#Bleue, de Florence Hinckel (2015)

Gros potentiel pour cette petite dystopie de chez Syros*. Écrit par Florence Hinckel, que je m’étais promise de revenir visiter après son très fin Scripto L’été où je suis né, #Bleue semblait très prometteur.

#bleueDans une société futuriste gentiment aseptisée, on a trouvé le moyen d’éradiquer la douleur : une petite opération et pfiout ! disparu le chagrin d’amour, disparu le traumatisme de l’accident de voiture, disparu petits et grands bobos. Ne demeure qu’un point bleu sur le poignet, témoin d’une ancienne peine… Lire la suite

Mingus, de Keto von Waberer (2012)

Voilà un roman de SF dystopico-amoureuse pour le moins étonnant.

Mingus keto von waberer le rouergueMingus est une expérimentation biologique, un homme-lion. À la mort de son père spirituel, il s’enfuit du labo, emportant avec lui celui qu’il appelle « Petit frère », l’objet de toute son affection immesurée. Mais Mingus est beau, d’une beauté irréelle, fascinante et effrayante, dont on ne peut se détourner, et dès qu’il est découvert, chacun voudra s’en emparer pour faire de lui, qui sa mascotte, qui son porte-parole, qui son sujet d’étude, qui un martyr. Lire la suite

Endgame 1. L’Appel, de James Frey (2014)

Voici une belle surprise apocalyptique. À cheval entre la chasse au trésor et la chasse à l’homme, ENDGAME*, c’est ce qui arrive quand vous vous penchez au bord du précipice et qu’un monstre invisible et millénaire vous renvoie les clés que vous venez de faire tomber. Maintenant que vous savez qu’il est là, et quand le monde se mettra à trembler… vous saurez pourquoi.

endgame l'appel james freyIl y a douze personnages principaux, chacun héritier(e) d’une lignée ancestrale issue des premiers peuples de la Terre, élevé, comme tous les membres précédents de sa lignée, dans l’attente de « l’Appel », rendez-vous mystique de la fin des temps. L’Appel arrivera un jour —mais, croient-ils, pas de leur vivant. Et pourtant. Lire la suite

The Book of Ivy, d’Amy Engel (2015)

ivy

Aaaaattention les yeux… voici le plus mauvais livre de l’année !

gif applause

Je ne suis pas du genre à m’esquinter la santé à lire des trucs nullissimes jusqu’au bout, et encore moins à venir cracher mon venin sur la toile après, non, vraiment, il y a trop de bons livres qui m’attendent et je ne vois pas l’intérêt d’ajouter mon poison à celui des trolls qui le déversent déjà à foison — MAIS ! Lire la suite

Jean-Claude Mourlevat le merveilleux

Je viens de finir de lire La rivière à l’envers, et plutôt que jean-claude mourlevatd’en faire la critique comme à mon habitude, je me dis que c’est l’occasion de chanter les louanges de Jean-Claude Mourlevat, son auteur, et de faire découvrir à ceux qui ne le connaissent pas son univers fantastique à la Miyazaki. Lire la suite

Le chaos en marche 1. La voix du couteau, de Patrick Ness (2008)

Oh, la belle claque ! Passé l’étourdissement ébahi, on a envie de serrer bien fort la main de l’auteur et dire « Monsieur, vous êtes créateur d’univers ». C’est une surprise d’autant plus belle pour moi qui avais trouvé Et plus encore vraiment pas terrible.

le chaos en marche patrick ness la voix du couteauTodd vit sur Nouveau Monde, planète colonisée il y a quelques décennies, sur laquelle chacun s’entend penser. Lire la suite

TOP Jeunesse 2014

Puisque nous sommes au mois de Janvier, un petit bilan est d’actualité. Je vous présente mon TOP DIX 2014 en matière de lecture jeunesse*. À rebours, pour ménager le suspense !

  • N°10 — Le temps n’est rien, d’Audrey Niffenegger (2003, Michel Lafon 2005)

audrey niffenegger le temps n'est rienC’est l’histoire d’un homme qui ne vit pas dans l’ordre — ou plutôt, qui connaît des épisodes anachroniques comme d’autres font des crises d’épilepsie. Henry se déplace dans le passé ou l’avenir à l’improviste, mais toujours, ou presque, il y retrouve Claire, l’amour de sa vie. Lire la suite

Et plus encore, de Patrick Ness (2014)

Et plus encore. Un joli titre, sobre, mais mystérieux. (On rajoute mentalement, soi-même, des points de suspension.) Une jolie couverture, invitant à pénétrer dans un univers que l’on devine plutôt sombre.
C’est là que s’arrête le beau travail de l’éditeur, car pour ma part, j’aurais invité l’auteur à retravailler son manuscrit sur plusieurs points*. Ce roman me laisse un goût de… pas terrible (et aussi un petit regret, car il y a d’énormes bonnes idées).

et plus encore patrick nessVous êtes-vous déjà dit, au fond de vous, un soir où la vie vous accable, ou un matin au creux d’un rêve qui s’évapore, qu’il devait y avoir quelque chose d’autre ? Quelque chose de plus ? Seth, le héros du roman, trouve la porte de ce et plus encore, ou du moins, on le présume. Car il meurt ; il se noie, et il se réveille. Dans un autre monde. Lire la suite

Une planète dans la tête, de Sally Gardner (2012)

Ce livre a reçu les plus grands prix littéraires britanniques* et n’a pas été boudé non plus de notre côté de la Manche** ; de plus, le pitch avait l’air cool, et la 4e de couverture le vendait bien : Le récit coup de poing d’un jeune garçon atypique face au totalitarisme. Jolie pancarte : il fallait que j’entre.

une planète dans la tête sally gardnerStandish a 15 ans et ne sait ni lire ni écrire. Mais, il retarde ? Pour le régime totalitaire qui le gouverne, et le système scolaire (machine à fabriquer des moutons) dont il est malencontreusement prisonnier, oui, Standish retarde. Lire la suite

Des livres pour les incompatibles scolaires

Les bêtas, les incompatibles scolaires, les échecs au fond de la classe près du radiateur, ceux qu’on promet à une vie d’éboueurs —ce qui n’est franchement pas sympa pour les éboueurs, c’est un noble métier, et en matière d’utilité à la société, est-ce plus ou moins valable que Dissertateur ? Discutez, monsieur le professeur, vous avez 4h— ceux-là donc qu’on a relégué au rang de bons à rien patentés, ont de quoi se sentir poussés hors du sentier, un peu seul, un peu désespérés.

Non.

De un, l’école n’est qu’un tremplin imparfait sur lequel tout le monde ne rebondit pas bien. De deux, les cancres, ça n’existe pas : si on n’est pas bon par ici, on est forcément bon par là. De trois… la cancritude n’empêchera pas le bonheur ! (Quoi de mieux inspiré en ce jour de rentrée ?) Et puis, venez par là : Lire la suite