C’est le 1er je balance tout (#3, avril 2017)

Troisième édition de ce nouveau rendez-vous mensuel, qui rime avec « C’est lundi, que lisez-vous ? », et peut se voir comme un complément ou un petit frère dérangé, comme il vous plaira. Je vous invite à l’adopter, il ne mord pas.

Le principe ? Quatre trucs à balancer !

  1. Le Top & Flop de ce que j’ai lu le mois dernier
  2. Au moins 1 chronique d’ailleurs lue le mois dernier
  3. Au moins 1 lien qui m’a fait « Wahou » le mois dernier (hors chronique littéraire)
  4. Et enfin : ce que j’ai fait de mieux le mois dernier

Allez vous faire lire — C'est le 1er je balance tout

1) TOP & FLOP

Alors, ce mois-ci, en tout, j’ai lu :

 

Et parmi ces lectures, j’ai eu maaasse de coups de cœurs ! Donc ça se bouscule dans la catégorie Top. J’ai aussi eu 2 Meh… mais pas de véritable Flop. Quel mois formidable.

Top (4)

 

  • TOP #1. La trilogie Red Rising, de Pierce Brown (Hachette, 2015)

J’ai achevé dans un sprint de lecture la saga Red Rising. Je ne sais pas comment le dire autrement et j’assume les superlatifs, aussi :

c’est simplement la meilleure dystopie young-adult que j’aie jamais lue.
(Avec la trilogie de Patrick Ness, Le Chaos en Marche, qui est bien différente.)

 

Dans Red Rising, tous les ingrédients habituels sont là, de la société segmentée au héros rebelle en passant par les jeux mortels — et pourtant, vous n’avez jamais rien lu de tel. C’est une épopée de haute science-fiction inspirée de la Rome antique, qui flirte avec le space-opéra et les sagas guerrières nordiques.
L’écriture est maîtrisée, et le rythme et la construction du récit sont hallucinants, surtout sur les tomes 2 et 3. Les personnages sont terriblement humains, ils nous surprennent comme ils nous déçoivent, et même le Gary-Stu de base que semble être Darrow à certains moments est une pelote de tourments et d’émotions.

Je vous recommande chaudement cette trilogie menée à un rythme d’enfer qui n’hésite pas à malmener ses héros et mettre le lecteur face à des choix impossibles.  (Numéro 1 des retournements de situation !)

Je pense préparer un article à quatre mains avec Vanaheim, une chroniqueuse jusqu’ici discrète qui a dévoré la saga en même temps que moi et n’a cessé de m’envoyer des messages remplis de points d’exclamation pendant sa lecture. (Auxquels je répondais à grand renfort de OMG!!! Jetez-nous la pierre, vous *connaissez* cette sensation !)

  • TOP #2. La tétralogie de bande-dessinée Blast, de Manu Larcenet (Dargaud, 2009-2014)

Cette lecture fait partie de mon Défi 12 mois, 12 amis, 12 livres, qui consiste à lire les favoris de ses amis au rythme d’un par mois. Je ne sais pas encore sous quel format mais je reviendrai faire un bilan de ces 12 lectures.

 

Blast est une expérience à mi-chemin entre le récit policier et la quête intimiste. Le personnage principal, interrogé par la police (on ignore tout d’abord pourquoi), nous plonge dans ses souvenirs, qui constituent le véritable cœur de la narration. Or, ces souvenirs, ceux de la longue errance qui l’a finalement menée au commissariat, sont emprunts d’une ambiance mêlée de poésie et d’horreur qui met vite mal à l’aise — c’est pour cette raison que ma lecture des quatre tomes s’est étalée sur presque trois mois, j’avais besoin de souffler entre chaque. On est saisi. Le protagoniste est monstrueux, crasseux, inquiétant, et pourtant… malgré soi, rapidement, on le trouve infiniment attachant. C’est de là que vient le malaise, car on ne peut qu’aimer ce faux benêt en quête de son fix existentiel, tout en étant (comme les policiers) tendus, assis du bout des fesses sur notre chaise.

Blast est une expérience violente et magnifique, de celles qui restent avec le lecteur. Visuellement, c’est incomparable. J’avais déjà lu Le rapport de Brodeck de Larcenet, et la gestion du noir et blanc, de traits délicats au milieu de la pesanteur noire, se retrouve dans Blast. Mais ici, le dessin est varié dans ce qu’il propose, et devient plus dingue de tome en tome, passant par plusieurs styles, chacun vecteur de sens. 

Blast, c’est un mélange de noirceur et de naïveté, entre la crasse humaine et l’expérience mystique.

  • TOP #3. L’essai Chère Ijeawele (ou un manifeste pour une éducation féministe), de Chimamanda Ngozi Adichie (Gallimard 2017)

Chimamanda Ngozi Adichie est en train de devenir une de mes auteurs préférées — ce en quoi je ne suis pas du tout originale vu que je la découvre en même temps que tout le monde et que, comme tout le monde, je la trouve GÉNIALE.

Excellente romancière, elle peut t’emmener traverser plusieurs vies et plusieurs cultures de façon vive, brûlante, drôle et brillante dans une fresque comme Americanah. Et, sociologue moderne, féministe touche-à-tout, elle n’a pas son pareil pour éclairer la société de son regard aigu et impitoyable, pointant du doigt les injustices et absurdités des rapports hommes-femmes dans le monde moderne (et toujours dans plusieurs cultures différentes, ce qui est d’une richesse rare).

 

Dans Chère Ijeawele, avec son optimisme caractéristique et sa bienveillance intransigeante*, elle répond à la demande d’une amie qui vient d’accoucher d’une petite fille, et qui, comme tous les parents s’inquiète de comment bien éduquer son enfant. Alors, en une longue lettre généreuse, intelligente, drôle et (forcément un peu) incertaine, l’auteur s’attache à lui donner 15 conseils pour une éducation féministe, afin de déjouez les embuches semées sur le chemin des filles dans la société d’aujourd’hui.

*Nb : être intransigeant n’est pas incompatible avec la bienveillance, bien au contraire ; vous connaissez l’adage Qui aime bien châtie bien ? Ce n’est pas juste une excuse pout faire des brûlures indiennes à son petit frère. Ça veut dire que si on veut vraiment le bien de quelqu’un, si on est réellement bienveillant, on se doit d’être exigeant.

  • TOP #4. Les comics Saga, de Brian K. Vaughan et Fiona Staples (Urban Comics, 2012-…)

 

J’ai craqué sur ces comics américains qui brisent les codes de la haute science-fiction. Cette série magnifique est drôle, optimiste et — j’allais oublier — très originale. Ses héros sont un couple de parias venant de donner naissance à une enfant bâtarde interespèces, bravant tous les interdits. Au cœur d’une guerre galactique (qui reste à l’arrière-plan), on se trimballe donc un marmot qu’il faut changer et allaiter.

C’est bourré d’humour et ponctué d’inventions visuelles épatantes, parfois presque psychédéliques.

 

J’ai tellement craqué que je vous ai préparé un article dessus alors que je n’ai lu que 3 tomes sur 6. Il paraîtra demain, donc je n’en dis pas plus !

« MEH » (2)

Un « Meh », c’est un livre qui aurait pu être un Flop mais en fait, non, parce qu’il y a, objectivement, de bons aspects, des choses cool.  Sauf que la sauce n’a pas tout à fait pris. Ici, je tiens à parler des aspects qui m’ont séduite et moins séduite.

 

  • Le roman Macha ou l’évasion, de Jérôme Leroy (Syros, 2016)

Côté cool : Plongez-vous dans un univers futuriste où une nouvelle société est née… qui n’est pas une dystopie ! Ça change. J’aime l’idée. On se situe dans un monde post-crise économique où tout a été reconstruit, repensé, autrement, harmonieusement. C’est un roman ultra optimiste, ce qui est agréable. Par ailleurs, l’aspect témoignage, avec l’idée de collecter les souvenirs de la génération précédente, m’a beaucoup plu.

Côté moins cool : Cela manque de tension, d’intrigue, d’une construction narrative forte, pour un roman. Et puis, l’aspect assez didactique m’a gonflée, de temps à autres. J’avais parfois le sentiment de lire une démonstration de ce qui cloche dans notre société de consommation (aka beaucoup de choses) et de ce qu’il faudrait changer pour que le monde soit meilleur (aka beaucoup de choses).

Par ailleurs, et cela joue dans mon ressenti, ce portrait idyllique de l’Ère de la Douceur (où tout-le-monde-il-est-beau-tout-le-monde-il-est-gentil) sonne faux à mes oreilles. (Sérieusement, comme si le fait de vivre dans les arbres allait supprimer magiquement la violence, l’envie, et toute la série des péchés capitaux — dont témoignent des textes mythologiques très antérieurs à notre société de consommation actuelle.) Et je ne me retrouve pas, à titre très personnel, dans ce fantasme de monde où le progrès technique de production est interdit (ça m’a rappelé la fin de Ravage, de Barjavel, brrr) ; moi j’aime bien l’idée d’inventer toujours de meilleurs moyens de ne pas passer ses journées aux champs, afin de les passer plutôt à lire de la poésie —

— ce que Macha et ses contemporains adorent faire, mais qui en pratique serait assez compliqué dans une société dénuée de machines ou d’esclaves (suffit de regarder le quotidien des ouvriers ou paysans quelques décennies en arrière pour s’en rendre compte).

Mais bref, si  je me retrouve à discuter des idées portées par le roman (alors qu’au fond, je n’ouvre pas un roman pour m’engager dans un débat), c’est que, et c’est ça qui pêche à mon avis, Macha ou l’évasion ne s’articule presque qu’autour de ses idées. Le roman porte une opinion, une vision sociétale, et celle-ci n’est à mon sens pas assez insérée, incarnée dans un vrai récit pour que l’on puisse s’en détacher et aimer l’histoire en-dehors de son propos. Vous voyez ce que je veux dire ? On tombe un chouïa, bien que pas totalement, dans le roman à message (cf. ma chronique de George, d’Alex Gino). Donc, je n’ai pas détesté, mais… « Meh » !

  • La nouvelle Un été indien, de Truman Capote (1943)

Je ne vais pas m’étendre sur ce texte qui est ma toute première expérience avec Truman Capote, et que j’ai choisi volontairement courte (texte rikiki) : par moments, j’ai aimé le style, mais presque tout le temps, j’ai détesté le rythme. J’ai trouvé que le récit ne savait pas gérer ses ellipses de façon à tendre son texte vers son enjeu : la relation entre le petit garçon (le narrateur) et son grand-père. On s’égare dans des interstices non significatifs qui n’ont pas de force particulière, et on manque la douleur douce-amère de cette relation abandonnée, mais chérie.

Par ailleurs, j’ai eu l’impression que le texte souffrait d’une surtraduction (un style simple en VO qui devient soutenu et lourd en VF), et après vérification, c’est un peu le cas, effectivement — ce qui n’aide pas le problème d’insistance sur des détails insignifiants, DUH.

Donc ici, « Meh ! » car je n’ai pas aimé ce texte, mais je ne suis pas sûre que cette première expérience m’ait réellement donné l’opportunité de découvrir Truman Capote. Mais ça part mal.

2) CHRONIQUES D’AILLEURS

  1. J’ai adoré la chronique de Pax et le petit soldat, de Sara Pennypacker, par Moka, sur son blog Au milieu des livres. Très juste, elle a su mettre les mots sur la délicatesse de ce récit et m’a replongée dans mon bonheur de lecture.Pax et le petit soldat de Sara Pennypacker, Gallimard Jeunesse
  2. J’ai A-DO-RÉ le concept du Top Littérature Jeunesse 2016 de Tom, de La Voix du Livre, où, pour chacun de ses coups de cœur, il a invité l’auteur à partager son propre coup de cœur de l’année passée, et lui a demandé ce que dirait son personnage à propos de 2016.
  3. Si je n’ai pas encore lu Je suis ton soleil, de Marie Pavlenko, la chronique Bob, du blog Bob & Jean-Michel, devrait vous donner autant envie qu’à moi. Il s’agit d’un roman de genre, au sens : le genre de la poilade adolescente parce qu’on enchaîne les VDM. Sauf que, si j’en crois Bob — et j’en crois Bob — c’est plus que ça.
  4. J’ai vraiment aimé cet article 3 livres sur le thème de l’immigration sur le blog Croque les mots, parce qu’on n’y tombe pas dans l’écueil de la bien-pensance et que c’est tout simplement un excellent prétexte à vous recommander de l’excellente littérature qui — bonus — rend intelligent.
  5. Et last but not least, un article qui m’a donné envie, par son bagout, sa passion et la richesse de ses recommandations, c’est la chronique de Dans ta page sur le roman de Jo Witek, Y a pas de héros dans ma famille. Alors, je sais, ça fait plusieurs fois que je recommande Dans ta page, mais euh, il est très bien ce blog, et me muscler les zygomatiques faisant partie de mon régime quotidien, je m’y rends régulièrement, et tu devrais faire pareil.

3) WAHOU LE WEB

Je vous ai bien chargés en chroniques, aussi, je vais vous faire une seule recommandation côté Web.

J’ai découvert la chaîne de linguistique de L’insolente linguiste, qui a en outre l’avantage indescriptible d’être québécoise (en plus d’être brillante et fun), et de proposer ainsi une approche différente de la langue de ce qu’on entend habituellement sur nos réseau nombrilo-hexagonaux.

Aujourd’hui, c’est une vidéo sur le terme selfie et son pendant académique égoportrait que je souhaite partager avec vous, parce qu’elle est géniale, simple, et très pertinente : Un selfie n’est pas un égoportrait, de l’Insolente Linguiste.

4) HAPPY NOMBRIL*

*Expression volée à Lola, d’À l’Hozizon des Mots

Raisons pour lesquelles j’ai été contente d’être moi en mars :

  • La chronique de George, d’Alex Gino, qui me tenait beaucoup à cœur parce que j’avais engagé le dialogue avec pas mal de lectrices et lecteurs au sujet de ce roman, a suscité des réactions aussi variées qu’intéressantes et m’a globalement permis de constater, une fois encore, que j’étais entourée de gens intelligents.
  • J‘ai fait des interventions scolaires auprès de collégiens de 11 à 13 ans environ, pour leur présenter la collection Pépix, la chaîne du livre et les métiers de l’édition, et passé la terreur du malentendu — Je dois parler à des enfants ? Mais… je SUIS une enfant ! — l’expérience était formidable, excitante, et je n’ai même pas tapé le cornichon qui m’a soutenu, le sourcil goguenard, que Dragon Ball Z, c’était démodé.

    Bientôt il va me dire qu’il n’a pas vu Maman j’ai raté l’avion. Y a plus de respect.

  • Ça bouge, professionnellement ! OMD !! Je vous donnerai des nouvelles plus précises cet été. *S’enfuit d’un air de petit diable malicieux, tel un lutin de Cornouailles.*

Raisons pour lesquelles j’ai été modérément contente d’être moi en mars :

  • Je suis allée au Salon du livre de Paris et j’ai acheté —
  • beaucoup —
  • beaucoup beaucoup —
  • TROP
  • de livres.

Du côté des chroniques à venir : la trilogie Red Rising, probablement Pax, certainement L’Écrivain abominable, mon énorme coup de cœur régressif, et of course SAGA dès demain.

 

D’ici là, bonnes lectures !

Vous pouvez insérer le lien de votre propre C’est le 1er, je balance tout ! en cliquant sur l’aimable grenouille bleue ci-dessous. (Je reporterai tous les liens directement en fin d’article.)

Lupiot

Lupiot Allez Vous Faire Lire

PS : On va faire comme si personne n’avait remarqué que j’étais en retard à ce rendez-vous, je compte sur vous. *

*Je compte sur vous pour vous moquer, c’est ça que je voulais dire.

Les C’est le 1er, je balance tout ! du mois d’avril :

Publicités

46 réflexions sur “C’est le 1er je balance tout (#3, avril 2017)

  1. Oh, je n’ai pas lu Blast, mais l’aperçu que tu en donnes ici attise vraiment la curiosité. Il a l’air esthétiquement très intéressant, reste à voir si je supporterai le côté malaisant !

    Aimé par 1 personne

    • Blast vaut très largement la peine de s’attraper un coup de bourdon le temps de la lecture (comme je dis dans un commentaire un peu plus bas, perso, après chaque tome, je me suis fait un film « cocon » genre Miyazaki / Disney, ça me requinquait). Cette BD est une expérience inouïe que tu ne croiseras pas ailleurs. L’histoire forme un arc sur les 4 tomes et pourtant chacun a sa puissance propre. (Le 3 est le plus hardcore en termes d’émotions.) Et tout ça c’est sans même évoquer le travail graphique qui est d’une finesse et d’une intensité bluffantes. Damn.
      Donc je recommande. (Mais en mode posée, chez toi, et surtout pas quand t’as le cafard.)

      J'aime

  2. Oooh j’ai plein de choses à te dire!! Déjà, merci pour toutes les découvertes de blogs et de chaînes Youtube que ton rendez-vous m’a permis de faire! ^^ Je vais de ce pas regarder « l’insolente linguiste »! ^^

    Tu m’as donné très envie de lire « Red rising » alors que j’avais fait le deuil de lire de bonnes dystopies adolescentes… Tu m’intrigues, je vais voir si je peux mettre la main dessus! Et dans le même thème, j’ai également lu « Matcha » et je suis restée sur ma faim de la même façon que toi, j’ai trouvé en plus que ça s’arrêtait en eau de boudin et le vrai truc intéressant aurait été de voir comment ils sont passés de notre société à nous à l’ère de la douceur. Ça, ça aurait été un vrai challenge pour le roman!

    « Saga » c’est mon comics préféré de tous les temps, pourtant je suis pas une grande fana de science-fiction, mais mon choubidou me les a mis entre les mains et il m’a perdue! J’ai eu la chance de rencontrer les auteurs lors d’une dédicace et c’était une merveilleuse expérience. Fiona Staples disait qu’elle avait quasiment le champ libre pour les inventions visuelles et j’admire beaucoup son imagination! J’ai hâte de voir ce que tu vas en dire demain! ^^

    Merci aussi de m’avoir convaincue de découvrir Chimamanda Ngozi Adichie! Je file dès lundi à la librairie prendre quelques-uns de ses bouquins…

    Bref, un commentaire pas très intéressant à base de « merci beaucoup » et « je pense pareil », ça va loin hein? 😀

    Aimé par 1 personne

    • Oh la la, quel SUPER message. Merci !

      Dans l’ordre : mais de rien, l’esprit de ce rendez-vous était vraiment de remettre le partage au centre de ma pratique de la blogosphère et je suis infiniment heureuse qu’il ai trouvé un relai et d’autres voix pour le porter, car depuis, tous les 1er du mois, ça pilule d’idées et de découvertes dans tous les sens sur les blogs littéraires. J’adore que l’on puisse bondir de lien en lien, de chronique en chronique, ça me paraît essentiel dans le milieu de la culture de manière générale — et c’est si facile à mettre en place sur le net !

      Red Rising : pareil, après en avoir lu beaucoup, je commençais à faire le deuil des bonnes dytopies adolescentes. *Vraiment vraiment* bonnes et *vraiment vraiment* dystopiques. Car finalement, celles que je préfère flirtent parfois avec d’autres genre (social, post-apo, etc.), or, celle-ci assume tous les poncifs, y va à fond, et… elle transperce la toile, dégomme le cadre et fait exploser tout le musée avec. Bon j’arrête. Mais j’ai pas tellement peur de la survendre, cette série, parce qu’elle est costaud et se défendra bien toute seule. Elle réussit notamment le tour de force d’être de mieux en mieux de tome en tome, ce qui n’arrive… jamais ? BG, quoi.

      Macha oui voilà, ce n’est pas un flop total mais on reste sur sa faim, quelque chose ne prend pas.

      Saga : TELLEMENT DE CHANCE. Ahhhhh ❤ J'adore ce que fait Fiona Staples. Mon article est paru cet aprem, je serais curieuse de savoir ce que tu en dis !!

      Adichie : une perle. De la bombe. Une intelligence et une générosité pareilles, c'est incroyable. Je veux épouser cette femme.

      Merci beaucoup beaucoup pour ton commentaire.

      J'aime

  3. Je pense grosso modo la même chose de « Macha ou l’évasion », bien que le manque d’intrigue et d’action ne m’ait pas autant dérangée : des idées super utopistes et une société dont certains travers sautent aux yeux du lecteur. Après comme l’utopie n’est par définition pas crédible, j’ai lu le roman sans prendre l’Ere de la Douceur au sérieux.
    Je craquerais bien pour Red Rising, mais comme ma PAL vient de gagner plus de 15 livres en un mois c’est juste pas raisonnable^^ va falloir attendre encore un peu, écouler le stock :p

    Aimé par 1 personne

    • T’as peut-être raison de ne pas t’être enfermée dans une volonté de réalisme concernant L’Ère de la douceur. Mais j’ai l’impression à la lecture du roman que cela se *veut* une option de *futur possible* par bien des aspects, du coup j’ai focus sur l’optique un peu démonstrative.
      Red Rising vaut VRAIMENT le coup. Dystopie qui ne paye pas de mine (je n’aurais jamais mis le nez derrière cette couverture si une lectrice du blog ne me l’avait pas recommandé en hurlant en capslock en me contactant sur Facebook xD), elle mérite vraiment qu’on la découvre car elle apporte un énorme + au rayon, selon moi. C’est comme si un putain de musicien talentueux venait secouer le milieu de la pop autotunée, en usant des mêmes outils mais avec la BG attitude d’un génie absolu. Red Rising, c’est la Lady Gaga de la dystopie.

      Aimé par 1 personne

      • Pour Macha, j’ai eu la même impression pendant les premières pages et ça me semblait tellement moralisateur sur nos moeurs actuelles que j’ai préféré passer outre pour la suite. ça risquait de me gâcher l’entièreté de la lecture et comme il s’agissait d’un partenariat avec Syros, je voulais le lire sous les meilleurs auspices possibles^^
        Damn, tu fais envie pour Red Rising ! ça va sur ma wishlist illico, pour quand j’aurais liquidé mes réserves.

        Aimé par 1 personne

  4. Ha j’ai top envie de découvrir Chimamanda Ngozi Adichie, j’en ai entendu parler plusieurs fois récemment et la voir dans ton TOP me conforte dans cet idée =D Hé tu me fait rire quand tu dis que tu as ramené trop de livres de Livre Paris moi je trouve que tu as été très raisonnable. Quand j’étais en stage en librairie et que j’ai découvert que j’avais droit à 30% sur tous mes livres, j’ai fini mon stage avec 42 livres de plus dans ma PAL. En à peine 1 mois … =P Tu vois que tu es une personne très raisonnable XD

    Aimé par 1 personne

    • Mais bien sûr qu’on a pas vu que t’était en retard, j’ai pas du tout checké mon lecteur wordpress 10 fois avant de partir bosser en attendant ma dose d’Allez vous faire lire. Que neni. Bon ok en fait j’étais trop frustrée de partir bosser sans avoir lu ton article en sachant que je devrais attendre touuuuuuuute la journée avant de pouvoir le lire =P

      Aimé par 1 personne

    • Oui mais rappelle-toi mon dernier article sur le Wizarding World, Claire. Imagine l’état de mon compte en banque après ça. (Indice : il a approximativement le profil d’un cratère nucléaire) Maintenant, regarde la photo de mes achats d’un œil neuf. Voilà. XD
      Mais oui, je te comprends, quand j’étais en stage et que j’avais des prix, à mon premier Montreuil, j’ai dépensé pas loin de 200€. Lalalilalala…

      Purée mais Adichie tu vas tellement aimer !! C’est pour toi ! Commence par l’un des essais si tu n’as pas envie d’un pavé à l’instant T (Nous sommes tous des féministes et Chère Ijeawele, qui sont très courts l’un comme l’autre), et si l’aspect fresque te botte, mord dans Americanah, c’est vraiment une merveille…

      J'aime

      • Haha ah oui effet tu éclaire cette photo sous un nouvel angle 😂😂😂 Oui j’ai repéré nous sommes tous féministes depuis un bout de temps en plus j’ai un cours sur le sujet ce semestre (donc une bonne excuse pour l’acheter 😂) tu me pousse au vice je vais finir par tous les lire 😂

        Aimé par 1 personne

  5. Arf, mais quelle débile, tu es allée au salon du Livre, débile que je suis, j’y avais pas pensé! Ça m’aurait fait plaisir de te rencontrer…! Dommage.
    Sinon, plus je lis ton blog et plus j’ai envie de faire un peu pareille. Est-ce que, peut-être, il y aurait encore une petite place de chroniqueuse dans votre équipe? 🙂

    Aimé par 1 personne

    • Je suis toujours au taquet pour rencontrer plein de gens sur les salons donc il ne faut pas hésiter à m’envoyer un message avant pour me faire « Coucou, on se croise ? » ! Peut-être à Montreuil en décembre prochain ?
      Côté chronique : checke donc la page des chroniqueurs (INFOS > Qui sommes-nous ? > Présentation des chroniqueurs) où je récap ce qu’il y a à savoir avant de se lancer, et si tout ça te plaît, envoie-moi un message par le formulaire de CONTACT et nous en discuterons, avec plaisir ! Y a toujours de la place pour ce nouveaux chroniqueurs, ça peut être régulier ou ponctuel, as you wish.

      J'aime

    • Le tome 1 est un peu bâtard dans sa narration, avec le recul (je l’ai adoré une fois fini), car il y a vraiment 2 « mouvements » dans cet opus, le premier qui installe le personnage et ses enjeux, le second qui le jette dans l’arène (pas littéralement mais presque) où il va se *construire*. Aucune envie de te spoiler donc je reste volontairement très floue mais : le dernier tiers du tome 1 est assez hallucinant dans ce qu’il ose en termes narratifs et ce qu’il propose en termes de développement de personnage. Much talent.

      Je me relis : oh la la, le charabia. Pour résumer ma pensée de façon concise : c’est très cool, lis lis lis ! (Et reviens me dire après !)

      J'aime

  6. Aaaah, Blast, c’est tellement beau comme BD. Je crois que je suis restée bloquée pendant plusieurs minutes sur certaines pages tellement ça foisonne. Tu as déjà vu l’édition du Journal d’un corps de Daniel Pennac illustré par Larcenet ? C’est juste dingue.

    Chimamanda Ngozi Adichie je l’ai découverte en même temps que tout le monde et j’adore comme tout le monde haha. Bon, j’avoue que j’ai trouvé qu’Americanah avait parfois un côté légèrement didactique certainement utile mais assez flagrant (j’avais lu « Ne suis-je pas une femme » de bell hooks à peine avant et j’ai eu l’impression de voir certains paragraphes de l’essai directement incrustés dans le roman). C’est génial parce que c’est une réflexion importante, et si ça peut permettre aux gens de prendre conscience de certains mécanismes youpi, mais du coup pour moi c’était un peu le cul entre la vulgarisation sociologique et le roman par moments. (Enfin dans l’ensemble j’ai surkiffé lire ce livre quand même hein).
    Cette semaine je me lance dans Half of a yellow sun ♥

    Merci pour les liens, que je n’ai pas terminé d’écumer mais qui me promettent la parfaite activité de dimanche pluvieux (j’aime beaucoup le top sur la Voix du Livre, c’est génial comme concept) !

    Aimé par 1 personne

    • J’ai Le Journal d’un corps de Pennac (j’adoooooore Pennac et j’adooooore Larcenet), l’objet est magnifique mais je ne l’ai toujours pas lu car je trouve ça très difficile de lire un roman (= tu passes plus de temps sur chaque page que si c’est une BD) dans ce grand format très lourd. Mes bras et ma nuque fatiguent. Du coup je l’avais entamé il y a 4 ans et je ne l’ai jamais fini. Et chaque fois que je le vois sur son étagère, j’ai l’impression qu’il me lance des regards de reproche bien culpabilisants. (C’est quand même littéralement la rencontre de 2 de mes auteurs préférés…)

      Ahhh je n’ai pas eu ce sentiment de vulgarisation à la lecture d’Americanah mais je vois ce que tu veux dire si ça a fait suite à ta lecture de l’essai de Bell Hooks… J’ai aimé cet aspect hyper riche (leô cté « fresque », vraiment) de la narration, qui mélange beaucoup de choses, de l’intime à l’analyse sociologique, tout en racontant vraiment une histoire. J’ai vraiment adoré.

      Et oui Tom de La Voix du Livre est décidément PLEIN de bonnes idées ❤

      Aimé par 1 personne

  7. Toc toc le 1er est là et est fini !

    Blast, mais Blast… Pfiou. Il faut que je lise d’autres BD de Manu Larcenet maintenant, dont le Rapport et le Combat ordinaire.
    Je viens de mettre Je suis ton soleil dans ma PAL du coup, il a l’air bien ! (je vais finir le Groupe avant, mais je m’ennuie un peu quand même).

    J’ai beaucoup aimé Americanah sans l’adorer ! L’essai We should all be feminist est cool et je viens de finir Chère Ijeawele qui est très bien aussi (une amie va peut-être faire une séquence argumentation à ses secondes ou premières avec des extraits de l’auteure !). J’ai bien envie de lire d’autres romans d’elle !

    Perso mon coup de coeur du mois c’est Sauveur et fils 3 ❤ (et les essais de Ngozi Adichie du coup).

    C'est toujours bien quand il y a des articles sur ton blog ❤

    Aimé par 1 personne

    • Il faut vraiment que tu lises Le Rapport de Brodeck YES. On l’a à la maison. Si tu promets de ne pas éternuer ton café dessus, Killian te le prêtera (en tremblant) (il aime beaucoup beaucoup ses BD de Larcenet).
      Pareil j’ai envie de lire tout Adichie. (Moi j’ai vraiment adoré Americanah. Même les longueurs, je les ai kiffées xD).
      Je suis en retard sur tout le monde pour Sauveur et fils (y a tout de même de bonnes chances pour que ça me plaise très fort).
      Merciii ❤

      J'aime

  8. Que de découvertes avec ton bilan du mois ! J’entends de plus en plus parler de Red Rising et ses comparses, vu ton enthousiasme, il faudrait que je me penche sur la question 🙂 J’avais lu les Blast il y a quelques années, et j’avais pris une grosse claque, que ce soit au niveau du contenu que des graphismes.
    Ayant le roman de Marie Pavlenko sur mes étagères, j’ai hâte de l’entamer après avoir découvert la chronique de Bob et Jean-Michel, qui m’a bien fait sourire ! 🙂

    Aimé par 1 personne

    • Ouiii j’adore le style des chroniques de Bob et Jean-Michel, et elles sont encore plus drôles sur les réseaux sociaux (leur page Facebook est topissime). Tu me diras si c’est chouette ! Je l’ai aussi sous la main mais il est loin derrière plein de VIP de ma PAL hautement prioritaires donc je ne le lirai sans doute pas tout de suite.

      Aimé par 1 personne

  9. Beaucoup de tops ce mois-ci !
    Perso, j’ai lu les trois premiers tomes de Blast à la suite (et attendu la sortie, une semaine après, du 4) et je dois dire que ça m’a fichu un bourdon assez puissant. Et une sensation d’être en dehors de mes pompes plutôt violente.

    Beau mois d’avril à toi !

    Aimé par 1 personne

    • Tu m’étonnes que la lecture de Blast en les enchaînant t’ait filé le bourdon du siècle. Après chaque tome, je me suis retrouvée à devoir lire/regarder un truc « cocon ». Un Miyazaki après le tome 1, Harry Potter 3 après le tome 2, Raiponce après le tome 4 et Petits meurtres à l’anglaise après le tome 3 (une comédie que j’adore). Chuis vraiment une sale fragile mais ça m’a évité de me traîner ce sentiment de vague oppression malsaine qui me collait à la peau après avoir plongé dans cet univers qui tord les boyaux. (Surtout post tome 3 oh my god T_T).

      Beau mois d’avril à toi aussi 😀

      Aimé par 1 personne

  10. Ahahah, « je dois parler à des enfants ? … mais je SUIS une enfant ! » ! Je me reconnais tellement dans cette phrase x)

    Ah, merci ! Je n’avais pas remarqué que c’était la même auteure qui avait écrit « Nous sommes tous des féministes » et « Americanah », deux livres qui me font très envie; plus le tien, maintenant ^^

    Je suis allée voir la vidéo de l’insolente linguiste, merci beaucoup pour cette découverte, j’ai adoré ^^

    Aimé par 1 personne

  11. Rolala Saga et Blast sont des coups de cœur pour moi aussi! Je suis ravie que tu ais passé un bon moment de lecture. C’est un bon mois!
    Bon alors sinon je dois avouer que les enfants peuvent être terrifiant… jusqu’au moment où tu te rends compte que tu peux facilement les terrifier toi même! ^^ (déjà ils ont du mal avec le sarcasme et ça peut être très drôle).
    Je n’entends que de bons avis sur « Je suis ton soleil ». Il va vraiment falloir que je jette un œil sur ce roman!
    Bon mois d’avril!

    Aimé par 1 personne

    • En fait, les kids m’inquiétaient *avant* de les rencontrer, après quoi je les trouvais plutôt crackinou. C’est là que tu te rends compte de la distance entre le moment où tu avais toi-même cette âge-là. Il y a 2 années lumières entre nous. J’ai adoré l’expérience de ces rencontres, au final. Le plaisir de retrouver une part de cette curiosité/naïveté/défiance adolescente et la joie de pouvoir l’éclairer de ta propre expérience/maturité… plutôt cool.

      Je suis ton soleil a l’air d’être assez Feel Good comme lecture !
      Biz

      Aimé par 1 personne

  12. Pingback: C’est le premier, je balance tout ! Rendez-vous littéraire #3 – Chaussettes et Chocolat

  13. Je me répète mais ce RDV est top!! J’ai adoré le lire! Contente de trouver quelqu’un d’autre qui place Chaos Walking très haut dans les sagas jeunesse! J’adore cette trilogie et je suis aussi très tentée par Red Rising que je n’ai pas encore testé!

    J'aime

    • Oui Le chaos en Marche est de très haute qualité, à mes petits yeux. Et complètement à part, dans le genre. Ahh j’ai tellement envie de parler de Red Rising avec des gens ! Va falloir qu’on s’attèle à notre chronique avec ma complice, en attendant ça va combler le manque.

      J'aime

  14. Whaou toutes ces lectures, ça m’impressionne !

    Ça devait être top de faire cette présentation aux élèves ! Ça devait être un bon moment, stressant, mais chouette ^^
    Comme je te comprends pour le Salon du livre. L’année dernière j’ai fait chauffer la CB ! Difficile de résister face à toutes ces tentations.

    Je te souhaite un bon mois d’avril 🙂

    J'aime

    • Ouiii la rencontre avec les élèves était super drôle et excitante. Les questions qu’ils se posent sur la chaîne du livre sont tantôt à côté de la plaque tantôt hyper précises et réfléchies, et l’échange a été formidable. En plus ça ma donné l’occasion de faire le clown en racontant/mimant mes Pépix préférés.

      Les salons du livre sont un piège… en plus j’y vais en *sachant* que je ne vais pas respecter mes propres règles et me mettre en auto-faillite… x)

      Aimé par 1 personne

  15. Encore merci pour le partage de notre dans ta page ! On a été mauvaises ce mois-ci et pas de « c’est le 1er… » pour nous mais on jure de se rattraper sur le 1er mai (il manque de toute évidence plusieurs heures à nos journées, sans aucun doute volées par un esprit malfaisant)

    Aimé par 1 personne

  16. Pingback: Des livres et des représentations, les clichés sont-ils partout ? – Dans ta page !

  17. Pingback: C’est le 1er, je balance tout ! Rendez-vous littéraire #4 – Chaussettes et Chocolat

  18. Pingback: C’est le premier, je balance tout ! Rendez-vous littéraire #5 – Tongs et Mojito

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s