Visite du Parc à thèmes « Wizarding World of Harry Potter » de Floride

Comme je l’évoquais dans l’article mensuel C’est le 1er, je balance tout, j’ai visité le Wizarding World of Harry Potter à Orlando, Florida, USA.

Chose promise, chose due : je vais vous raconter ça.

Après une petite correction essentielle dans la chambre d’hôtel…

 

Direction le monde magique de Harry Potter !

Les décors, inspirés des films et du travail d’artistes géniaux, comme MinaLima, sont dingues. J’ai marché dans Pré-au-Lard, visité le chemin de Traverse, fait « Ooooooh » et « Awwwww ❤ » environ tous les 90 cm, me promenant le nez en l’air ou le collant aux vitres des boutiques.

 

Mais je reviens vous parler de toutes ses merveilleuses boutiques et décors après vous avoir tirés par le bras vers les attractions immersives du parc, puisque c’est ce que j’ai fait quand j’y étais, courant vers le Château de Pouldard pour m’engager tête la première dans le Forbidden Journey to Hogwarts.

 

  • Les attractions immersives

#1 Forbidden Journey to Hogwarts

Le Forbidden Journey to Hogwarts est une sorte de montagne russe à l’intérieur-même du château, que tu atteins après avoir longtemps tournicoté dans les couloirs et salles de Poudlard — ce qui consiste environ en 50% du fun de l’attraction car les décors sont merveilleux.

J’ai traversé la salle de classe du Professeur Lupin, observé la réserve d’ingrédients de potions de Severus Rogue, pointé mon nez dans le magnifique et légendaire bureau de Dumbledore, sympathisé avec plusieurs portraits animés — la plupart avaient un caractère teigneux et vivaient mal le fait que les murs ancestraux de la noble école de magie soient envahis de moldus, c’était la bonne ambiance de la matriarche Black du 13 Square Grimmauld si vous voyez ce que je veux dire — c’était terriblement excitant.

Ces deux photos ne sont pas les miennes, ce sont celles de l’ami Google, car la pénombre intimiste ambiante dans laquelle étaient plongées les salles s’est montrée impitoyable envers mes talents de photographe. 

Plusieurs lieux avaient leur propre attraction d’attente, comme cette salle de classe dans laquelle Harry-Ron-Hermione, projetés en hauteur, regardaient les moldus grouiller en se demandant s’il fallait nous mettre au parfum de ce qui se passait de dramatique — parce qu’il y a toujours des problèmes à Poudlard, c’est pas moi qui vous l’apprend — et résolvait plutôt de tenter de nous en protéger. Spoiler : ils échouent, puisque on se retrouve projetés dans le feu de l’action quelques mètres plus loin.

Avec l’aide de ce sympathique bras mécanique.

J’ai donc chevauché un balais dans une attraction 4D — on est face à un écran 3D avec des lunettes adaptées, on suit Harry à balai (qui s’adresse directement à nous en nous criant -À gauche ! -Derrière-toi ! etc.), et le bras mécanique nous déplace sur un rail dans le château de façon latérale. La sensation de vol est TRÈS RÉALISTE ; cette chevauchée à travers le domaine de Poudlard m’a mis le cœur au niveau des amygdales, d’où il s’ensuit que même si la science progresse, je ne serai probablement jamais joueuse de Quidditch.

Il se fout de ma gueule ou c’est moi ?

On navigue entre les tours du château, on glisse sur le lac, on explose des vitraux, on zigzague dans la forêt interdite, tantôt poursuivis par des Détraqueurs, tantôt par des Acromentulas — et là je me dois de vous dire une chose.

Je suis phobique des araignées.

Or, le passage dans la Forêt Interdite est INTERMINABLE. On pénètre dans les domaine d’Aragog, croisant des araignées géantes grouillant entre les branches, les frôlant, et elles sont DE PLUS EN PLUS GROSSES —

— jusqu’au moment fatidique où on se retrouve à 30cm de la face monstrueuse d’Aragog, vomie par les enfers pour me fournir généreusement du matériel à cauchemar, avec ses MANDIBULES JAUNES ET SES YEUX BLANCS ET SES ÉNORMES PATTES POILUES et à ce stade là j’avait déjà tellement hurlé qu’il n’y avait plus de force dans mon pauvre organisme traumatisé, et je tremblais de tous mes genoux en claquant des dents, hagarde.

Et moi ce que je voulais dire c’est que c’est pas très très fair-play de prévenir les femmes enceintes et les cardiaques qu’il y aura des petits soubresauts, et d‘omettre de mentionner que la moitié de l’attraction a été colonisée par une armée d’arachnides nourries à l’engrais nucléairejveuxdire c’est quand même assez répandu, comme phobie, la peur des araignées. À raison, d’ailleurs, puisque cette bête est la personnification de Méphistophélès, l’Antéchrist, Sauron et probablement Poutine, aussi.

Je suis ressortie épuisée.

Heureusement, la vue à l’arrivée m’a consolée.

aaaawwwww ❤

N’empêche que c’est la seule attraction que j’ai refusé de faire une 2e fois, encore frissonnante de sueur au souvenir des amies à huit pattes de Hagrid.

#2 Escape from Gringotts

En termes d’attraction à sensations fortes et immersive dans l’univers de Harry Potter, Escape from Gringotts est définitivement ma favorite, trouvant le parfait équilibre entre l’excitation, l’aventure, l’histoire dans laquelle elle te plonge, et les petits frissons de frayeur qu’elle te provoque.

J’ai réellement vécu une aventure plus vraie que nature dans les entrailles de la banque des sorciers, où j’ai aidé un dragon à s’évader, parfaitement. Harnassée dans l’un des petits wagons de Gringotts, guidée par Bill Weasley et descendant toujours plus profond, je me suis courageusement mise en travers du chemin des mangemorts (ça va c’était pas des araignées) venus vider je ne sais plus quel coffre (celui contenant l’épée de Gryffondor, vraisemblablement).

C’était de la bombe. Quand le dragon crachait du feu, de vraies flammes nous chauffaient les joues, projetées à un mètre ou deux.

Et là encore, le temps d’attente se passe dans des décors incroyables : on traverse le hall de Gringotts où des gobelins-animatronics nous suivent d’un regard suspicieux, réagissant parfois à ce qu’on dit (je ne sais pas combien est payé le mec qui les anime, œil acéré et oreille tendue dans son habitacle toute la journée, mais forcément pas assez).

#3 La boutique d’Ollivander et Le Poudlard Express

Il ne s’agit pas d’attractions à proprement parler, plutôt de lieux d’ambiance, mais ce sont les deux expériences d’immersion que j’ai préférées ; j’en ai encore des frissons émerveillés qui me grimpent le long du dos.

La boutique d’Ollivander

Des boîtes de baguettes s’empilent jusqu’au plafond dans l’atmosphère confinée de la petite boutique, où l’on entre par petits groupes de 15.

Un acteur joue le rôle d’Ollivander avec brio, à la fois fascinant et inquiétant,  allumé juste ce qu’il faut — ne me faîtes pas croire qu’Ollivander ne vous met pas légèrement mal à l’aise.

Il choisit un client parmi le public, généralement un jeune enfant ou quelqu’un de déguisé. Mon amie Cristina, rencontrée sur ce blog (c’est vraiment chouette de raconter ça ici du coup), qui arborait fièrement les couleurs de Gryffondor, (et était pour une fois contente de faire 14 ans au lieu de 24) a été choisie. Toute à mon excitation, j’ai pris frénétiquement une kyrielle de photos floues.

S’ensuit la scène du choix de la baguette, résolument merveilleuse. Ollivander invite son client à tenter un sortilège, et lorsque Cristina l’a crié, cela a bien évidemment déclenché des catastrophes : des fleurs qui fanent avec la première baguette, des tiroirs qui sortent de leurs gonds avec la deuxième, une vitre qui éclate avec la troisième — toutes choses qui ont amené Ollivander à se frotter pensivement la barbe en murmurant « Hmm, un client difficile… Peut-être que — » … pour proposer à Cristina une dernière baguette.

Moi :

Et là, un doux rayon lumineux est descendu sur elle, un vent mystérieux a secoué ses cheveux, et la musique du thème de Harry Potter s’est élevée.

J’étais en train de fondre de bonheur intérieurement, et je crois que Cristina n’était plus qu’une flaque d’émotion.

Bref, c’était magique et indescriptible, je ne peux rendre justice à cette sensation d’immersion enchanteresse.

Le Poudlard Express

J’ai voyagé à bord du Poudlard Express.
Je crois que je peux mourir heureuse.

Les décors sont toujours aussi incroyables. Le train conduit les visiteurs d’une partie du parc à l’autre (du Chemin de Traverse, à Londres, jusqu’à Pré-au-Lard), dans un sens puis dans l’autre, et les deux expériences sont différentes.

À l’intérieur du train, on peut regarder par la fenêtre de notre wagon (dans lequel on s’assoit par petits groupes de 3 à 8, entre amis) et voir défiler tout un paysage qui raconte une histoire : on voit Buck voler, Hagrid nous saluer, les centaures courir dans la forêt… et côté moldu, on voit le métro, le Magicobus qui se faufile entre les rues, et Maugrey qui nous accueille sur le quai….

Mais pendant notre trajet, des ombres passent également dans le couloir, derrière la vitre translucide du wagon : celles de Harry, Ron, Hermione qui discutent, celles de Malfoy, Crabbe et Goyle qui préparent un mauvais coup, celles de Neville qui cherche son crapaud, celle d’un Détraqueur dont la main semble vouloir ouvrir la porte…

On a pris le Poudlard Express au moins quatre fois, je crois.

Toute cohérence a disparu de ces organismes surexcités.

  • Les attractions à sensations fortes

Le parc est riche en attraction à sensations fortes, que je ne vais pas vous décrire car vous savez ce qu’est une montagne russe (moi j’adore ça). Elles sont toutes customisées pour la thématique Harry Potter (les trains sont de dragons, par exemple).

  • Les boutiques

Ahhhhh ❤

Ce qui constitue la majeure partie de l’expérience, c’est de ce promener dans les rues sorcières du monde magique.

On a réellement l’impression d’être LÀ, dans une illustration de Jim Kay.

Presque tous les magasins sorciers sont accessibles (on va pas rater une occasion de te faire débourser 10$) : j’ai acheté des friandises sorcières hors de prix chez Honeydukes, des bidules-chouettes farfelus et inutiles mais trop jolis chez Farces pour Sorciers Facétieux, la boutique des frères Weasleys, fait l’acquisition d’une casquette de Quidditch aux couleurs de Serpentard chez Madame Malkin (ce qui m’a permis d’arrêter de me faire insulter par
les tableaux racistes qui ont l’air de préférer les Sang Pur #TrueStory)
 et puis j’ai aussi acheté un Souaffle, parce que je suis dans le déni quant à ma future carrière sportive, mangé une glace chez Florian Fortarôme, bu une bièraubeurre aux Trois Balais… et, OBVIOUSLY, acheté ma baguette chez Ollivander. Sinon, à quoi bon avoir fait tout ce chemin, je vous le demande.

#1 Honeydukes, Trois Balais, Chaudron Baveur, Florian Fortarôme

Du côté friandises, on peut trouver plein de petites merveilles échappées des pages de J. K. Rowling : Chocogrenouilles (on nous a refilé l’équipe handisport, cependant : elles ne sautent pas), Crapauds à la menthe, Plumes en sucre, Baguettes en chocolat et bien d’autres sucreries dont les inénarrables Dragées surprises de Bertie Crochue.

Ces photos-là ne sont pas les miennes.

Quant aux Trois Balais, la taverne ressemble à ça :

Nb : c’est pas pour casser le mythe mais leur bièraubeurre est nettement moins bonne que la mienne.

Globalement, tout ce que le parc propose à manger n’est (à mon avis) pas terrible-terrible, mais nous n’étions pas tous d’accord ; ça reste de la nourriture de parc d’attraction. Mais même hors parc, mon opinion c’est que les USA ont tendance à traiter les aliments comme ils traitent leurs comédies romantiques : on enlève du goût et on rajoute du sucre. Toutes les boissons ressemblent à de la limonade pimp’ée au sirop.

 

#2 Farces et attrapes

La boutique Zonko est la plus présente dans les livres, mais c’est celle des frères Weasley — Farces pour Sorciers Facétieux — dans laquelle le parc a investi tous ses efforts de design et de joujoux. Elles est magnifique !

Les trois dernières photos ne sont pas les miennes.

Impossible de vous décrire toutes les bidouilles fantaisistes que propose la boutique. Crèmes canaris, Pastilles de nez-en-sang sont tirées tout droit des livres, et toutes les farces et attrapes citées dans l’Encyclopédie Harry Potter sont trouvables dans la boutique… mais on retrouve aussi plein d’objets plus ordinaires comme de très jolis jeux de carte et de cartes postales designées par MinaLima.

#3 Vêtements et autres souvenirs

Bon, comme vous l’imaginez sans peine, le parc est également blindé de souvenirs à rapporter : badges, pins, mugs, t-shirts, débardeurs, sweat-shirts, tenues de Quiddtich, robes de sorciers, cahiers, encriers, parchemins, tentures et tout le tralala — de quoi refaire tout votre intérieur aux couleurs de Poudlard et vous garantir un internement rapide à Sainte Mangouste par vos proches inquiets.

FAQ

Réponse aux questions qu’on me pose depuis mon retour :

  1. Oui, c’est cher, puisque :
    1. C’est en Floride, c’est-à-dire au bout du monde pour nous pauvres européens. Comptez entre 600 et 900 $ l’aller-retour en Floride, selon si vous avez le Q bordé de nouilles ou pas), sans parler de l’hébergement sur place et de toutes les dépenses annexes.
    2. Le prix du billet est *tousse tousse* assez élevé. (Il faut prendre garde à bien choisir un park-to-park ticket (qui permet d’aller sur le Chemin de Traverse, de monter dans le Poudlard Express et d’entrer à Gringotts) ; ne prenez pas un billet 1 park, l’arnaque et la tristesse vous tueraient.) Comptez à partir de 165$ par personne pour un ticket park-to-park valable un jour fixe ; et à partir de 276$ par personne pour un ticket valable trois jours libres.

      Le monde sorcier est sans pitié

  2. Les attractions sont nombreuses : il y a deux voyages immersifs en 4D (Forbidden Journey, dans Poudlard, et Escape from Gringotts, dans Gringotts), plusieurs montagnes russes thématiques, des happenings résolument merveilleux comme la chorale de Poudlard, des boutiques enchanteresses comme celle d’Ollivander, où un (excellent) acteur aide une baguette à trouver son sorcier, la possibilité de monter et voyager dans le Poudlard Express, j’insiste, et des myriades de ruelles, boutiques, recoins et décors à explorer. Je n’ai pas parlé de L’Allée des Embrumes, par exemple, mais ça fait partie des secrets du parc à découvrir…
  3. Oui, ça vaut le coup. Vous allez vous faire draguer par la tête réduite du Magicobus. Where else ?
  4. Concrètement :
    1. Prévoir deux jours pour avoir le temps de tout faire, surtout si vous venez en saison (hors-saison, un jour peut suffire !) ;
    2. Savoir que (dans le cas du park-to-park ticket) vous achetez un billet pour le Parc Universal, pas uniquement pour le Wizarding World (qui en est une partie déjà bien fournie), ce qui signifie que vous avez accès à un parc giiiiigantesque qui regroupe des décors et des attractions pour toutes les grosses franchises Universal, de Jurassic Parc à Marvel en passant par E.-T., Les Simpsons, Les Toons, Dr Seuss, Les Toons, etc. (l’attraction La Momie est géniale) ;
    3. Y aller hors-saison, c’est-à-dire :
      1. Pas en été, pour des raisons obvious d’affluence internationale (vu le prix du billet, mieux vaut ne pas faire 1h30 de queue pour chaque attraction), mais aussi à cause de la chaleur : on est en Floride, c’est un climat tropical. Stationner au soleil par 45° et un temps humide, je pense qu’on crame un fusible presto. J’y étais en février et il a fait entre 25 et 31°, ce qui est bien suffisant.
      2. En-dehors des vacances des américains, et en-dehors des week-ends. Orlando est une ville-tourisme, il y a Disneyworld juste à côté, autant vous dire que tout le pays se précipite dans le bled dès que la cloche sonne la fin des cours. Même hors saison, on voyait une grosse différence entre la semaine et le week-end. En semaine, en février, j’ai fait entre 5 et 20 minutes de queue maxi pour les attractions — ce qui était ridikkulus par rapport à Disneyland, et infiniment agréable ! Cela permet de refaire plusieurs fois ses attractions préférées…
    4. Y aller avec un(e) ami aussi Potterhead que vous (mais ai-je besoin de le dire).

Je crois que j’ai fait le tour… J’espère vous avoir fait voyager un peu. (Pardon à tous les non-Potterheads. Si vous êtes encore là, je vous fais des bisous.)

Ravie d’avoir partagé cette expérience avec vous. Vous l’aurez deviné, mon compte en banque ressemble à un cratère nucléaire depuis mon retour, mais

C’ÉTAIT TROP DE LA BOMBE !

Lupiot

Lupiot Allez Vous Faire Lire

Advertisements

30 réflexions sur “Visite du Parc à thèmes « Wizarding World of Harry Potter » de Floride

  1. Omg tu m’as fait rêver avec cet article. J’ai presque pleuré d’émotion quand tu expliquais le moment chez ollivander que ton amie a pu expérimenté, j’imagine avec mon petit coeur de potterhead ce que ça fait et oh mon dieu je meurs. Merci pour ce petit voyage dans ce monde fabuleux, je pense que je n’aurai pas l’occasion d’y aller avant mille ans (thanks les études et le manque de pognon) et là tu m’as rassasiée pour quelques temps! Ceci dit je vais aller me regarder un petit Harry potter ça fait longtemps hihi! Bonne journée! 😸

    Aimé par 1 personne

  2. ♥ ♥ ♥ !!! (je cherchais d’autres trucs cools à dire mais l’émotion partagée est trop forte)

    Encore merci pour ton fabuleux goûter de retour et tout ce qui l’accompagnait !
    (sur ce je m’en vais chasser des Nargoles, poutous-bisous !)

    PS : à LA j’avais fait le parc Universal et j’avais trop kiffé l’attraction La Momie aussi !

    Aimé par 1 personne

    • Haha, comme je disais, il faut profiter d’un séjour aux USA, je pense… et le prix du billet d’entrée pour 1 jour devient assez correct quand on réalise que le parc est immense (Universal tout entier, dont Pré-au-Lard n’est qu’un petit recoin.) Ça reste cher, mais plus réglo !

      Ravie de t’avoir fait rêver ❤

      J'aime

  3. Wahou *-* Tu m’as fait rêver, je suis sorti de mon pauvre bureau banlieusard pour le monde de HP pendant un petit instant, petit instant de bonheur. Par contre la dure réalité s’est rapidement imposée et la chute a été rude. Un jour peut-être je verrai tout ça, j’ai peu d’espoir mais wahou *-*
    Merci de nous avoir fait profiter de ton voyage et garde les paillettes dans tes yeux pendant un bon moment! Tu en as de la chance!

    A quand le pars en France? (ai-je trop d’espoir? )

    *-*

    Aimé par 1 personne

    • À quand le parc en France, jamais je le crains, mais un parc en Europe, voire, au Royaume-Uni, ce serait LA MOINDRE DES CHOSES. Non mais sérieusement. Il vient d’où, notre petit sorcier à lunettes ? De FLORIDE PEUT-ÊTRE ?? La frustration est intense.

      Je suis ravie de t’avoir fait voyager le temps de l’article ^w^
      Je ne pensais pas y aller non plus de sitôt, aussi, ne désespère pas, l’occasion se présentera peut-être d’avoir un tarif avantageux !! (Ça a été le cas pour moi, avec un tarif d’ensemble avion/parc/séjour etc.) Et, si tu pars un jour te promener aux USA, c’est l’occasion aussi…

      Merci pour ton message !

      J'aime

  4. Tu m’as fait rêver puissance dix mille ! Simplement en te lisant, je fonds, je saute sur mon siège, je m’émerveille, alors je pense que le jour où j’irai (parce que j’irai un jour !), je ne serai absolument plus moi-même, mais simplement une bouche grande ouverte en train de sauter partout. Merci pour ce voyage totalement magique le temps d’un article !

    Aimé par 1 personne

    • Awwww ❤ Je suis trop contente de t'avoir fait rêver !
      J'étais totalement dans ton état, dans le Parc. J'étais régulièrement saisie de sautillements et agrippaient le bras de ma voisine en poussant des "Gnhiiiiiiii !!!". Les décors sont fabuleux et il est difficile de leur rendre justice !
      J'espère que tu auras l'occasion de le vivre par toi-même !!

      Aimé par 1 personne

  5. Merci pour l’excellente définition de la comédie américaine = « même traitement que les aliments : on enlève le goût et on rajoute du sucre… » 🙂
    c’est bien… tu es (presque) lucide
    Sur ce point précis, en tout cas !
    mmmfffpppp…
    signé : Moune

    Aimé par 1 personne

  6. Ca a l’air absolument génial mais j’avoue que les attractions me font un petit peu peur xD J’hallucine quand même par rapport au prix des billets, quand on pense aux billets d’avion, à l’hôtel, etc. c’est méga cher comme séjour 😮 Mais j’y irai forcément un jour 🙂
    Merci pour ce super article !

    J'aime

  7. Non mais le rêve !
    J’ai envoyé l’article à ma mère avec qui on a soupiré d’envie en cœur, ça a l’air tellement chouette.
    C’est clair que c’est un prix, mais bon je me dis que c’est le truc à faire une fois dans sa vie au cours d’un gros voyage aux Etats-Unis donc… je vais me mettre à économiser !

    Merci pour l’article 🙂

    J'aime

  8. Ca a l’air d’être vraiment une formidable immersion dans l’univers des films et des livres,(araignées incluses YURGH !). Comme je n’irais probablement jamais (cher ! très cher !) merci de m’avoir fait rêver !

    J'aime

  9. Pingback: C’est le 1er, je balance tout ! # 3 – Mars 2017 | L'ourse bibliophile

  10. Pingback: C’est le 1er, je balance tout ! #2 – Histoires vermoulues

  11. Pingback: « C’est le premier, je balance tout ! » – mars 2017 | DEEDR

  12. Ok, donc sur la liste des trucs à faire avant de mourir… (Commence à économiser tout de suite…HEM enfin dès que j’aurais rebouché le trou du voyage à Londres pour voir The Cursed Child et les studios bien sûr x) )

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s