Comment lire plus — 20 idées

Pourquoi lire plus ? Comment lire plus ? (Qui suis-je, ou vais-je ?)

Tu aimerais tellement lire plus.
C’est un fait.
Mais pourquoi, en fait ?

Ce n’est pas une question piège, je me la pose à moi-même : pourquoi me dis-je régulièrement que j’aimerais lire « plus » ?

  1. Parce qu’en bon petit soldat du capitalisme, j’ai intégré le credo du « toujours plus » ?
  2. Parce que je jalouse la culture de ceux qui ont lu tellement plus de livre que moi ?
  3. Parce que, globalement, j’ai l’impression que mes heures quotidiennes filent entre mes doigts et qu’aucune n’a vraiment été consacrée à une activité qui me tienne à cœur ?
  4. Parce que je m’épanouis dans la lecture et que je consacre mon temps à des trucs tellement vides ? (Comme scroller sur Facebook et Tumblr)

À gauche : moi. À droite : ma conscience.

P’têt tout ça, p’têt d’autres choses. Je ne sais pas si ce sont toutes de bonnes raisons. Mais si tu te dis que tu aimerais tellement lire plus, avant de t’engager dans la suite de cet article consacré à « Comment lire plus », je pense qu’il faut que tu te poses la question :

« Pourquoi ? Pourquoi j’y tiens tant ? »

Que tu lises un livre par mois, ou huit, ou vingt, finalement… qu’est-ce que ça fait ? En tires-tu ce que tu as envie d’en tirer ?

-Du plaisir ?
-De la connaissance ?
-Du matériau à conversation ?
-De la pâte à modeler intellectuelle ?
-Un statut ?
-Une façon de passer le temps ?

En bref : Pourquoi tu lis ?

Avant de réfléchir à des stratagèmes pour lire davantage, il me semble essentiel que tu répondes à cette question. En secret, pour toi-même. Pas obligé de me le dire en commentaire. Même si je vais te dire pourquoi moi je lis :

  1. Pour mon plaisir (Quand ça m’ennuie, je referme le livre. Vrai de vrai. Je ne le finis pas. Je ne vois aucun, mais aucun intérêt à m’infliger volontairement de l’ennui en barre.)
  2. Par curiosité professionnelle (Là-dedans je case un magma chelou : volonté d’enrichir ma culture du genre, envie d’entrer dans la conversation avec des amis ou collègues (blogueurs, auteurs, éditeurs, libraires…))
  3. Par défi (J’ai toujours eu un peu le goût de la compétition, que ce soit dans le sport ou dans le scolaire, et ça se retrouve dans ma façon de lire, j’ai parfois envie de me lancer des challenges à moi-même, de sortir de ma zone de confort, me faire des frayeurs, tenter des expériences, et prosaïquement aussi, j’aime lire dans le cadre de concours, de jurys, de thématiques, de décomptes, etc.)

Je ne lis plus du tout pour :

Passer le temps. C’était je pense la première raison (et la principale) à mes lectures de jeunesse. Je dévorais les livres sans penser à rien, ravie de m’embarquer dans un autre univers pour échapper au mien. Quand t’es petit, tu t’ennuies facilement, car le temps s’étire à l’infini entre les repas où tu dois te tenir droit. Les vacances sont des ères paléolithiques entières. La lecture est un miracle, dans ces espaces-temps surréalistes.

Jour de vacances réel : 23. Jour de vacances ressenti : 373.

Or, je ne lis plus du tout comme ça. Je n’ai plus de temps à passer, rien que tu temps à trouver (comme la plupart des adultes).

Et donc, comme je suis à la recherche de failles temporelles dans lesquelles glisser quelques minutes ou quelques heures de lectures, je me demande parfois comment lire plus.

Comment comment comment ?
(Et vu comme ça, on découvre que, la vraie question, c’est : Quand quand quand ?)
Je rêve au Retourneur de Temps d’Hermione.

J’ai dégagé quelques astuces, que je partage avec toi, qui as tes propres raisons de lire plus. La plupart de ces astuces te sont connues et tu ne les suis pas. Cet article a pour but de te les remettre en mémoire car, de temps en temps, ça fait du bien. Notre cerveau est faible et fragile, comme notre motivation à aller courir le matin.

(Ces commandements sont ceux que je m’adresse à moi-même.)

  • #1. AUTORISE-TOI À NE PAS LIRE.

Parfois, tu ne lis pas. Ou plus. Ou moins. C’est complètement ok.

Quand ça veut pas, ça veut pas. Reprends ta partie de Pokemon rouge entamée lors de ta dernière disette littéraire.

Que fais-tu dans la vie ?

Je m’autorise à ne rien lire, ou à lire moins, enfin bref, à ne pas ériger moi-même la lecture comme une contrainte, sinon c’est la fin de tout.

(Je suis sûre que si on me forçait à manger du chocolat, je finirais par ne plus aimer ça.)

  • #2. LIS AU MOINS 30 PAGES (PAR JOUR, PAR SESSION).

Tu es comme une grande tasse de thé à la menthe remplie des amertumes du jour. 30 pages, c’est à peu près l’espace qu’il faut à ton cerveau solide tel un bloc de sucre pour se dissoudre complètement. Après, tu seras plus douce en-dedans.

Si je ne lis que 10 pages :

  1. mon cerveau reste en petits morceaux compacts, à se faire grignoter par la réalité de tous les côtés ;
  2. quand j’ouvre mon livre lors de la session suivante, j’ai l’impression de ne pas avoir avancé. Passer de la page 10 à la page 20, c’est décourageant ; alors passer de la page 30 à la page 60, c’est encourageant.
  • #3. LIS LE MATIN.

Le soir, tu t’endors comme un éléphant de mer dépressif, les bras mous, les paupières lourdes, le dos liquide. Le matin, tu es une belle otarie élancée, prête à faire tenir des balles sur son nez. Lis le matin.

(C’est une bonne résolution qui, comme le footing, me tient environ quarante-huit heures.)

  • #4. LIS DANS LES INTERSTICES.

« Le temps de lire (comme le temps d’aimer),
est toujours du temps volé. »
(Daniel Pennac, Comme un roman)

Sur les sièges en plastiques des salles d’attente, debout dans les files et les transports, dans le velours rouge de la salle de ciné avant le film, devant ton café en attendant ton amie, partout où le quotidien te vole du temps, reprends-le-lui.

J’ai 1h40 de métro par jour, j’en passe l’essentiel le nez dans un livre, et le soir, je m’endors comme l’éléphant de mer susnommé en ayant néanmoins lu plus d’une heure dans la journée.

Morceaux choisis de l’exposition d’Audrey Siroux, Liseuses de bonne aventure.

Je lis aussi en marchant dans la rue, ce qui est vivement déconseillé.

  • #5. AIE TOUJOURS UN LIVRE SUR TOI. (PRÉVOIE LE CONTENANT ADÉQUAT.)

Comment ça, c’est impratique ? Les cow-boys aussi trouvaient probablement enquiquinant de se trimballer leurs pétoires, ça encombre les mains, on peut plus sortir son tabac à chiquer sans caler son flingue sous l’aisselle — du plus haut pénible. Pour cette raison qu’ils ont inventé la ceinture pistolet puis le holster. Et t’es pas plus débile qu’un texan de l’an 1800.

Quand je lis un poche ou un semi-poche, il rentre dans mon sac-à-mains riquiqui. Quand je lis un grand-format, je suspend un tote-bag à mon épaule, et il rentre là.

  • #6. LIS PLUSIEURS (TYPES) DE LIVRES EN MÊME TEMPS.

Parfois, tu as envie de lire, mais… juste pas le livre que tu viens de commencer. Que vas-tu faire ? Étouffer ton envie de lire tel un parent cruel ? La ravaler avec des larmes ? En vouloir à ton livre ? Te dégoûter de la lecture, entrer dans une période de jeûne parce que tu es bloqué(e) dans ce livre-là ? Meuh non. Seul une idiote ferait ça.


Depuis peu, j’ai découvert le duo magique : un roman et une bande-dessinée. C’est la formule miracle : quand j’ai envie de lire mais que je ne suis pas disponible (en termes d’attention, d’émotion, ou d’énergie) pour mon roman, je sais que je peux lire ma BD — et inversement. Ce sont deux types de lecture très différents.

  • #7. AIE TOUJOURS EN COURS : 1 POCHE + 1 GRAND FORMAT.

Le grand-format que tu lis chez toi, le poche que tu emportes dans ton quotidien mouvementé.

Je recommande aussi de profiter de cette astuce pour sortir du roman : petits essais humoristiques de 45 pages ou recueils d’aphorismes, nouvelles, ou poèmes — des tonnes de maisons d’édition proposent des formats Polly Pocket idéaux pour les poches de fesse.

Comme la collection PO&PSY de chez Érès ou la petite collection des Éditions du Sonneur, ou encore les titres des éditions La contre-allée que je n’ai pas encore beaucoup explorés, au même (joli) petit format 10×15.

 

J’ajoute, en jeunesse, les géniales collections Mini Syros (chez Syros) et Petite Poche (chez Thierry Magnier).

 

  • #8. ABANDONNE.

Si chaque fois que tu lis ton livre, tu t’es traînée jusqu’à lui, si tu n’en sors pas épanouie… Pourquoi faire durer plus longtemps une relation toxique ? C’est auto-destructeur. Quitte ton livre, il ne te fait pas du bien.

« Je suis pas venue ici pour suffrir aukay »

Après une période de masochisme scolaire jusqueboutiste où j’avais décidé de finir tous les livres sans rater un tournant, j’ai retrouvé cette innocence de mes sept ans : je piochais alors des livres dans les étagères des petits et des grands, feuilletais, lisais, reposais si je n’aimais pas, piochais à nouveau. Du zapping littéraire jusqu’à trouver le bon programme.

Pourquoi, en grandissant, on s’interdit ça ? Parce qu’on devient maso, voilà pourquoi.

  • #9. SAUTE DES PHRASES, DES PARAGRAPHES. DES CHAPITRES.

Le livre est à toi.
À toi.

J’ai une amie qui lit Les Misérables, en ce moment. Le genre de livre qui, avec régularité, s’emploie à te décourager. Parce que, malgré ses longues randonnées géniales, il t’impose des pauses et des détours que tu n’avais pas demandés. Hé ben, cette amie, elle saute des chapitres ENTIERS. (Repose cette pioche, elle fait ce qu’elle veut.)


« En pleine course poursuite, il {Victor Hugo} va t’interrompre au milieu d’un saut par-dessus un muret, faire « arrêt sur image », et te raconter les TROIS SIÈCLES d’histoire de ce muret ayant anciennement appartenu à un couvent. Alors, souvent, j’ai envie d’y plonger. Mais parfois pas, alors je fais chloup-chloup-chloup, et je saute des pages jusqu’à retrouver la narration principale. C’est bon, Totor, tu vas pas me gonfler. »

C’est une personne d’une grande sagesse.
Parce que le livre est à elle. Si elle veut le savourer, le grignoter, le faire tomber dans son bain, ou le brûler dans son évier, ça la regarde.

Livre que j’ai eu envie de brûler dans mon évier.

  • #10. GRIGNOTE ET GRAPPILLE. (SURTOUT LA POÉSIE, LES NOUVELLES ET LA NON-FICTION.)

Ton livre est un bol de cacahuètes, la lecture, un apéro. Lis ce qui te fait envie dedans. Sers-toi, et esquive les passages chiants pour te régaler des meilleurs chapitres — laisse les raisins secs aux rares excentriques qui aiment ça, tu as le droit de te jeter sur les noix de cajou. Et, surtout, considère que tu as fini quand tu n’as plus faim, pas quand tu as vidé le bol. Il y a des livres qui ne sont pas faits pour être lus en entier.

J’apprends encore à ne pas lire un recueil de poésie de-A-jusques-à-Z. Il y a des lectures qui ne sont simplement pas faites pour ça, et elles vous le font sentir. Si on les lit comme on mange une raclette, elles se dérobent. On se retrouve alors à lire des paragraphes ou des strophes deux fois sans rien entraver — parce que la poésie se lit à l’ombre des palétuviers, en respirant doucement par le nez dans le blanc des lignes. Ou encore parce que les essais se lisent concentré, doucement, comme on déguste un nouvel aliment en en cherchant les goûts à chaque bouchée.

  • #11. LIS CE QU’IL TE PLAÎT.

Ne lis pour faire plaisir à personne d’autre que toi.

Et surtout, étrangle la voix du snob à l’intérieur de toi. Tu lis ce que tu veux.

J’ai rédigé un article sur La cata culturelle du snobisme internalisé qui nous empêche de lire librement, sans stress et sans embarras, si ça t’intéresse.

  • #12. TIENS LA LISTE DE TES ENVIES.

Noter des idées de livres qui te font envie est la meilleure façon de créer de l’excitation. En te projetant par avance dans la lecture, tu augmentes tes chances de t’y mettre effectivement. C’est comme quand tu as rêvé d’une pizza toute la journée : le soir venu, ça va sentir la Regina chez toi.

Dans la liste de mes envies, je compte les envies précises (comme lire *ce* roman dont tous mes amis parlent), mais aussi les envies vagues, comme « Me remettre à la BD » ou « découvrir la littérature kenyane » ou « lire plus d’auteures femmes », etc., ainsi, je les ai en tête quand je furète en librairie. Je ne relève vraiment qu’un seul de ces défis par an, généralement (il faut laisser à chaque « défi » l’espace de se déployer).

Trouve une (ou plusieurs) personnes qui joueront le rôle moteur d’« inspiration » littéraire pour toi, qui seront une sorte de trampoline intellectuel sur lequel te jeter gaiement en chaussettes. 

Je lirais certainement trois fois moins si je n’avais pas l’occasion d’en échanger avec d’autres personnes (« Oh! J’ai lu un comics de SF qu’on m’a recommandé, et c’était d’la bombe, bébé ! Faut absolument que tu le lises !! »). Je réalise qu’en fait, je ne lis pas dans mon coin. Il y a des moments où…

« J’ai besoin d’exprimer mon transport. »
(Kaamelott, s. 2, ep. 51, Arthur in love).

  • #14. PRÊTE TES LIVRES.

« Se prêter des livres est la forme la plus pure d’amour.
C’est exactement comme dire :
‘Tiens, voilà un bout de mon âme qui devrait te plaire.’ »

Citation de coffee-and-rainsticks (Tumblr) et illustration de radiobee (Tumblr).

Je prête et emprunte tant de livres que j’ai dû mettre au point un système de fiches de bibliothèque pour pallier l’incompétence de ma mémoire-passoire.

 

Rien de tel que de tenir à jour tes accomplissements personnels pour t’encourager dans la bonne voie.

Rattrapée par la paresse, en ce moment, je tiens le mien sur Goodreads. *Clic*
Comme ça j’ai même pas besoin de taper des mots. Le progrès me tuera par manque de sport.

  • #16. NE LIS PAS (TOUTE) LA QUATRIÈME DE COUVERTURE.

Aimes-tu les spoilers ?

Ton visage quand tu te fais spoiler.

Je ne sais pas ce qui passe par la tête des éditeurs qui, sur la quatrième de couverture, révèlent des éléments clés de l’intrigue ne survenant qu’à la page 230. Je ne sais vraiment pas.

FAUT PAS SPOILER DES CHOSES
QUI SE PASSENT À LA MOITIÉ DU BOUQUIN,
RANTANPLAN.

Moralité, chaque fois que c’est possible, je m’abstiens tout simplement de lire les quatrième.

  • #17. LIS LE SENS, PAS LES MOTS. (OU BIEN VA DORMIR.)

Tu sais très bien de quoi je parle. Parfois, tu lis plusieurs fois la même phrase sans la comprendre. Parfois, tu lis plusieurs fois la même phrase sans la comprendre. Parfois, tu lis plusieurs fois la même phrase sans la comprendre. Et tu mets du temps à t’en rendre compte. 

Moi, le soir.

 

Justement :

  • #18. LIS LE SOIR.

Lire le soir est très bon pour ta santé, surtout si tu lis sur papier. Aucun écran ne te tient artificiellement éveillé, de sorte que, lorsqu’il est temps, le sommeil fait glisser gentiment le livre de tes mains, tu éteins en tâtonnant, et profites d’une bonne nuit. Le risque de te coucher par mégarde à 4h du matin est plus limité qu’avec certains sites que je ne nommerais pas.

J’ai opté pour la lecture de BD le soir, ce qui me permet de lire davantage que 3 pages avant de fondre sous ma couette comme la mozza sur la pizza.

  • #19. TRIE TES LIVRES.

Tu as plein de livres oublié dans ta bibliothèque, tels autant de muscles que tu ignores dans ton corps. Régulièrement, pris d’un élan de renouveau printanier, vide ta bibliothèque comme tu te remettrais au sport. 

  1. Tu trouveras de vieux marque-pages abandonnés p. 45 de livres par la suite délaissés (bazarde ces bouquins) ;
  2. redécouvriras des titres que tu voulais lire jadis, mais ce n’était pas le moment (maintenant, oui) ;
  3. te remémoreras ces cadeaux reçus dont la prescription est à présent passée (tu peux t’en délester) ;
  4. listeras, émerveillés, tous ces livres achetés ou récupérés sur un coup de tête que tu auras à nouveau envie de lire (sors-en deux ou trois pour les jours à venir).

Je trie ma bibliothèque de littérature jeunesse constamment : j’instaure une sorte de roulement. Par contrainte spatiale mais surtout pour la garder vivante, je vire les livres qui traînent depuis trop longtemps (comme je me défais des vêtements que je n’ai pas porté une seule fois dans l’année).

Il y a toujours une pile de livres dans mon entrée, mes invités se servent en repartant.

Elle ressemble d’assez près à ça, mes amis ne démentiront pas.

  • #20. DEMANDE-TOI POURQUOI TU LIS.

Si tu te retrouves trop souvent à te forcer à lire des textes qui ne te plaisent qu’à demi, demande-toi pourquoi tu lis. Toute raison est bonne, tant que c’est la tienne. (Recrache les mots que quelqu’un d’autre a mis dans ta bouche.)

Ça m’arrive de m’exclamer au milieu d’un livre « Mais pourquoi je lis ça ? » et, si je me souviens d’une bonne raison « Ah, mais oui ! Je voulais lire tous les livres d’Untel pour l’interviouver. » ou « Ah, mais oui ! C’est Bidule qui m’en avait dit du bien, et comme ça me semblait bizarre, je voulais vérifier. », je continue.

Si je ne me souviens pas d’une bonne raison :

Hop !

Et je vais lire un livre qui réponde à l’une de mes trois raisons de lire :
-par défi ;
-par curiosité professionnelle ;
-et, la raison reine : par plaisir.

§

Alors, toi qui voudrais lire plus :
pourquoi tu lis ?

Connais-toi toi-même.

Lupiot

Lupiot Allez Vous Faire Lire

C’est par ici pour lire toutes les Réflexions sur les livres, la lecture et la littérature.

Publicités

47 réflexions sur “Comment lire plus — 20 idées

  1. Super article ! Comme tu dis, ce sont des choses que l’on sait, mais ça ne fait pas de mal de les relire de temps en temps ! D’ailleurs, là, je devrais éteindre l’ordi et aller bouquiner… pour le plaisir évidemment !
    Et j’adore tes petites fiches. J’avais dû faire la même chose à une époque où je prêtais des bouquins à pas mal de monde, mais ce n’était pas aussi joli que les tiennes !

    Aimé par 2 people

  2. Woooouaw !
    Sacré article…
    Je le lis présentement sur mon téléphone et j’ai furieusement envie de foncer sur mon ordinateur pour une deuxième lecture.
    Bravo !
    C’est étonnant car je partage toutes tes raisons de lire :
    – plaisir/divertissement/évasion
    – enrichissement culturelle / découverte du monde
    – enrichissement professionnel.

    Bravo, mille fois bravo pour cet article passionnant.
    PS : tu m’as tuée avec les cowboys texans de l’an 1800 !

    Aimé par 1 personne

  3. Merci pour ton article. Faut croire que je t’ai devancé. J’ai battu mon record personnelle….Bon, je n’ai aucun mérité. Je participe à un prix littéraire jeunesse en tant que jury. Du coup, j’ai lu ne serait-ce que pour ça 22 livres en tout (je vais attaquer le 22ème). Ils ne seront pas chroniqués sur mon blog puisque certains ne sont pas encore sortis. Je fais de belles découvertes dans l’ensemble.

    À cause de mon épuisement professionnel, à une période, je n’ai pas pu lire comme je le voulais. Je l’ai ressenti ce manque de lecture physiquement et mentalement mais je n’avais pas la force d’ouvrir un livre. Au final, j’avais pris un livre pour la pause du midi (je faisais le service cantine et en fin d’année on s’ennuie). Ça ne changeait pas le manque. Je devais lire chez moi installée dans mon canapé ou sur mon lit. En attendant le bus, c’est dangereux. J’ai failli rater mon bus et quand tu dois attendre une heure pour le prochain (parce que, oui, je ne peux pas prendre le premier qui passe), tu réfléchi à deux fois avant de recommencer.

    Je ne me force pas à lire. Si ça veut pas, ça veut pas. Je n’insiste pas. Après, c’est vrai qu’il y a des livres qui demandent à être dégusté et non avalé d’une traite.

    J’aime bien me lancer des défis mais après je ne force pas non plus. Là, j’ai relu un livre que j’avais tellement aimé que je n’ai pu m’en empêcher même si ça fait deux ans que je pense à le relire. Je redoutais de perdre la magie qui avait opéré. Au final, j’ai bien fait. La magie est toujours là et surtout il fête ses dix ans dans ma bibliothèque. Je n’en reviens pas.

    Aimé par 1 personne

    • Quand je « vire » les livres, oui, je les donne. À des amis, de la famille. Il m’arrive, s’ils sont en bon état, de les recycler en cadeaux, mais chut.
      Et tous ceux que j’arrive pas à refourguer, j’en fais un tas que j’embarque chez le bouquiniste quand il commence à menacer mon espace vital.

      Haha et merci !

      J'aime

  4. Super, super article qui donne très très envie de poser les mains sur un livre ! C’est vraiment bien vu cette histoire de « raison de lire » : trop souvent, les gens qui n’arrivent pas à lire n’ont simplement aucun motif en tête pour le faire… Et surtout ils se mettent trop la pression, comme si lire avait un prestige particulier, alors que ça devrait être aussi accessible et agréable qu’un bon vieux Pokémon rouge 😀

    Aimé par 1 personne

  5. Ça, c’est le genre d’articles qui te donne envie d’aller faire un câlin à ta bibliothèque (quitte à se prendre l’avalanche de poches mal empilés sur la tronche). Merci beaucoup! Ça doit te prendre un temps fou d’organiser tes idées de façon aussi claire!

    Beaucoup de choses que tu as écrites ont résonné en moi (comme en tous les lecteurs, j’imagine). Il y a encore quelques semaines je vivais avec l’angoisse de la pile à lire de l’enfer (j’ai compté une centaine de livres en attente de lecture, dont certains traînaient depuis plus de dix ans) et je me forçais à terminer un livre même si je le trouvais nul et chiant… Et franchement, comme tu le dis en début d’article, je suis persuadée que l’idée de la performance, de la rentabilité très présente dans notre société a un fort impact là-dessus!

    Je refuse que cet activité si importante dans ma vie soit dictée par des règles capitalistes, alors j’ai respiré un bon coup et pfiout! Énorme tri, gain de place et sérénité. Enfin j’essaie!

    C’est très difficile, je trouve, de garder cette distance et cette recherche du plaisir dans la lecture quand les livres sont aussi ton travail. Être libraire me met beaucoup de pression sur mes lectures, et je me dis souvent que même si un livre ne me plaît pas, il pourra plaire à certains de mes clients et qu’il vaut mieux l’avoir lu pour pouvoir leur en parler… Mais j’ai un peu tendance, du coup, à oublier de lire pour moi. L’équilibre est difficile à trouver! Je ne suis pas si je suis claire. Est-ce qu’il t’arrive la même chose?

    En tous cas c’est encore un grand plaisir de te lire! Encore merci!

    Aimé par 2 people

  6. Toujours aussi drôle ! Et plein de bons conseils aussi… Mais, car il y a un « mais », je ne suis pas tout à fait d’accord sur certains points. Concernant les points 1 à 7, je suis tout à fait d’accord. Pour le n°8 (abandon) et 9 (sauter des chapitres) par contre, j’ai des réserves. Il y a parfois des livres qui m’ont donné du mal, telle une chaussure un peu étroite, mais dans lesquels j’ai fini par entrer et me sentir à l’aise. Donc j’essaie toujours de persévérer (bon jusqu’à un certain point, hein ! Mme Bovary, ça fait 3 fois que j’essaie et il n’y a rien à faire, ça m’emmerde toujours autant !!) Quand à sauter des lignes, des pages, des paragraphes ?? Non, ou je lis l’histoire telle que présentée par l’auteur, ou j’arrête (mais je pratique parfois la lecture rapide, un peu en diagonale !!)
    Et pour les points 10 à 20, tout à fait d’accord !
    D’ailleurs, grâce à vous, j’ai commencé à tenir un journal de lecture depuis plus d’un mois (qui m’a déjà permis de voir que je n’ai pas dû « compter » toutes mes lectures les années précédentes !! En fait, j’ai déjà zappé presque tout ce que je lis au boulot sur le temps de midi…
    Dernière remarque sur le point 14 (prêter des livres), je ne les prête plus (de toute façon on ne les récupère jamais !!) je les donne, c’est plus simple…
    Et sinon, j’adore aller sur les blogs voir ce que lisent les autres et participer à plein de challenges (il faudrait d’ailleurs que je fasse le point sur ceux qui sont en cours…) ça permet plein de jolies découvertes !! Au plaisir de vous lire, belle journée à tous,
    Nath

    Aimé par 1 personne

  7. « Totor tu vas pas me gonfler » j’adore!!
    Je fais partie des personnes qui ont beaucoup de mal à abandonner un livre, je me dis le pauvre je suis sûre qu’il se sent abandonné. Du coup j’ai une pile de livres « en stand-by ». Comme mon médecin est une Rock Star, si tu arrives à 9h en salle d’attente tu passeras sûrement entre 11h30 et 12h30 tellement il y a du monde tous les jours, donc je prends souvent un de ces livres en attente et parfois comme je lis pendant 2h j’arrive à être happée par l’histoire et à avoir envie (vraiment envie) de le finir ^^
    Sinon je suis complètement d’accord, ne pas lire la quatrième de couverture!! D’ailleurs c’est un peu devenu automatique pour moi, il m’arrive de lire un livre et au d’être vraiment surprise de ce que je lis (genre je ne m’y attendais pas du tout) donc arrivée à la moitié je lis le résumé et là: Effectivement c’était écrit que ça parlait de ça.
    En général j’aime être surprise par un livre 🙂

    Aimé par 1 personne

  8. Très amusant, ton article! Je suis d’accord avec à peu près tout.
    Pour trimballer partout sans effort sa bibliothèque et mener de front romans, essais, poésie, biographies, etc , la liseuse est une excellente chose: en plus tu peux lire dans le noir, quand tu t’es laissée enfermer dans un parc la nuit parce que, plongée dans ta lecture, t’as pas vu l’heure. Y’a pas la bonne odeur ni le bon contact du papier, mais ça dépanne. Par contre, et c’est vraiment galère, on ne peut pas prêter ses livres…
    Et puis, mon conseil du jour, pour remplacer tout ce qu’on oublie ou qu’on ne lit pas, un livre souvent drôle, cultivé, rusé et charmant, de Pierre Bayard: comment parler des livres qu’on n’a pas lus! Et comme je l’ai en version papier, je te le prête à ta prochaine visite!

    Aimé par 1 personne

    • Bon alors je disais…

      Je fais pareil pour les Misérables ah ah (à moins que tu parles de moi ? Avec ce fichu mur du couvent de je ne sais plus quel ordre !)

      Je plussoie les transports et je pense que je serai malheureuse le jour où j’irai au travail en voiture !

      Sinon je suis en train de reapprendre à:
      – lire le soir avant de dormir (quasiment acquis)
      – abandonner un livre qui me soule (en cours d’acquisition)
      – alterner les lectures jeunesse/ vieillesse, roman/BD
      – ne pas tout lire d’un recueil (plutôt nouvelles que poésie) mais résultat je les oublie parfois dans un coin !

      Par contre j’ai encore du mal à trier mes livres comme les vêtements! Les jeunesse partent au collège et les autres… genre les romans de concours stabilotés qui m’ont valu 4 errent encore comme des âmes en peine !

      Après je continue de m’imposer certaines lectures parce que je suis devenue fainéante: Je vais repousser des lectures de Classiques ou contemporains par flemme alors qu’une fois dedans ça baigne! Et je vais au bout des livres qu’on m’offre pour dire ce que j’en pense!

      Et côté lecture : je lis par plaisir, pour les élèves et pour m’elever au rang de ma sensei 😉 (d’ailleurs il faut que je regarde tes éditions pour me remettre aux essais !)
      Et de Tom, qui est mon 2nd sensei je pense !

      De l’importance de varier : J’ai failli arrêter de lire pendant les concours parce que j’avais l’impression de ne pas avoir le droit de lire autre chose que les bouquins imposés ou suggérés alors que repasser à la SF m’a fait un bien fou !

      Aimé par 1 personne

      • Évidemment que c’est toi, Totor et son couvent ! xD tu ne t’es pas reconnue ? Tu penses sérieusement que j’ai PLUSIEURS amies qui se sont remises à lire Les Misérables et se sont plaintes précisément de *ce* passage ? Ah la la, toi ❤
        Je reviens plus tard pour répondre à l'ensemble de ton comm, là je suis au travail.

        J'aime

        • Je voulais vérifier, sait-on jamais! (En fait est surtout « en ce moment elle lit… » Je n’ai toujours pas envisagé de lire les parties 4 et 5 mais il faudrait!)

          J'aime

  9. De très bonnes idées !
    Pour ma part, j’évite de lire plusieurs livres à la fois, mais ça m’arrive quand même ^^
    En ce qui concerne la 4è de couverture, je la lis toujours en entier (sauf si on me prête de le livre, je fais confiance). En général, j’oublie rapidement une grande partie du contenu. C’est vrai, ma mémoire n’est pas terrible. Raison pour laquelle j’ai commencé à tenir un journal de mes lectures, et c’est vraiment bien ! En plus, c’est effectivement encourageant =)

    Aimé par 1 personne

  10. Hey ! C’est marrant car la semaine dernière j’ai écrit un article « toujours plus. » qui me fait penser au tient. Mais de très loin et pas encore publié (car brouillon). J’explique pourquoi je me retrouve presque à angoisser parce que je ne lis pas « assez » alors que je lis énormément si on regarde les chiffres Livraddict. Je parle également de l’encombrement inutile, de la pression…

    Ton article m’a beaucoup inspiré et finalement répond un peu aux questions que je soulève dans mon propre article donc merci ! 🙂

    Cela me donne envie de le corriger et de le publier !

    Aimé par 1 personne

    • On est nombreux à avoir ce ressenti semi-coupable d’une sous-performance de lecture. Il faut qu’on apprenne à s’auto-ficher la paix, c’est fou. Mais ce n’est pas lié uniquement à la lecture, il m’est arrivé d’entretenir le même rapport de performance aux séries que je regarde. N’importe quoi !

      Oui, relis-le, enrichis-le, et oublie-le, cet article !! Je le lirai avec curiosité et plaisir.

      J'aime

  11. Mon premier mot est : PUTAIN.
    Bon en fait c’est plus « Mais putain arrête d’être dans ma tête c’est un peu fatiguant ». On dirait que tu as écris cet article pour MOI (oui en majuscule).
    Déjà, parce que j’ai toujours ce p**** de livre en VO que j’arrive pas à terminé (Oui je sais, je vais en lire d’autre en même temps).
    Et de deux, parce que je me demande de plus en plus pourquoi je lis certains romans et pas d’autres. J’aime lire parce qu’on me conseille un titre, j’aime bien cette idée de partage, tu peux découvrir des sacré pépite (je te vois venir, je vais lire « la fourmi rouge »), j’aime me détendre aussi en lisant, c’est un vrai plaisir même si je ne prend pas souvent le temps pour le faire. Par le biais de mon boulot, j’ai envie de découvrir pleins de choses différentes.
    Depuis peu, j’ai plus du tout peur de laisser tomber un roman si je n’arrive pas à le lire et je me sépare (ENFIN) des livres que je n’ai jamais ouvert.
    En revanche, je ne lis plus du tout dans les transports (j’ai environ 20 min de bus, c’est presque frustrant je trouve) du coup je n’ai pas toujours un livre sur moi (MALHEUR), il faudrait que je me trimbale toujours un poche dans mon sac à dos au cas ou !

    BREF, tout ce racontage de life pour te dire MERCI TU ES GÉNIALE.

    Aimé par 1 personne

    • Ah et je voulais ajouter suite à des échanges de textos sur mes style de lecture parfois un peu douteux, que j’assume totalement ahahaha 😀
      C’est pas moi qui l’ai dit c’est l’auteure de ce billet qui a dit qu’il fallait assumer ses styles de lecture et que de toute façon je faisais ce que je voulais :p

      Aimé par 1 personne

    • Merci pour ton comm’, franchement j’adore, c’est pas souvent qu’un compliment aussi simple s’offre le luxe d’être aussi percutant.
      Je comprends très bien cette raison de lire, par ailleurs. Mais c’est une lecture attentive particulière (dépiauter le style pour en piquer les astuces…)

      Aimé par 1 personne

  12. Super article ! J’ai apprécié de le lire, surtout que j’ai retrouvé quelques petites choses de mon quotidien. Toujours avoir un livre sur soi ou un ebook dans son téléphone est la base des transports en commun ! Pour ma part je lis beaucoup par période ou si je participe à un challenge (dans ce cas ma PAL diminue fort bien), je fonctionne un peu trop par la compétition 😉 Merci pour ce chouette article !

    J'aime

    • Hello ! Merci beaucoup, ravi de t’avoir musclé les zygomatiques.
      Les GIFS sont tirés, dans l’ordre, de :
      -Kaamelott
      -Ghostbusters (avec Bill Murray)
      -Harry Potter 3, le prisonnier d’Azkaban
      -Jeeves & Wooster (avec hugh Laurie)
      -Doctor Who (avec Jenna-Louise Coleman)
      -célèbre extrait de l’émission C’est mon choix
      -Easy Girl (avec Emma Stone)
      -(avec Tyra Banks) mais j’ignore de quoi c’est tiré (je trouvais juste sa tête fabuleuse)
      -Very Bad Trip
      -Monstres et compagnie
      -Bob L’éponge (gif rebidouillé par qqn sur le net pour faire défiler Tumblr à l’écran)
      -Happiness Therapy (avec Bradley Cooper)
      Aaaand, that’s it ! 😉

      J'aime

  13. Mais… Cet article est tellement PAR-FAIT. Je traverse en ce moment une looooongue traversée du désert livresque et c’était ce dont j’avais besoin, je crois ❤ Le plaisir, avant tout. Merci, vraiment.

    J'aime

  14. Alors pour le coup, autant des fois j’ai des périodes de boulimie de lecture (typiquement, quand j’ai fait une razzia à la bibliothèque/quand j’ai réussi à me procurer toute une série d’un coup/quand je sui en vacances sans rien d’autre à faire), autant je n’ai jamais eu de période de calme plat… Peut-être que ça viendra, mais même pendant mes concours, j’avais besoin de lire un peu le soir pour me changer les idées.
    Je lit quasiment exclusivement pour le plaisir, j’ai du mal à imaginer une autre raison valable pour moi, et je peux lire en toute circonstance. En mangeant et dans les transports c’est le mieux (je hais quand le tram est tellement bondé que je ne peux pas sortir mon livre…). J’ai énormément de mal à me passer de bouquin pendant le petit déjeuner, on peut dire que ça fait partie de ma morning routine depuis à peut-près mes 5ans (c’est une tradition familiale chez nous, ce qui fait que le matin la table est vite encombrée ^^^), et je lis aussi le midi et le soir quand je suis toute seule.
    Je lis essentiellement sur papier, et souvent plusieurs livres en même temps (un aux toilettes, un pour le reste de la maison, un pour promener avec moi et un ou plusieurs sur mon pc).
    Mais par contre il y a un point sur lequel je ne suis pas d’accord : en quoi lire le soir empêche de se coucher à point d’heure ?! Moi c’est plutôt tout le contraire, il m’arrive très régulièrement de me dire « aller, je lis une dizaine de page et j’éteins » et de ne relever le nez qu’à 3h du mat une fois le dit-livre fini XD

    J'aime

  15. Super article! Très intéressant 🙂
    J’avoue qu’avant je me forçais à lire un livre que j’avais commencé jusqu’au bout, même si je n’aimais pas… Maintenant, dès le premier signe d’ennui, je passe à autre chose! Ca m’a changé la vie !

    Le tram, le train, les salles d’attente… je ne pars jamais nulle part sans un bouquin!

    Je l’avoue: j’ai sauté un chapitre entier dans Notre-Dame de Paris (celui où V. Hugo raconte les 3 sièèèèècles de la vie de la cathédrale ^^’)

    PS : moi non plus je n’ai pas aimé HP 8…!

    J'aime

  16. Pingback: Mon mois de juillet – night thoughts and artefacts

  17. Pingback: Un invincible été » Life Lately #67

  18. Je suis très en paix avec moi-même avec le « lire plus ». J’ai remplacé par le « quand j’ai envie » et j’avoue avoir des périodes de grosse boulimie alternées avec des périodes de désintox’… (mais quand c’est la désintox, je lis vraiment trop bcp d’albums pour faire passer la pilule, c’est mon subutex ^^)

    Sauter des chapitres ? Mon sport préféré quand j’étais en fac de lettres (puisses-tu me pardonner André Malraux)

    J'aime

  19. Pingback: C’est le 1er, je balance tout ! #6 – Histoires vermoulues

  20. Pingback: C’est le 1er, on balance tout #6 août 2017 – Dans ta page !

  21. Ah j’adore ton article ! Il tombe à point nommé, je n’ai pas le temps de lire, ou plutôt je perds mon temps à des futilités alors que j’aimerais me replonger dans mon bouquin. Pourquoi je fais ça ? Aucune idée, donc un petit rappel est le bienvenu !
    Le passage sur Les Misérables m’a bien fait rire. L’histoire m’intéresse beaucoup mais je suis découragée rien que d’y penser. Je saute aussi des chapitres, des paragraphes si ça m’ennuie, je n’ai aucun soucis avec ça ^^
    Je fais aussi souvent des tris dans ma biblio et je les donne à des amis. J’irais bien en déposer aussi dans une boite à livres 🙂

    J'aime

  22. J’aime beaucoup beaucoup ton article ❤
    J'adhère à tous ces conseils ! Il y a seulement pour le 12, si je bave trop longtemps sur un livre, si je le vois trop longtemps sur ma table de chevet (la PàL), je n'en ai plus envie ! Du coup je les retourne pour ne plus me souvenir de ce que j'ai acheté/emprunté et les redécouvrir le jour où je suis en panne de livre 🙂

    J'aime

  23. Pingback: « C'est le 1er, je balance tout ! » – Eté 2017 | DEEDR

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s