Comment bien nommer ses personnages ? (2/3)

Holà, manant ! Tu te trouves en plein cœur d’une réflexion sur comment bien nommer ses personnages de fiction. Dans la partie 1, on a déjà vu :

  • I. Les questions à se poser avant de nommer un personnage
    • #1. A-t-on besoin de connaître son nom ?
    • #2. Les autres personnages ont-ils besoin de connaître son nom?
  • II. Le critère indispensable pour bien nommer ses personnages : la vraisemblance interne
    • #1. La chronologie
    • #2. Le style

Et là, on va parler d’américanisation à outrance, de Rocky Balboa, de Marie-Aude Murail, de Kim-Jong Il et d’Amélie Nothomb. Tout ça dans le même article.

You ready ? >>

allez-vous-faire-lire-comment-bien-nommer-ses-personnages-cadre-culturel-anglais-francais-usa-centrisme

Ça me paraît évident mais un roman qui se déroule en France ne devrait pas avoir pour protagonistes Ashley, Jamie, Selena, Matthew, Madison et Jayden.

  • LE PROBLÈME DU Made in USA

Le lectorat (et souvent l’écrivain aussi) a été biberonné à l’aventure made in USA, et a tendance, par défaut, à trouver plus cool un perso qui s’appelle Joe Baxter que Théo Lamarck, Ellie Johnson que Louise Belleville. On est conditionné à voir un nom anglophone comme promesse d’une aventure démesurée (#ThanksHollywood).

raging-freedom-usa

Fuck yeah #USA

Mais ce n’est pas le nom du héros qui fait l’aventure, et Joe Baxter ne sera pas plus intéressant en soi que s’il s’était appelé Théo Lamarck.

Je ne vais pas évoquer le choix du cadre (USA, France, Patagonie) même si mon point de vue c’est que, plutôt que de piquer les marqueurs superficiels de la culture US (noms propres, marques & géographie), on ferait mieux de lui voler ses schémas narratifs, le dynamisme de ses rebondissements, etc. Je vais parler de la cohérence du nom avec son cadre culturel, notamment dans le contexte de notre « fantasme américain » : quelles solutions trouver pour avoir quand même des noms qui sonnent cool ? Lire la suite

Publicités

Comment bien nommer ses personnages ? (1/3)

Comment choisir les noms de ses personnages ?

Hé bien, aux dés, par exemple.

Commençons en effet par établir une chose : l’importance à accorder aux noms des personnages est variable.

Par exemple, si votre personnage secondaire de boulangère (qui apparaît durant deux paragraphes de votre roman de 300 pages et se contente de franchir une porte et tendre la monnaie) n’a pas un nom dont l’étymologie signifie « pain », « porte », « marchande » ou « monnaie », concrètement…

on-s-en-fout-completement-bob-l-eponge

Oui, c’est moi qui dit ça, l’obsessionnelle de l’étymologie.

D’ailleurs, si elle n’a pas de nom, ce n’est pas grave non plus. C’est même mieux.

Car avant de se demander comment les nommer, on ferait bien de se demander SI il faut les nommer, nos bonshommes. Et souvent, la réponse est non.

Lire, ce n’est pas facile. Et on n’arrive déjà pas à mémoriser les noms de tous nos collègues

parks-recreation-collegues-ann

Même s’ils sont au nombre exubérant de 4. En se comptant soi-même.

…alors cher écrivain, ne nous ajoute pas des noms à mémoriser pour des personnages dont on n’a strictement rien à secouer. Fais un tri drastique. Sois sans pitié.

Il faut à tout prix éviter ÇA :

Le nouveau Lian Hearn qui sort en Janvier 2017. J'ai pas commencé et y a déjà 90 personnages. HELP.

#PERSONNAGES

C’est le nouveau Lian Hearn qui sort en Janvier 2017, Shikanoko. Je ne l’avais pas commencé et il y avait déjà 90 personnages. HELP.

Autre exemple : est-il nécessaire de nommer les parents du protagoniste autrement que « Maman » et « Papa », s’ils ne sortent pas de leur rôle de mère et père de tout le roman ? Sans doute pas. Si, en revanche, une intrigue parallèle se développe où Maman a un amant, il faudra sans doute qu’elle ait aussi un prénom. Sauf si l’amant aime l’appeler Maman, mais ça ne nous regarde pas, et on s’égare.

Reprenons dans l’ordre ce que nous allons aborder dans cet article :

  • I. Les questions à se poser avant de nommer ses personnages
  • II. Le critère indispensable pour bien nommer ses personnages
  • III. Les critères bonus pour vraiment bien nommer ses personnages (paraîtra dans l’article suivant)

Lire la suite