Si vous avez aimé… Eléanor & Park, de Rainbow Rowell (2013)

Eléanor & park couvertureEléanor & Park reçoit des louanges de tous les côtés. C’est un bon roman, c’est vrai, il est à la fois touchant et honnête, et plein de beaux passages. Il n’est pas aussi spirituel, sans doute, que peuvent l’être les John Green, où les rencontres sont prétexte à des quêtes identitaires, où la plume est douce et brutale comme l’univers. Eléanor & Park est plus inscrit dans la popculture et le béton, dans le quotidien concret dans lequel les héros adolescents se débattent, et c’est la rencontre de l’autre, à la fois rejeté et attendu, qui viendra nous élever le cœur.

Ainsi, si vous avez aimé Eléanor & Park …allez donc lire : Lire la suite

Le labyrinthe, de James Dashner (2009)

Le labyrinthe James DashnerDans un autre article, j’évoquais les différents Hunger Games de la littérature, et dans un autre, je critiquais ladite trilogie de Suzanne Collins. Sur une thématique avoisinante : la série L’épreuve, de James Dashner (2009-2011), dont Le labyrinthe* est le premier tome.

Beaucoup de le fans de Hunger Games se sont jetés dessus. Le principe n’est pas tout à  fait le même puisque les candidats ne sont pas stricto sensu censés se tuer, et que le raisonnement derrière le « jeu » tient d’avantage d’un survivalisme post-apocalyptique bizarre que d’une logique gouvernementale de divertissement et/ou de terreur. Lire la suite

Hunger Games, de Suzanne Collins (2008-2011)

Les Hunger Games, je les ai dévorés. J’ai encore plus aimé leur adaptation cinématographique, ce qui mérite d’être noté puisque ça ne m’était jamais arrivé.

hunger games trilogieKatniss vit dans le 12e District, région la plus pauvre d’une union futuriste lugubre gouvernée d’une main de fer par le Capitol. Lire la suite

Si vous avez aimé… Hunger Games, de Suzanne Collins (2008-2011)

hunger games 1 couvertureLa thématique des jeunes gens jetés dans une arène pour s’entretuer au vu et au su de tous n’est pas nouvelle —non je ne vais pas remonter aux antiques jeux du cirque, même si c’est l’idée— et étrangement, elle a éclôt de façon indépendante sous la plume d’écrivains sans parenté littéraire. Collins vient ainsi prendre le relai de King, Takami et même Nothomb.

Les auteurs de cette liste ont à un moment additionné culte du voyeurisme + goût pour la violence. Résultat ? Et si l’homme moderne était capable de faire de la mort un divertissement ? Sur cette idée poussée à l’extrême, ils ont construit un univers.
Si c’est ça qui vous a fait frissonner dans Hunger Games… allez donc lire : Lire la suite

Si vous avez aimé… Nos étoiles contraires, de John Green (2012)

nos étoiles contraires couvertureNos étoiles contraires* fait un tabac, et pour cause : c’est une merveille. Permettez-moi d’élaborer : le roman est parcouru d’un humour mordant (tantôt acide, tantôt doux), et pourtant, il parle de l’amour naissant de deux jeunes cancéreux.
(Baah ! Fuyons !)
Suis-je la seule à prendre peur quand je lis ça sur une 4ème de couv’ ? Peur du pathos désespérant, pas cliente des formules lacrymales… Bref, je me méfie. Lire la suite