Histoires du chien qui avait une ombre d’enfant, de Hervé Walbecq (Montreuil 2015)

Ce livre fait partie de la sélection « Pépites » du Salon du Livre et de la Presse Jeunesse 2015, qui se tiendra à Montreuil du 3 au 7 décembre prochain. J’aimerais pouvoir lire toutes les (54) pépites pour me faire mon avis (et vous le donner) mais c’est bien sûr impossible.

Mais non.

Même si, avec un peu de cocaïne, je pourrais en lire la moitié. 1 livre/jour, sur un mois, j’ai déjà fait. J’irais pas jusqu’à dire que je le déconseille, mais il faut accepter l’état de transe qui va avec.

Lire la suite

Le passage, de Louis Sachar (1998)

Cela fait un long, long moment que ce bizarre roman me holes louis sacharfaisait de l’œil du coin de son trou. Il s’appelle Holes en V.O., et on comprend pourquoi : notre héros va passer d’interminables, interminables heures à creuser. Pourquoi ? Aucune idée, et c’est bien ça le plus désespérant.

le passage louis sachar gallimardStanley s’est retrouvé au Camp du Lac Vert sur une erreur judiciaire. Pour lui, ça n’a pas été une surprise : il se traîne une malédiction vieille de quatre générations, qui fait que les Stanley Yelnats (palindromes de père en fils) sont toujours là au mauvais endroit au mauvais moment. Lire la suite

Des livres pour les assiégés familiaux

En cette période magique* où il serait de mauvais goût de désespérer publiquement de son environnement familial, on est d’autant plus en droit de se réconforter avec des lectures remontantes. Tantôt drôles, tantôt émouvantes, voici donc des lectures jeunesse pour qui subirait une famille difficile à gérer : Lire la suite

Si vous avez aimé… Eléanor & Park, de Rainbow Rowell (2013)

Eléanor & park couvertureEléanor & Park reçoit des louanges de tous les côtés. C’est un bon roman, c’est vrai, il est à la fois touchant et honnête, et plein de beaux passages. Il n’est pas aussi spirituel, sans doute, que peuvent l’être les John Green, où les rencontres sont prétexte à des quêtes identitaires, où la plume est douce et brutale comme l’univers. Eléanor & Park est plus inscrit dans la popculture et le béton, dans le quotidien concret dans lequel les héros adolescents se débattent, et c’est la rencontre de l’autre, à la fois rejeté et attendu, qui viendra nous élever le cœur.

Ainsi, si vous avez aimé Eléanor & Park …allez donc lire : Lire la suite

Angelot du Lac, d’Yvan Pommaux (1998)

Après World War Z (et pour le jour de Noël), j’avais envie d’une jolie chose. C’est la vision sur les tables des libraires, des nouvelles oeuvres d’Yvan Pommaux* qui m’a remis en mémoire ce diamant brut. Je m’y suis replongée.

angelot du lac yvan pommeaux« Angelot du Lac » , c’est le nom donné au bébé trouvé au bord du lac par Ythier, Coline et leur bande de gamins livrés à eux-même. Dans cet univers médiéval dessiné à traits simples et délicats, cette bande de gentils diables, saltimbanques—danseurs—vas-nus-pieds—brigands, survit au jour le jour dans un esprit bon enfant, prenant soin du petit dernier. Jusqu’au jour où un évènement sépare Angelot de ses parents d’adoption. Lire la suite

Si vous avez aimé… Nos étoiles contraires, de John Green (2012)

nos étoiles contraires couvertureNos étoiles contraires* fait un tabac, et pour cause : c’est une merveille. Permettez-moi d’élaborer : le roman est parcouru d’un humour mordant (tantôt acide, tantôt doux), et pourtant, il parle de l’amour naissant de deux jeunes cancéreux.
(Baah ! Fuyons !)
Suis-je la seule à prendre peur quand je lis ça sur une 4ème de couv’ ? Peur du pathos désespérant, pas cliente des formules lacrymales… Bref, je me méfie. Lire la suite