Le mystère de Lucy Lost, de Michael Morpurgo (2014)

Un nouveau livre de Michael Morpurgo, c’est toujours un joli cadeau.* Paru aujourd’hui même, Le mystère de Lucy Lost est un petit pavé, et une superbe histoire.

le mystère de lucy lost michael morpurgoAlfie est pêcheur et fils de pêcheur, sur le petit archipel des Scilly au-delà des côtes de Cornouailles. Il est habitué aux embruns, au travail rude, au quotidien salé, à son bateau érodé et ses mains abîmées, aux dîners de harengs tributaires de la pêche du jour. Mais c’est bien la première fois qu’il revient de sa pêche avec une sirène dans ses filets. « Lucy », c’est tout ce que sait dire cette fille de son âge, perdue, émaciée, lavée sur la plage par la mer celtique, enroulée dans une couverture allemande. Cette fillette intrigante gagne bientôt le cœur des villageois et surtout, de la famille d’Alfie. Mais on est au seuil de la guerre. Et lorsque la couverture allemande est découverte, on commence à se demander si la silencieuse « Lucy » n’est pas en vérité une espionne, une enfant de l’ennemi… une sale boche. Alfie et sa famille tentent de la protéger, mais peu à peu, tout le monde se retourne contre eux.

Quel est le mystère de Lucy ? Au gré des flash-back, on découvre une tragédie digne de celle du Titanic. Le roman nous fait vivre deux histoires en une, celle de cette fillette trouvée sur une plage, et celle d’une autre fillette, bien avant, à l’autre bout du monde… C’est très bien découpé, et comme toujours avec Michael Morpurgo, écrit avec élégance, tendresse et sobriété.

Entre le présent silencieux et le passé houleux, on se demande, quand même, cette Lucy… Comment s’en sortira-t-elle ?

Ce conte de toute beauté nous balade au gré des vents dans les entrelacs douloureux des conséquences de la guerre sur les comportements. Morpurgo aime bien parler de la guerre, et il le fait très bien : ici, on n’est pas dans le traumatisme de l’après-guerre (comme dans Plus jamais Mozart, par exemple), mais dans la méfiance viscérale, la haine que l’on rencontre dans ces temps de tension qui précèdent l’éclatement… (Un peu comme chez nous, en ce moment ?)

Un beau roman, porté par des personnages un rien old-school terriblement attachants.

(À partir de 10 ans environ, mais aussi pour les plus grands.)

Bonne lecture,

Lupiot

Lupiot Allez Vous Faire Lire

 

 

 

 

Le mystère de Lucy Lost, de Michael Morpurgo, Gallimard Jeunesse, 2015, 444 pages


* Cheval de guerre, Le royaume de Kensuke, Le roi de la forêt des brumes, Soldat Peaceful*… sont quelques-uns de ses titres parmi la centaine d’ouvrages pour la jeunesse de Morpurgo. Il y a de quoi faire.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s