Nathan, Emma… Pourquoi il faut arrêter d’appeler ses personnages de romans par les prénoms les plus populaires IRL

Me revoilà pour un nouvel article de la catégorie Les noms dans la littérature. Vous aimez les noms ? Vous aimez la littérature ? À la bonne heure !

Avant-propos

Cet article risque de donner l’impression que je me moque de certains prénoms. Ce n’est pas le cas. J’ai même choisi exprès, pour mes exemples, des prénoms que j’apprécie, pour ne pas devenir tarabana à les taper quinze fois de suite. Aussi, gardez à l’esprit que quand je dis qu’il faut arrêter de donner à ses personnages de romans les prénoms les plus populaires IRL,

  1. c’est bien pour des considérations littéraires ;
  2. c’est une question de dosage ;
  3. j’ai de bonnes raisons, allez, continue de lire !

Donc, pourquoi faut-il arrêter de nommer ses personnages de romans avec les prénoms du Top 30 ? Mais pour ces 5 points que nous allons ci-dessous développer, pardi !

doctor-who-tennant-allons-y
Lire la suite

Quand on trouve que c’est bien écrit, mais mal fait

J’avais prévu de publier une chronique sur Quelqu’un qu’on aime, de Séverine Vidal (quelqu’un que j’aime plutôt), paru chez Sarbacane (un maison d’édition que j’aime aussi) cette année 2015. Mais j’étais tarabistouillée car, ce roman… il m’a déplu. Il m’a déplu alors qu’il reçoit les louanges de plein de lecteurs intéressants et intelligents. Alors forcément, me voilà tarabistouillée. (Vous me direz « les goûts et les couleurs » : oui, évidemment. Mais…) Je trouvais qu’il y avait des problèmes techniques, dans ce road-movie plein d’amour. Du coup, j’ai laissé mijoté ce roman sur ma table de chevet en attendant de savoir qu’en faire.

quelqu'un qu'on aime séverine vidal sarbacane

Un roman qu’on n’a pas tellement aimé : chroniquer, ne pas chroniquer ? Je trouve généralement plus enrichissant de partager ses bonnes découvertes. Par ailleurs, Quelqu’un qu’on aime est loin d’être assez mauvais pour que j’estime nécessaire de venir lui boxer le menton en faisant entendre ma voix dissidente*. Alors : ne pas chroniquer ? Lire la suite