Littérature jeunesse, sexisme et racisme

Il est intéressant d’observer que la littérature jeunesse est l’objet de plus en plus de discours réflexifs : le sexisme et le racisme en littérature jeunesse, sans être de nouvelles thématiques, sont, les années passant et les mentalités évoluant, approchés selon de nouveaux angles.

Ainsi, sur le terrain du sexisme, fait-on face à des énormités de l’acabit de Barbie ingénieur informaticienne, une publication Mattel retirée de la plateforme Amazon après que trop de lecteurs aient crié au scandale (donc, dans cet épisode, Barbie, dépassée par la technologie et après moult échecs, s’entend dire par ses collègues masculins, Steven et Brian, visiblement plus compétents : Reste en-dehors de ça, Barbie, tu as déjà fait assez de dégâts). J’ai ri. C’est tellement beau. affiche montreuil 2014

Cependant, de telles énormités ne sont pas, actuellement, le terrain sur lequel portent les discussions : en matière de livre jeunesse, on s’interroge davantage sur les représentations genrées du petit lecteur et de la petite lectrice, comme le témoignent les critiques qu’ont reçu les affiches du salon de Montreuil*, où l’on voit une fillette enfiler les talons de sa mère pour jouer « à la grande », image éloignée du thème de la lecture, qui plutôt que de célébrer l’imaginaire des enfants, semble les enfermer dans un carcan.

Ces réflexions sont pertinentes dans l’édition jeunesse où l’éducation n’est jamais éloignée des esprits, et où l’on constate encore des éditions très sexuées filles et garçons pour certaines collections. Danse et équitation d’un côté, football et espions de l’autre, le choix des sujets comme des maquettes a-t-il besoin d’être si segmenté ? Si le commerce n’est pas, en principe, le lieu des innovations sociales, ces stratégies éditoriales ayant fait leurs preuves par le passé devraient a minima évoluer en même temps que la société.

Un autre sujet qui suscite quelques débats dernièrement est la représentation de brown girl dreaming jacqueline woodsonla diversité ethnique dans les livres jeunesses, où l’on rencontre encore peu de petits héros et héroïnes de couleur hors des livres dont la thématique soit expressément le racisme, l’esclavage ou la différence. Ainsi, Brown Girl Dreaming, roman jeunesse américain encensé ces dernières semaines par la presse pour ses qualités littéraires et sa représentation du monde de l’enfance et de son imaginaire, a-t-il bousculé les habitudes —au point de susciter quelques maladresses… En effet, Daniel Handler (aka Lemony Snicket), auteur de la série des Orphelins Baudelaire, lors de la remise du prix jeunesse des National Book Awards, a fait quelques blagues de mauvais goût laissant deviner une bizarre appréhension raciale de la lecture où, en outre, les livres ayant pour héros un enfant noir ne pourraient être cautionnés que par des personnalités noires. Son attitude a évidemment suscité l’ire des réseaux sociaux. tweets scandalisés Mais au-delà de l’incorrection primaire**, ont lit dans ce discours un découpage de la littérature et de l’imaginaire qui pose question.

Sans que le livre jeunesse, ou toute œuvre d’art, par ailleurs, doive se faire le support des avancées sociales, il ne me semble pas impertinent, considérant que la construction identitaire des enfants se fait également par ces références que sont les livres jeunesse, de remettre en question des acquis de narration « réflexes » et casser certaines segmentations persistantes.

Lupiot

Lupiot Allez Vous Faire Lire

 

 

 

 


* Le salon du livre jeunesse se tient tous les ans à Montreuil et accueillait cette année les curieux et les professionnels du 26 novembre au 1er décembre.
** Daniel Handler a depuis reconnu son erreur sans essayer de la minimiser, ce qui est je pense la seule façon de s’excuser. Cheers. dh apology

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s