pour John Lennon) n’est pas du tout le plus étrange du quartier. Lire la suite

Le Sauvage, de David Almond (2009)

Entrez dans la parenthèse camaïeu de ce roman graphique halluciné.

le sauvage david almond dave mckeanIl s’appelle Blue, et il a des bleus à l’âme. Son père est mort il y a peu, et il se sent entièrement, entièrement bleu. Sa mère lui conseille d’écrire dans un carnet pour faire sortir tout ça, mais Blue, étaler ses sentiments sur papier, il trouve ça un peu débile, et n’y parvient pas, alors, à la place, il imagine un personnage… Ce serait un garçon sauvage, brutal, à la frontière de l’humanité, qui vivrait dans les bois et dévorerait ses ennemis. Lire la suite

Oscar et la dame rose, d’Éric-Emmanuel Schmitt (2002)

Comme dirait ma petite sœur, Oscar et la dame rose n’est « pas seulement un livre triste qui parle de thèmes graves et importants, c’est plus que ça. Et même si les lettres envoyées à Dieu, à sens unique, sont drôles, elles restent poignantes. » (Oui, ma petite sœur est une fine analyste ☺)

oscar et la dame rose schmittC’est l’histoire d’Oscar, un petit garçon qui va mourir. Il le sait, le lecteur le sait, tout le monde le sait. Que faire du peu de temps qui lui reste ? Lire la suite

Quelques minutes après minuit, de Patrick Ness (2011)

Mince, c’est triste. Triste de façon cruelle, intelligente et belle. Triste de façon douce et irréparable, comme un conte d’Andersen. Encore une fois, j’ai été séduite par la belle couverture, mais surtout, ici, par le nom de l’auteur qui malgré une première rencontre ratée (avec Et plus encore), a su me démontrer son talent (avec Le Chaos en marche).

Quelques minutes après minuit, Conor reçoit la visite d’un monstre. Un monstre millénaire, immense et puissant. Pourquoi le monstre est-il là ? Que lui veut-il ? Conor n’est pas impressionné. Lire la suite