TOP 5. Romans gays plutôt gais (ou inversement)

Dans ce top 5, je ne vous recommande que des livres que j’ai lus et adorés. Donc : c’est incomplet, c’est imparfait, mais je vous propose aujourd’hui :

DES ROMANS GAYS PLUTÔT GAIS (ou inversement)
même si en vérité il s’agit surtout d’explorer l’amour et la sexualité

hors des sentiers purement héréro

Pourquoi ?

¿ Por qué no ?

Des listes de romans thématiques, on en trouve facilement sur internet, et certaines se chargent de référencer les romans jeunesse qui explorent la sexualité. Pas dur de trouver ces listes… si on les cherche. Sorti des plateformes thématiques LGBTA+*, ce n’est pas tellement une littérature mise en avant.

MAH C’EST UN TORT ! Les romans pour ados explorant le genre amoureux et sa sexualité sont souvent géniaux — et, d’ailleurs, même quand ils pêchent par d’autres aspects littéraires, ils s’avèrent souvent réussis sur celui-ci. Pourquoi ? Aucune idée, mais une intuition : les auteurs de ces romans se souviennent de ces interrogations douces-amères, de ces élans brûlants et violents, de ces douleurs et incertitudes, qu’ils ont ressenties ados, quand ils aimaient, quand ils voyaient leurs amis s’aimer, quand ils se demandaient quelle était leur place, quand il voulaient jouer au jeu de l’amour, eux aussi.

J-je crois que tu me plais. Parce que, quand je te vois, mon cerveau devient débile.

(Je ne sais pas si ça vous rappelle quelque chose, mais à moi, oui.)

On touche alors à un bout de vérité dont on (l’auteur, nous) ne s’est pas tout à fait débarrassé, comme un morceau de mue adolescente invisible à l’œil nu qui serait néanmoins resté accroché.

Parce que ces livres sont très bons là-dessus, je vous propose une petite liste de recommandations de romans gays plutôt gais (ou inversement). Lire la suite

Publicités

Samedi 14 novembre, de Vincent Villeminot (2016)

Ce roman ne parle pas des attentats du 13 novembre 2015. Il parle (tout est dans le titre) du lendemain, qui nous a saisi dans la stupeur, le silence et l’effroi. Dans l’inconfort de ne pas savoir comment être triste. Dans cet ennui blanc et ce bouillonnement confus. Le lendemain, on était assommé, capable de rien.

Ok, partons de là.

Samedi 14 novembe Vincent VilleminotLe héros s’appelle B., juste B. Car en ce lendemain, il n’est pas lui-même, il n’est pas entier. Il lui manque la part d’humanité qu’on lui a arraché la veille. La veille où son frère est mort à une terrasse, en trinquant avec lui.

B. circule dans cet état blanc. En montant dans une rame de métro, il reconnaît l’un des terroristes de la veille. Comme un fantôme, il lui emboîte le pas. Le bouillonnement à l’intérieur de lui prend l’ascendant.

Il suit ce jeune type jusqu’à un appartement. Là, il apparaît face au terroriste. Face à lui et… face à la fille qui habite ici. Layla.

Il n’a rien décidé de ce qu’il allait faire.

§

Ce roman m’a waow… il m’a pfiou… Il est magnifique. De nombreux lecteurs vous diront qu’ils en ressortent avec de l’espoir ; qu’il leur a fait du bien. Alors, pas moi, il ne m’a pas fait du bien — mais je l’ai trouvé beau, puissant. Intime et épique.

davide-aurilia-kiss-in-storm

Comme ce gif de Davide Aurilia.

J’ai échangé mes impressions avec Tom de La Voix du Livre au cours de la rédaction de cette chronique, et nous avons convenu de rebondir sur les impressions de l’autre : vous trouverez quelques liens au fil de l’article qui vous permettront de profiter de nos deux avis. Sur un roman aussi sensible, ce devrait être une expérience intéressante.

Pourquoi faut-il le lire (sans spoiler) : Lire la suite

Tobie Lolness, de Timothée de Fombelle (2006-2007)

Je n’avais jamais lu Tobie Lolness.

 

Je vous laisse un temps pour me jeter légumes avariés et chaussettes sales.

boo-avatar-shame

Tobie Lolness est sorti en 2006, et pour aussi mignon qu’il avait l’air, ce roman, il m’a inspiré une réaction s’approchant de « Meh ¯\_(ツ)_/¯ », car à cette époque, j’avais 16 ans et au lycée je m’étais éloignée des romans jeunesse pour lire :

  1. des mangas ;
  2. Amélie Nothomb ;
  3. de la vieille SF des famille ;
  4. Tolstoï.

…dont Tobie me semblait très éloigné. Tout ça pour établir que, contrairement à l’exercice auquel l’on se prête avec nostalgie et amusement sur le blog (pour Les Royaumes du NordHarry Potter ou Le Livre des Étoiles, par exemple), cette chronique de Tobie Lolness n’est pas la relecture d’un classique de mon enfance avec des yeux d’adulte. C’est une découverte.

Et oh, boy, quelle découverte. Lire la suite

Le château de Cassandra, de Dodie Smith (1949)

Article par Bloup

Lupiot va publier dans quelques jours un article Si vous avez aimé… Jane Austen auquel j’ai pris plaisir à participer (car oui, j’aime beaucoup Jane Austen). Or, dans cette liste, nous vous recommandions Le château de Cassandra. Donc, de quoi s’agit-il plus exactement ?

chateau de cassandra dodie smith allez vous faire lierAnnées 30 . La famille Mortmain vit sans le sous dans un vieux château d’Angleterre. Cassandra et sa sœur Rose partagent la même chambre et leurs secrets, à l’image des héroïnes de Jane Austen ou Charlotte Brönte, qu’elles admirent profondément. Rêvant de richesses qui leur permettraient de sortir de leurs misère, leur quotidien est soudain bouleversé par la famille héritière américaine du manoir voisin… et accessoirement leurs nouveaux fortunés propriétaires. Simon Cotton, l’aîné des deux frères, fait particulièrement forte impression à Rose…

shy in love fleur bambi

Pourquoi lire Le château de Cassandra ? Lire la suite

Run Billie, de Claire Loup (2016)

JF paumée, mystérieuse, exubérante et passionnée, cherche identité, raison d’aimer, envie de continuer… & distraction en attendant. Romantiques sans le sous et musiciens décérébrés bienvenus, police et pas sérieux s’abstenir. Contacter ASAP.

run billie claire loup allez vous faire lireBillie, la chanteuse de 21 ans du groupe pop-rock Run Billie (à la sauce Christine and the Queens), qui vient en quelques mois à peine de se hisser au sommet de la gloire, a disparu le soir de son premier concert au Bataclan de Paris. OMG !

L’inspecteur Prajnic est chargé de la retrouver : il va progressivement auditionner tous les proches de Billie – qui, dans la vraie vie, s’appelle Adèle . Au fil des auditions, des flash-backs nous ramènent quelques mois plus tôt, partant de la naissance de Run Billie et nous plongeant dans l’effervescence qui a suivi. On pêche au compte-goutte les informations dans le tourbillon de personnages qui entoure Adèle/Billie, on découvre la personnalité trouble de cette jeune femme qui brûle la vie, qui n’en a rien à faire de ce que pensent les autres, cache des peines immenses… et que personne ne semble connaître en entier. Qui est vraiment Billie ? S’est-elle seulement dévoilée à qui que ce soit ?
Et, la vraie question : est-elle en danger, ou se paie-t-elle notre tête ?

tu bluffes martoni allez vous faire lire Lire la suite

Fans de la vie impossible, Kate Scelsa (2016)

J’ai un peu repoussé cette chronique pour cause d’avis changeant ; pourtant, j’ai beaucoup de choses précises à dire au sujet de ce curieux et fascinant roman.

De quoi s’agit-il ? C’es l’histoire d’un garçon et une fille et un garçon. Minute. Ça me rappelle un truc…

triangle amoureux

On retrouve les mêmes archétypes. Aïe aïe aïe, ça s’engage mal ! MAIS NON. La force de ce roman, c’est qu’il ne s’agit pas d’une dynamique classique, où la fille doit choisir entre les deux garçons. C’est un triangle où tout le monde s’aime (un vrai triangle, quoi), et où personne ne fait vraiment de choix.

Maintenant que j’ai votre attention… Lire la suite

Dans le désordre, de Marion Brunet (2016)

Dans le désordre, de Marion Brunet, est l’un de ces rares romans jeunesse qui m’aura emportée hors du monde pour m’y ramener plus ancrée, présente, consciente.

dans le desordre marion brunetL’histoire s’ouvre sur une scène de guerre, non, de manifestation. Alors que la foule s’agite, que les forces de l’ordre commencent à forcer l’ordre, Jeanne aperçoit Basile au creux de la houle. Basile et ses mains qui dansent, son air de voler au-dessus de tout. La manif dégénère, certains sont embarqués, d’autres un peu cabossés, et Jeanne, tremblante, se retrouve avec quelques autres mordus de la vie à débriefer autour d’un café. Lire la suite

Bouche cousue, de Marion Muller-Colard (2016)

Aujourd’hui, je vais vous parler de — non, je vais tout juste évoquer, tout juste effleurer — ce roman paru hier dans la collection Scripto de Gallimard Jeunesse, Bouche cousue.

bouche cousue marion muller-colardC’est l’histoire d’Amande — née Amandana, 2e génération d’immigration italienne — dont la vie adolescente au lavomatic familial ressemble au linge propre et doux, parfaitement rincé, essoré, séché, plié, repassé, avec rien qui dépasse et un air de sent-bon. Lire la suite

Ma mère, le crabe, et moi, d’Anne Percin (2015)

Voilà une super découverte, qui ne partait pas gagnante, et que je suis RAVIE d’avoir faite.

ma mère le crabe et moi anne percin le rouergueMa mère, le crabe, et moi, d’Anne Percin, raconte à la première personne l’histoire d’une adolescente qui vit seule avec sa mère, à partir du moment où celle-ci se voit diagnostiquer un cancer. Pourquoi cela ne partait pas vraiment gagnant ? Sans doute un peu car je commence à en avoir soupé de la « sick-litt » (horrible, horrible expression) qui peut produire le meilleur comme le pire, et aussi car je craignais que le ton humoristique me hérisse le poil.

Hé bien c’est une merveille. Lire la suite

La Passe-miroir 2. Les disparus du Clairdelune, de Christelle Dabos (2015)

Nous inaugurons un nouveau style de critique débile polyphonique. (Rassurez-vous, ça devrait être sympa. Et quoi qu’il en soit, cela restera ponctuel). Avant toute chose :

#CHRONIQUE CERTIFIÉE SANS SPOILER

la passe-miroir 2 les disparus du clairdelune christelle dabos allez vous faire lireLupiot : En ce jour béni, vous avez peut-être enfin l’opportunité de tenir entre vos mains le tome 2 de la Passe-miroir. Si c’est le cas, demandez à vos parents un mot du médecin ou, si vous n’avez plus l’âge, posez un RTT. (Bunny : Toi, on voit que t’es au chômage. Aujourd’hui, c’est dimanche. Il n’y a ni école ni RTT. Mais c’est pas grave, t’es bien brave, continue.)

Lupiot : Je disais donc, avant d’être grossièrement interrompue, que ce jour saint, vous devez le consacrer à la lecture de ce livre sacré. (Bunny : Accordez-vous déjà le temps d’admirer l’objet. Les lettres dorées, l’illustration magnifique…) Lire la suite