Les Autodafeurs 1. Mon frère est un gardien, de Marine Carteron (2014)

Petite audace. Moyennement séduite par la couverture (je ne suis pas fan des couvertures « photos » qui ne stimulent pas tellement l’imagination) mais totalement par le résumé (et par les petits paragraphes grapillés çà et là lors de mes errances en librairie), j’ai fait l’acquisition du premier tome de cette trilogie. J’ai été bien inspirée : c’est excellent.

mon frère est un gardien les autodafeurs marine carteronAuguste a quatorze ans lorsque son père meurt dans un accident de la route (qui s’avère de plus en plus suspect à mesure qu’il se renseigne dessus), et qu’il se retrouve, un peu par sa propre faute, et beaucoup par celle des adultes de son entourage qui cultivent un mystère touffu autour de leurs bizarres activités ancestrales, plongé dans une guerre millénaire entre deux congrégations improbables : la Confrérie et les Autodafeurs.

Catapultés à la campagne au cœur d’une guerre indicible, Auguste et sa géniale petite soeur Césarine vont devoir retrousser leurs manches pour reprendre l’héritage de leur père trop silencieux : ils doivent protéger le savoir de l’humanité sous sa forme la plus ancienne, les livres.

Les chapitres alternent régulièrement entre le point de vue d’Auguste, personnage excellement caractérisé, à la fois ultra-moderne, chien fou et tape-à-l’oeil, et pourtant souvent à côté de la plaque, et le point de vue de Césarine, sa petite soeur autiste dont la perception du monde, décalée, est brillante et drôle.

Extrait du journal de Césarine :

Je n’ai pas trop aimé le cimetière, parce que je pensais à tous ces corps en train de se décomposer ; mais j’étais quand même contente de savoir que les familles de vers étaient bien nourries.
Et puis j’ai aussi pensé que les vers de terre allaient manger Papa et que les poules mangeaient les vers de terre, donc j’ai dit à Mamie que je ne mangerais plus d’oeufs ni de poules.
Mamie a dit qu’il faudrait au moins vingt ans avant que les vers de terre mangent Papa, parce que le cercueil était très solide.
Ça m’a rassurée.

Le rythme de narration est superbement géré. Et les héros, encore une fois, sont on point. Beaucoup de détails font d’Auguste un garçon intelligent (intellectuellement et émotionnellement), mais réaliste. Césarine est quant à elle une pépite de personnage, racontée avec délice et sans misérabilisme.

Tome 1 génial, je me lancerai bientôt dans le tome 2. Je vous recommande vivement cette trilogie, et bravo (et merci) Marine Carteron.

Bonne lecture,

Lupiot

Lupiot Allez Vous Faire Lire

 

 

 

 

Les Autodafeurs, tome 1 : Mon frère est un gardien, de Marine Carteron, chez Le Rouergue, 2014, 336 pages

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s