Circus Mirandus, de Cassie Beasley (Auzou, 2015)

Article par Bloup

Encore un livre dont la couverture attire le regard. Au feuilletage, l’objet est beau : rabats colorés, débuts de chapitres soignés… Mais est-ce aussi enchanteur à l’intérieur ?

Circus Mirandus Cassie BeasleyMicah vit seul avec son grand-père Ephraim. Celui-ci lui raconte des histoires incroyables : quand il était jeune, il a visité le plus merveilleux des cirques, le Circus Mirandus, avec ses animaux extraordinaires, sa belle acrobate qui vole dans les airs et, surtout, l’Homme qui Plie la Lumière, ce magicien qui lui a promis un miracle… Lorsque Ephraim tombe gravement malade, la vieille tante Gertrudis vient habiter avec eux… et sous prétexte qu’elle ne croit pas à ces histoires, elle interdit au garçon de voir son grand-père ! Pourtant, Micah est sûr que le Circus Mirandus existe, et devient persuadé d’une chose : s’il le retrouve, il pourra guérir son grand-père.

it-is-known-got

Circus Mirandus est un beau voyage dans le rêve. Très bien construit, il regorge de points forts…

  • Une histoire pleine d’émotion

Sous couvert de fantastiques pouvoirs et de personnages hauts en couleur, Circus Mirandus est avant tout une histoire familiale, et notamment sur la manière de gérer la maladie d’un être très cher. Cela donne lieu à des scènes émouvantes, du point de vue d’un jeune garçon effrayé et obstiné auquel on s’attache beaucoup. Malgré tous les personnages qui essaient de lui faire comprendre que le Circus Mirandus ne peut pas exister, on se met à y croire aussi, à vraiment souhaiter qu’il existe, que Micah parvienne à son objectif comme si on faisait partie de sa famille.

  • Légèreté et fantaisie enfantines

Bien qu’émouvant, le texte n’est jamais larmoyant, et au contraire bien souvent drôle (notamment grâce à Kitsch, le perroquet messager du cirque, qui n’a pas sa langue dans sa po… euh… dans son bec ?).


Les descriptions des spectacles et de l’ambiance font vraiment rêver : les scènes de cirque sont colorées et sentent bons la barbe à papa, les rires et les chants d’enfant !

autre-couverture-circus-mirandus

Illustrations de l’auteur, Cassie Beasley*

  • Circus Mirandus, c’est aussi un hymne à l’imagination.

Pour entrer au cirque, rien de plus simple, il suffit :

  1. d’être un enfant ;
  2. d’y croire.

Pour Micah c’est une évidence…

you-can-fly-john-peter-pan

… mais pour son amie Jenny, c’est une autre histoire ! Leur différence de caractère devient un jeu pour le lecteur, qui peut facilement s’identifier à l’un ou à l’autre : rationalité ou magie ?

Ce qui m’amène à mon dernier point, mais non des moindres :

  • Les dynamiques entre les personnages

#1. Jenny

La jeune fille m’a semblé très intéressante : elle est celle qui permet au lecteur à la fois de douter… et d’espérer que le Plieur de Lumière puisse sauver Ephraim. Pour Micah, elle est le lien avec le monde réel et une aide précieuse quand il s’agit de surmonter les obstacles. C’est un personnage tout à fait authentique, incarnant cet aspect #TropAncréDansLaVieRéelle en nous. « Des éléphants roses qui volent ? Foutaises. De 1, les éléphants, c’est gris, et de 2, ça ne vole pas. Et tu me déconcentres, avec ces bêtises. Revenons au Latin du subjonctif passé, tu veux bien ? »

susan-pevensie-logically-impossible

Jenny a un petit air de Susan Pevensie (Les Chroniques de Narnia) ce qui me l’a rendue très sympathique, et en même temps m’attriste un peu : à onze ans, ne pas avoir d’imagination, c’est chaud-patate.

Cette complémentarité avec Micah fonctionne en tous cas très bien !

circus-mirandus2

#2. La famille Tuttle

Une autre relation qui fonctionne très bien, évidemment, est celle entre Micah et Ephraim. Ephraim, avec son petit air à la Edward Bloom (Big Fish, de Tim Burton) passe le flambeau à son petit-fils, qu’il a élevé, dans une dernière quête qui les rapproche encore davantage.

Au sein du trio Micah-Ephraim-Gertrudis, on distingue clairement le tandem complice qui unit Micah à Ephraim dans un univers de fantaisie, et laisse Gertrudis de côté dans un monde dur (sérieusement, vous avez déjà prononcé « Gertrudis » à haute voix ? «guerre-trou-dix»).

Un prénom qui sent bon la mégère aride (ci-dessus l'une des horribles tantes dans James et la Grosse Pêche)

Un prénom qui sent bon la mégère aride (en illustration, l’une des horribles tantes dans James et la Grosse Pêche)

[Lupiot] Cette opposition se symbolise même dans leurs noms : on a deux prénoms hébreux, bibliques, d’un côté (Micah* et Ephraim*) renvoyant à un univers mystique, et un prénom germanique très marqué de l’autre (Gertrudis*), renvoyant à un univers militaire, réaliste. Comme si tous ces personnages, qui sont pourtant de la même famille, n’appartenaient pas au même monde.

* Micah signifie « Qui est comme Dieu ? » (un prénom sous forme de question pour un garçon qui cherche des réponses.
* Ephraim signifie « porter des fruits, être fructueux » (on pourrait dire que le fruit ici, c’est Micah).
* Gertrudis signifie « lance + force » (on a connu plus chaleureux, ça pue l’antagoniste).

[Parenthèse sponsorisée par la catégorie « Ce personnage au nom parfait », sur ce même blog.]

author-lady-circus-mirandus-transparent-art

Vers le pays merveilleux des prénoms ! Ok j’arrête.

Ephraim et Micah ont autre chose en commun : ils font des nœuds (genre, vraiment des nœuds, avec de la corde). Ce lien qui les unit (au sens propre comme au figuré) est aussi symbolique : cela peut représenter les relations entre les gens (côté positif) ou la corde qui les retient (côté négatif), par exemple…

Micah en particulier semble avoir un don pour faire les nœuds, et il s’en servira tout le long du roman comme exutoire physique de ses inquiétudes. Cela permet au lecteur de suivre ses émotions bien mieux que si elles étaient décrites, et renforce le caractère de l’enfant peu sûr de lui qui n’ose pas avouer ses craintes.

making-knots-celtic-heart

Tout le récit est donc très riche en symboles et références à la magie, aux sentiments, à la famille, au rêve, à la révolte contre l’injustice, aux secrets aussi… avec une fin très réussie !

Il est d’ailleurs presque dommage de ne pas en savoir plus sur les habitants du cirque, son fonctionnement, son histoire… Mais le récit sait conserver une part de mystère.

you-have-to-believe-it-to-see-it-circus-mirandus

Bonne lecture,

Bloup

Bloup tortue chroniqueur Allez Vous Faire Lire

* Les illustrations de l’auteur de Circus Mirandus (en noir et blanc, pour la plupart) sont disponible sur son site (cliquez sur le lien). Elles ne sont pas présentes dans le livre, c’est du bonus.

circus-mirandus1

Advertisements

6 réflexions sur “Circus Mirandus, de Cassie Beasley (Auzou, 2015)

  1. Voilà un billet qui donne bien envie ! Malgré les animaux malheureux en cage et tout et tout, l’univers du cirque m’a toujours fait rêver… J’ai même failli partir avec un cirque à l’âge de 16 ans ! Mais la réalité (c’est à dire mes parents en l’occurrence) m’a rattrapée…
    Bref, il est noté !

    Aimé par 1 personne

    • Oui, c’est pour ça que le Cirque est mieux dans la fiction et l’imaginaire. D’ailleurs, c’est un univers qui cristallise beaucoup de fantasme, avec sa beauté magique et inquiétante, et qu’on retrouve dans plein d’œuvres !… (Le Cirque des Rêves, Circus Mirandus, Something Wicked This Way Comes (dont le titre français m’échappe)… et bien d’autres.)
      Merci pour ton message !

      J'aime

    • L’univers du cirque tel qu’il st décrit ici te plaira sans doute alors ! Je n’ai pas évoqué les animaux de cirque dans l’article mais il y en a, et ils sont plutôt atypiques comme on peut s’en douter… je te laisse découvrir ! =)

      Aimé par 1 personne

  2. Je ne connaissais pas, ça a l’air super !
    J’aime beaucoup vos analyses, elles sont aérés et animés de GIFs, c’est beaucoup plus agréable à lire qu’un gros pavé ^^

    Quand est-ce qu’on a le retour des articles sur les prénoms (j’ai adoré la petite parenthèse ^^ ) ? 🙂

    Aimé par 2 people

    • Merci beaucoup pour ton message !
      Oui c’est un peu la marque du blog, de la vraie analyse littéraire mais sans se prendre au sérieux, et un format tout le contraire d’aride et académique, à base de blagounettes et de gifs chouette. On est contentes que ça plaise parce que (à la base) ça nous plaît aussi ^w^

      Haaaaa pour les articles sur les prénoms, je ne manque pas d’idées, mais y a de la concurrence avec d’autres types d’articles ! Je note ta requête !!

      Biz
      Lupiot

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s