Si vous avez aimé… Peter Pan, de James Matthew Barrie (1911)

peter pan roman hachette james matthew barrieTant que les enfants seront innocents et sans coeur, Peter Pan viendra les chercher à la fenêtre pour les emmener au Pays Imaginaire. Dans ce conte à la fois candide et féroce, qui capture à merveille l’esprit de l’enfance, on a le côté mignon et espiègle de Peter qui a toujours toutes ses jolies petites dents de lait, et la force de cruauté de l’imaginaire enfantin -selon lequel les enfants perdus doivent se taillader eux-mêmes pour continuer à passer par les trous de l’arbre du pendu, leur foyer gouverné par le général Pan.

Si cette oeuvre vous a fasciné, allez donc lire :

  • Le petit prince, d’Antoine de Saint-Exupéry (1943, nouvelle édition Gallimard Jeunesse 2012)

Un voyage philosophique et contemplatif sur la beauté de l’existence. Le petit prince nous ramène, lui aussi, aux côtés merveilleux de l’enfance.le petit prince gallimard jeunesse antoine de saint-exupéry

Un petit garçon vit sur une planète lointaine, sur laquelle il n’a qu’à tirer sa chaise de quelques pas pour assister toutes les heures au coucher de soleil. Un jour, une rose arrive, et le petit prince décide d’en prendre soin, et, s’attachant ainsi à sa rose, il prend le départ de sa plus belle aventure.

  • Sa Majesté des Mouches, de William Golding (1954, Gallimard 1956)

Sa Majesté des Mouches, à l’inverse, nous ramène à la folie furieuse de certains jeux
de notre enfance. Une plongée dans la cruelle société des têtes blondes.sa majesté des mouches william golding

Un avion s’écrase sur une île inhabitée, seuls des enfants s’extraient de la carcasse. Ils attendent les secours. Puis ils jouent. Puis ils ont faim, et peur, alors ils s’organisent. Il faut un chef, il faut des règles…

  • L’histoire sans fin, de Michael Ende (1979, nouvelle édition Hachette 2014)

Le plus génial des voyages initiatiques à travers les yeux de Bastien, petit garçon mal dans sa peau qui s’évade dans les livres…l'histoire sans fin michael ende

Bastien entre dans une librairie, puis dans un livre mystérieux. Mais une fois dedans, il perd de vue la frontière entre réel et irréel. C’est que, le livre lui parle. L’une des lectures de jeunesse qui m’a le plus marquée. Ayant grandi avec les films*, j’avais de hautes espérances… je n’ai pas été déçue : la fable de Michael Ende est infiniment plus subtile et fantaisiste, et incroyablement poétique.

  • L’étrange vie de Nobody Owens, de Neil Gaiman (2008, Albin Michel 2009)

Un conte onirique doux-amer et résolument fascinant.l'étrange vie de nobody owens

Suite à la disparition de ses parents alors qu’il était bambin, Nobody « Bod » Owens s’est retrouvé dans un cimetière, dont les résidents, après débat, on décidé de l’accueillir. Esprits, fantômes et autres créatures de l’autre côté se chargent de son éducation. Jusqu’au jour où Bod veut connaître le vrai monde et passe les grillages du cimetière, au-delà desquels ses tuteurs improbables ne peuvent plus le protéger…

Et sinon, parce que Peter Pan n’en finira jamais d’inspirer les artistes et les écrivains, je vous propose quelques réécritures de Peter Pan magnifiquement illustrées :

  • Peter Pan, de Loisel (Vents d’Ouest, 1990-2004)

Sans doute la BD la plus cool de l’univers. Ahem. Je disais : voici une préquelle sombre et colorée au Peter Pan de Barrie, qui démarre dans le Londres pauvre et crasseux de Jack l’éventreur, quand Peter n’est pas encore Pan, et rencontre Clochette. Les aventures qu’il vivra au Pays Imaginaire sont dignes d’un Tim Burton vraiment pour les adultes. peter pan loisel

  • Le journal de Peter, de Sébastien Pérez et Martin Maniez (Milan Jeunesse, 2009)

Un journal au matériau composite : lettres, cartes, dessins, et surtout, l’histoire de Peter et dejournal de peter pérez maniez ce qui l’a poussé à refuser de grandir, c’est là aussi une préquelle à l’histoire de Barrie, qui s’adresse à un public plus jeune que celle de Loisel. Joliment servie par le talent de Martin Maniez, comme toujours une belle oeuvre d’imagination de Sébastien Pérez.

  • The Child Thief, de Gerald Brom (Harper Voyager 2009)

Dans ce roman illustré, Brom a fait le choix de ne garder que la part d’ombre de Peter Pan, le faisant plus vieux et plus guerrier qu’il ne l’était originellement, et se concentrant sur son the child thief gerald bromactivité thématique la plus problématique : c’est un voleur d’enfants. Ici, pour son sombre agenda, Peter recrute surtout des adolescents…

Malheureusement pas traduite (du moins, je n’ai pas trouvé de V.F.) l’oeuvre de Gerald Brom, connu pour ses illustrations de fantasy, est assez hallucinée et hallucinante.

…Bonne lecture !

Lupiot

Lupiot Allez Vous Faire Lire

 

 

 

 


* L’histoire sans fin, film germano-américain de 1984 réalisé par Wolfgang Petersen, adapté de la première moitié du roman, avec Barret Oliver et Noah Hathaway dans les rôles respectifs de Bastien et Atreyu, et L’histoire sans fin II, réalisé par un dénommé George Trumbull Miller, entièrement recasté, qui s’inspire plus ou moins de la deuxième partie du roman.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s