C’est le 1er, je balance tout (#4, mai 2017)

Quatrième édition de ce nouveau rendez-vous mensuel, qui rime avec « C’est lundi, que lisez-vous ? », et peut se voir comme un complément ou un petit frère dérangé, comme il vous plaira. Je vous invite à l’adopter, il ne mord pas.

Le principe ? Quatre trucs à balancer !

  1. Le Top & Flop de ce que j’ai lu le mois dernier
  2. Au moins 1 chronique d’ailleurs lue le mois dernier
  3. Au moins 1 lien qui m’a fait « Wahou » le mois dernier (hors chronique littéraire)
  4. Et enfin : ce que j’ai fait de mieux le mois dernier

1) TOP & FLOP

Alors, ce mois-ci, en tout, j’ai lu…

  • Beaucoup de bande-dessinées.

 

J’avais solennellement décrété début 2016 que j’allais me remettre à la BD pour me faire une culture du genre au-delà d’Astérix et Death Note — qui sont très très bien, là n’est pas le débat ; le débat c’est que j’ai adressé cette promesse à moi-même sans signer de dette de sang et que, Oups, je ne l’ai pas tenue ! En 2017, face à ce constat, j’ai eu la nette sensation de m’être auto-trollée, d’avoir été trahie par une politicienne ricanante qui ne serait autre que moi-même. Aussi, cette année, je m’y suis réellement mise :

  1. je lis des BD de différents genres (afin de me (re)-familiariser avec les codes, apprendre à les critiquer) ;
  2. j’intercale des « classiques » de la bande-dessinée moderne, trouvés dans des best-of (comme ceux de BDFugue et Bodoï, mais aussi chez des blogueurs et sur des plateformes généralistes comme SensCritique) ;
  3. je découvre le roman graphique.

Chaque mois, j’arrive à me faire une petite sélection éclectique bien sympa, je suis assez assez contente. (Je m’auto-félicite.)

Qui est une bonne fifille ? Mais oui ? Mais oui ? C’est toi ! Qui est la meilleure des fifilles ? Qui ? Mais qui ? C’est toujours toi ! Gentille petite andouillette.

  • Et donc à part de la BD, ce mois-ci, j’ai lu 6 romans :

Oui, j’ai lu Harry Potter 4 en anglais ET en Français. Pour l’art. You know me. (Je me refais toute la saga ainsi.)

MAIS QUID de mes coups de cœur ? Que vous recommandé-je dans cette sélection ?

Je vous ai déjà parlé de Saga, une série de comics de SF drôle, pacifiste, intimiste et passionnante. (Je vous avais promis un article : cliquez sur le lien !) C’est toujours aussi bien à mesure que j’avance, même si le tome 4 était un peu en-dessous des autres (il a un aspect « album de transition », en termes de narration).

Ce mois-ci, j’ai UN gros coup de cœur et plusieurs plus petits.

  • TOP #1. Rage, d’Orianne Charpentier (Gallimard Jeunesse, 2017)

Rage, c’est le nom de notre narratrice. « Où sont ses parents », me demanderez-vous, « que je les signale presto à l’Aide Sociale à l’Enfance, on a pas idée de donner un prénom pareil ? ». Justement. Ses parents, on ignore où ils sont, et ce nom, elle se l’est donné elle-même après les avoir perdus — eux, sa vie d’avant, son corps d’enfant, son innocence, et tout son optimisme.

On comprend que Rage arrive d’un pays en guerre, et qu’elle a sévèrement souffert sur le chemin, maltraitée par tous — les rebelles, les autorités, les garde-frontières, les hommes, les institutions.

Cela la laisse avec cette rage dans l’estomac. Elle ne fait confiance à personne, mord si l’on s’approche.

Une nuit, Rage tombe sur une chienne de combat, le genre de mastodonte dressé pour tuer. La chienne est blessée, traîne des plaies béantes et une chaîne qu’elle a arrachée. Se reconnaissant dans l’animal, Rage ressent soudain un besoin brûlant, vital, de le sauver.

Ce roman est court (un trajet de train, pour moi) et SUPER PUISSANT. Oh la la. Si l’on cherche l’inverse d’un roman à message c’est ZE exemple littéraire. Il parle d’une réfugiée, il parle de retrouver l’envie de vivre et la capacité à offrir sa confiance : on pourrait entrer à reculons dans ce genre de thématiques, se disant, Ouhlala, je suis pas d’humeur à ce qu’on me prenne la tête, laisse-moi kiffer la vibe, etc. Mais il ne te prend pas la tête, il te prend aux tripes.

Et tu pourrais très bien ne pas comprendre exactement d’où elle vient, Rage, au fond peu importe. Puisque tu connais celle qu’elle est aujourd’hui, et vois ce qui lui arrive : elle est en train de dépérir, de se recroqueviller dans sa peur et sa haine. À avoir connu trop de mains qui la battait, elle mord désormais toutes celles qu’on lui tend, et son humanité meurt à petit feu.

Le secret, pour ne pas donner de leçon, c’est de ne pas se montrer généraliste, nespa ? C’est pour cela qu’il faut entrer dans le cœur et la vie d’un personnage, sans rien expliquer, se contentant de laisser deviner, en filigrane, ce qui précède le récit et dessine les contours du protagoniste. C’est tout. Un protagoniste, il faut le faire vivre, le voir désirer, haïr, espérer, changer. C’est ce qui se passe, en une nuit, pour Rage, sous la plume vibrante d’Organe Charpentier.

C’était excellent. Je ne cesse de secouer ce roman sous le nez de mes amis et d’essayer d’attirer l’attention dessus par tous les moyens.

Qu’est-ce que j’ai sur ma tête ? C’est un livre ! Lisez-le.

Je liste assez rapidement les autres titres que je vous recommande parmi mes lectures du mois :

  • De cape et de mots, de Flore Vesco (Didier Jeunesse, 2015) Un roman qui me faisait de l’œil depuis sa sortie, qui a reçu le prestigieux prix des Incoruptibles, entre (multiples) autres, et que j’ai adoré. Fantaisiste et intelligent comme les contes préférés de notre enfance, il emprunte à un univers old-school pour nous livrer un récit d’une modernité et irrévérence craquistouflantes. Je vous en fais bientôt une chronique à quatre mains avec ma nouvelle chroniqueuse Stern.
  • Verte, de Magali Le Huche, adapté du roman de Marie Desplechin (Rue de Sèvres, 2017) Une très bonne adaptation du roman de Marie Desplechin que j’avais adoré. Il raconte la vie d’une petite sorcière moderne désirant plus que tout ne pas ressembler à sa mère frappadingue, et rêvant d’abandonner ses pouvoirs pour se trouver un gentil mari, plus tard. La mère indépendante et fière désespère et la grand-mère prend les choses en main : elle va enseigner à Verte les rudiments de la magie afin de lui montrer qu’elle peut être la sorcière qui lui correspond, et trouver sa propre voie… Un récit semi-fantastique semi-féministe, traversé par une dynamique de quête identitaire ultra mignonne, et illustré avec pep’s et authenticité par la géniale Magali Le Huche, qui a su se montrer extrêmement fidèle à l’univers de Marie Desplechin. (Les tomes suivants devraient être adaptés également.)
  • La drôle de vie de Bibow Braley, de Nikolaï Pinheiro, adapté du roman d’Axl Cendres (Sarbacane, 2016) Une adaptation très réussi de ce roman décapant d’Axl Cendres <3, où l’on suit Bibow, plouc américain des années 60, qui va avoir un destin à la Forrest Gump, traversant et influençant son époque, grâce (ou en dépit de) ses capacités mentales et émotionnelles singulières. Avec ça, Nikolaï Pinheiro propose un univers visuel très cool, parfois totalement psychédélique, et ça donne une excellente BD.
  • Dans la forêt, de Jean Hegland (VO 1996, VF Gallmeister 2017) Un roman original et déstabilisant : reprenant les codes du post-apo, Jean Hegland nous plonge dans un récit intimiste où, la civilisation s’écroulant autour d’elles, deux sœurs adolescentes s’enfoncent de plus en plus dans une vie reculée, dans la forêt. Espérant et attendant d’abord des secours, elles retournent petit à petit à un mode de vie de chasseurs-cueilleurs. Tout le roman est porté par cette ambiance douce et sauvage propre au nature writing. (Lisez la VO si vous pouvez, la traduction est parfois un peu faible.) Le genre de roman qui nous habite et nous transporte.
  • Polina, de Bastien Vivès (Casterman, 2011) Je note celui-ci en passant car je suis en train de le lire, je n’ai pas fini : visuellement, il m’a rappelé mon énorme coup de cœur BD de 2016, Zaï zaï zaï zaï, de Fabcaro, et ce dernier a probablement été influencé par le style de dessin et la gestion du rythme de Bastien Vivès. (Et sinon, Polina, c’est de la bombe.) (Et Zaï zaï zaï zaï, c’est à se faire pipi de rire dessus.)

Pas de gros flop — le Bosco, L’enfant et la rivière était un peu gentillet et moralisateur, très Comtesse de Ségur par certains aspects, mais j’ai adoré d’autres passages de ce (court) roman : tous ceux qui tiennent presque du nature writing et surtout de l’Aventure à hauteur d’enfant ; on est emporté par les Robinsonnades et les jeux d’imagination des deux garçons. Donc ce n’est même pas un semi-flop.

Passons à présent aux…

2) CHRONIQUES D’AILLEURS

  1. La très jolie chronique de Pikobooks du magnifique roman Tant que nous sommes vivants, d’Anne-Laure Bondoux. Ce billet plein de fascination, d’émotion, d’intensité et de mystère m’a rappelé ma propre expérience de lecture, émerveillée. Courez-y.
  2. La supercalifragilistic idée de Claire, du blog La Tête En Clair : Un livre, un thé ! Comme toutes les idées de génie, elle est simplisme : associer un livre avec un thé. Je suis vendue, j’adore les deux.
  3. Et enfin — et je me sens presque gênée de les citer parce que, petit a, je les cite tous les mois et, petit b, elles me citent elles même à balle dans leur article — les autrices du blog Dans ta page. Ce blog propose des analyses transversales de la littérature jeunesse (en lien avec la société, le public, un thème donné, etc.) toujours avec énormément de lol et de recul, ce qui donne des billets riches, mais riches ! Bon, pour en venir au bouzin, leur merveilleux article s’appelle :

    Des livres et des représentations, les clichés sont-ils partout ?

    et je vous le recommande. Par ailleurs, elles m’ont donné envie de lire Les Porteurs, de C. Kueva, chez Thierry Magnier (2017), dont je me méfiais précisément pour les raisons qu’elles évoquent.

3) AILLEURS SUR LE WEB

#1. Connaissez-vous le blog-BD Estelle et Constance osent le blog ? Les graphismes sont très beaux, sobres, c’est de la bichromie-trichromie anguleuse toute mimi (moi jm bien), et sur le fond, c’est du blog-BD introspectif très générationnel, dans lequel nombre d’entre nous se reconnaîtront.

#2. Ce qui me rappelle que si vous ne connaissez pas Sarah’s scribbles, vous DEVEZ aller rire en lisant ces BD ironico-despressivo-cringe sur le Facebbok de Sarah Andersen, leur géniale autrice.

4) HAPPY NOMBRIL

JE SUIS EN ÉCOSSE.

Je suis en plein road-trip Angleterre-Écosse depuis 5 jours. (À York, j’ai vu la rue qui a inspiré le Chemin de Traverse !) (Paraît-il.) (Elle est assez typique, mais j’ai quand même fait « SQUEEEEE ».)

Il fait froid et venteux et j’ai fait l’acquisition d’une couverture en peau de mouton pour survivre, mais je goûte de délicieuses bières de 78 genres différents, vois de beaux paysages, découvre de chouettes librairies, mange de pork pies et des fish and chips, et suis globalement happy. Je recommande. En plus, les gens du nord du Royaume-Uni sont des crèmes. Des clotted cream, même. Doux et enveloppants et on voudrait ne jamais les quitter.

Of course, j’ai choisi ma lecture de vacances accordingly : Jane Austen, qui fait partie de mon Défi 12 mois, 12 amis, 12 livres.

À très vite et d’ici là, bonnes lectures !

Vous pouvez insérer le lien de votre propre C’est le 1er, je balance tout ! en cliquant sur l’aimable grenouille bleue ci-dessous. (Je reporterai tous les liens directement en fin d’article.)

Lupiot

Lupiot Allez Vous Faire Lire

Les autres formidables C’est le 1er, je balance tout ! que vous pourrez trouver sur le net:

Publicités

29 réflexions sur “C’est le 1er, je balance tout (#4, mai 2017)

  1. Chère Lupiot, on partait en de bon termes avec cet article, tu m’as fait rire, tu me flattais même en qualifiant mon article Un livre, un thé d’idée de génie (j’avoue, j’ai rosi), et boum à la fin tu casse tout en me narguant avec tes jolies photos de voyage! Alors que je rêve de vacances et de voyage tous les matin en sortant de ma couette, c’est mal de me narguer ainsi! Mais bon je ne t’en veux pas =P Il faut que j’écrive mon article moi d’ailleurs (Oups!)

    Aimé par 1 personne

  2. RAGE ! ❤
    Mon Dieu, mais ce roman.
    Quelle furieuse envie j'ai de le faire lire à la Terre entière. Je suis très émue par ton avis. ❤ ❤ ❤
    Bravo !

    Merci également pour tes mots si tendres concernant ma chronique, je suis très touchée et heureuse d'avoir pu te faire ressentir des trucs tout choupidous à propos de ce si grand roman.

    Comme tous les mois, je découvre tant de chose grâce à toi (un livre un thé ! oO). Merci merci merci.

    J'aime

  3. Hé! C’est pas juste. Le parc Harry Potter puis l’Ecosse ? Je proteste.

    Beaucoup trop d’humour dans cet article. « Gentille petite andouillette. » « C’est un livre ! Lisez-le » . A force, je vais avoir des abdos moi.

    Du coup, je vais essayer de me mettre un peu plus aux BDs (mais c’est pas gagné, vu comme mes ami.e.s forcent pour que je lise des mangas ^^)

    Et tu me donne BEAUCOUP TROP envie de lire Rage, ça non plus ça va pas, c’est fatal pour ma pile de 35 livres à lire ^^

    J'aime

  4. Pingback: C’est le premier, je balance tout! #4 | La tête en claire

  5. J’adore ce format de « je balance tout », je l’ai d’ailleurs reprit :p
    L’Écosse ❤ Ce doit être magnifique, profite bien!
    Je découvre "on ose le blog", c'est super, j'adore, merci pour la découverte 😉

    J'aime

  6. Pingback: C’est le 1er, je balance tout ! #3 

  7. Non mais jalousie, ces photos de l’Écosse donnent envie de faire son sac immédiatement.
    Pour Rage je l’ai acheté pour la médiathèque vendredi et vu qu’il est court je pense me l’intercaler très vite entre deux lectures obligatoires!
    Bon mois de mai Lupiot!

    J'aime

  8. Tiens, c’est drôle, à Londres, le guide nous a dit que le chemin des traverses étaient inspirés d’une rue de Londres…! 😉 J’imagine qu’ils en jouent. (Ils ont bien raison!) Celles de Londres étaient pas mal dans son genre, mais ce qui était bien plus sympa, c’était la rue qui a soit-disant inspiré l’allée des Embrumes. ❤
    Sinon, j'ai envie de lire "Dans la forêt" du coup, c'est malin…
    Et merci pour la découvert de la série "Un livre, un thé" de la tête en Claire. 🙂

    J'aime

  9. En road trip en Écosse?? Oh je suis trop jalouuuuse x) Super les photos de teasing ^^ J’adore la planche de BD que tu as choisi de l’auteure Sarah Andersen. C’est tout à fait moi! x)

    J'aime

  10. Hmm et voilà. Ce qui devait arriver arriva : après les photos hyper tentantes du parc HP, j’ai envie de faire ma valise direction l’Ecosse ! (je ne te dis pas merci hein…)
    Enfin si, je vais quand même te remercier. D’abord d’avoir créé ce rendez-vous tellement convivial où je vais de découverte en découverte chaque mois. Ensuite, de me donner toujours plus envie de sortir des sentiers battus et d’aller vers d’autres livres, que je n’aurais sans doute pas regardés en temps normal.

    Pikobooks m’avait déjà beaucoup tentée avec « Rage », mais là, tu en remets une couche 😉

    Moi aussi j’avais cette envie de diversifier mes lectures et de mieux connaître les bande dessinées…je n’ai pas tenu très longtemps, mais j’essaye de m’y remettre de temps à autres. Là, comme ailleurs, les rayons sont jonchés de petites pépites !

    Sur ce, je te souhaite un bon mois à venir, et surtout : en mai, lis ce qu’il te plaît 😀 (ça marche aussi pour les autres mois)

    Aimé par 1 personne

  11. J’aime beaucoup le concept de ce billet recap du 1er du mois, je vais suivre tes billets! et peut-être que je me lancerai! L’Ecosse, quelle chance, j’aimerais beaucoup y aller. J’espère qu’à York tu es allée prendre un thé chez Betty’s!! (si ça existe toujours!)

    J'aime

  12. Pingback: C’est le 1er je balance tout #4 – Vague culturelle

  13. Pingback: C’est le 1er, j’balance tout #4

  14. Je me sens seule à avoir détesté Les Porteurs x) Je me suis d’ailleurs un peu lâchée dans la section commentaires de l’article des filles de Dans ta page – et je prépare une chronique qui est plutôt laborieuse à écrire… ! Bref, tu verras quand tu liras.
    Rage, c’est le coup de coeur des libraires avec qui je travaille. Pas besoin de me l’agiter sous le nez, je pense le lire sous peu !
    Dis donc, Sarbacane, ils se la jouent un peu Ecole des Loisirs / Rue de Sèvres avec leurs adaptations de romans en BD ? :p
    Sarah’s Scribbles c’est trop coooool ! Et ça y est, la traduction est sortie la semaine dernière en France !!!
    Bon voyage en Ecosse sinon, ça a l’air chouette ! 😉

    J'aime

    • Ah ouais aussi en parlant de Rue de Sèvres, leur dernière BD, La Cité sans nom, est vraiment très bien ! Univers un peu asiatique (vite fait), avec des clans en guerre depuis des décennies pour une cité qui n’est même pas baptisée du fait de ces querelles infinies, le tout à travers les yeux d’un jeune apprenti guerrier pas vraiment taillé pour le combat qui découvre la vie dans les rues. J’ai adoré !

      J'aime

  15. Tu lis trop j’arrive pas à suivre ! Entre mes absence de la toile parce que j’ai la flemme d’allumer mon ordinateur quand je rentre du boulot et ma seule soirée de la semaine ou je décide de l’allumer pour écrire un article (et finalement passer la soirée sur l’ordi à lire des articles) je n’arrive plus du tout à te suivre ! Où trouve tu le temps de lire tous ces livres ? Oui je sais, en fait tu ne dors jamais c’est ça ?

    J’adore les petites BD de Sarah, elle me fait tellement rire tant parfois je me ressemble dans les petites scène de vie qu’elle dessine !! 🙂

    J’espère être sortie de ma panne de lecture (j’ai actuellement 5 livres en face de moi et 2 entamés sur ma table de chevet que je n’arrive pas à finir (je déteste ne pas finir un roman, ça me frustre, mais du coup ça me bloque)) pour enfin avoir quelque chose à raconter dans ce super rdv (ça et trouver des gif tout pourri).

    JE SUIS JALOUSE POUR L’ECOSSE.

    Aimé par 1 personne

  16. Ah, la drôle de vie de Bibow Bradley je viens de l’offrir à mon petit cousin sur conseil de ma libraire, je suis contente de voir que tu en dis du bien ! (j’avais déjà commenté sur ma petite cousine qui « n’aime pas lire », lui c’est pareil, il n’aime pas lire « sauf max parce que c’est génial et que ce n’est pas long comme les romans qu’on nous fait lire au collège et qu’on apprend plein de choses », je radote mais marre de l’élitisme qui donne l’impression aux gamins qu’ils ne sont pas légitime !)
    Merci pour tous ces liens et ce rendez-vous 🙂
    (Et waouuuuh l’Ecosse !)

    J'aime

    • Alors j’ai aimé :
      -l’exploration de la relation père-fille tout en non-dits
      -le parallèle sous tension de leur rapport à leur propre intimité (je tente de ne pas spoiler)
      -la symbolique littéraire utilisée tout du long pour évoquer l’émotion et les relations entre personnages (ça c’est vraiment assez canon)
      Je n’ai pas aimé :
      -le dessin (faiblard, très fixe) (mais d’un autre côté très ordinaire donc il « passe » tranquille, pour plein de lecteurs)
      -le personnage principal, en fait. Elle m’était un brin antipathique.
      -dans une moindre mesure, certains clichés/ choses entendues mille fois (mais faut se remettre dans le contexte : la publication date de 2006, et sur les sujets LGBT, ça a beaauuuucoup bougé en très peu de temps !)
      Bilan : une BD TRÈS intéressante, assez émouvante par moments. Le dessin m’a personnellement beaucoup gênée. Parfois on frôle la BD « à message » par moments, mais la vie de famille assez dingue / fantaisiste de la narratrice t’emporte malgré tout dans une histoire singulière, privée, intime.
      Bref : pas un coup de cœur pour moi, mais vraiment à lire.

      J'aime

  17. Pingback: Balade sur les blogs : Do you have a appointment ?

  18. Pingback: C’est le premier, j’balance tout – MAI 2017 #5

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s